in

“Ici on noya les Algériens”.

Photo Jean Texier /Mémoires d’Humanité - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis

Entretien avec Fabrice Riceputi, auteur du livre “Ici on noya les Algériens”.

Dans « Ici on noya les Algériens » (Editions du Passager clandestin), il narre et le massacre par la police parisienne de Papon le 17 octobre 1961 et deux batailles pour que ces crimes ne restent ni impunis ni oubliés : la bataille de l’historien Jean-Luc Einaudi et des archivistes, Brigitte Lainé et Philippe Grand, qui ont l’aidé. Noyés par balles, les Algériens furent ce soir là retrouvés par dizaines dans la Seine. A Paris, et plus loin. Jusqu’à plus de 200, contre les 2 morts officiels. Racisme d’État, brutalités policières, dénis et mensonges, une mécanique bien connue se met en place. L’occasion d’évoquer, aussi, deux procès auxquels, reporter pour Libé, j’ai assisté : Papon à Bordeaux, et Papon contre Einaudi à Paris. Entretien avec Fabrice Riceputi, auteur du livre “Ici on noya les Algériens”.

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Paypal empêche les Palestiniens d’utiliser sa plateforme

Les 10 dates les plus importantes de la vie du Prophète (SAWS)