,

Interview de l’universitaire américain James Cohen : ’Se poser la question : pourquoi ces attentats ?’

Grand connaisseur de la société américaine, l’universitaire *James Cohen revient sur les terribles attentats aux USA, en nous livrant son analyse qui tranche avec le manichéisme de certains ‘’observateurs’’ de la vie politique internationale.

nébuleuse islamique’, alors que la piste Ben Laden n’etait pas encore sérieusement évoquée. Cette journaliste a-t-elle mesuré l’impact de ses propos ? Le terme islamique renvoie à une grande religion qu’est l’Islam, qu’il convient impérativement de distinguer des mouvements radicaux qui s’appuient sur la religion, et que l’on nomme de manière galvaudée ’islamiste’. Cette vision globalisante de l’Islam à travers une mise en scène médiatique est particulièrement dangereuse. Elle vise à désigner cette religion comme la principale menace qui pèse sur l’occident ! Toute analyse mesurée et nuancée des sociétés musulmanes est ainsi rendue impossible. Les visions simplificatrices de l’Islam sont médiatiquement plus rentables. On préfère verser dans le sensationnel dans le but unique de déclencher des réflexes de peur, en vendant l’image d’un islam d’apocalypse qui déferle en occident

choc des civilisations’. De ’telles analyses’ ne font qu’alimenter les fantasmes et les craintes sur l’Islam.. Elles font des clivages culturels entre les peuples, une source de tensions et de conflits. Cela participe au conditionnement de l’opinion publique. Il est plus facile ainsi de justifier une guerre contre ces peuples si différents et si ’nihilistes’ !

Israël et les USA !

Ce courant condamne les excès du libéralisme sauvage. Il appelle à repenser l’image d’une Amérique toute-puissante et arrogante !

Propos recueillis par Saïd Branine

*James Cohen est professeur au département de science politique à l’université de Paris VIII

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Communiqué UOIF

Attentats USA : La barbarie est le fruit de l’injustice