in

Guerre 14-18 : 400 000 soldats musulmans dans l’armée britannique, ces héros oubliés du Royaume-Uni

A chaque contrée européenne, ses grands oubliés de l’histoire enseignée aux chères têtes blondes ! A l'instar de la France, le Royaume-Uni n’échappe pas à cette occultation des valeureux soldats musulmans issus de son Empire colonial, tombés non seulement au champ d'honneur lors de la grande boucherie de 14-18, mais aussi dans l’oubli, inexorablement, au fil des décennies. Ces héros, inconnus au bataillon, sont morts deux fois, en somme…

Avec l’érosion du temps et sous l’effet d’une amnésie collective savamment entretenue, la bravoure de 400 000 combattants indiens a été ensevelie sous les cendres du passé, à la consternation d’Avaes Mohammad, 36 ans, membre du think-tank « British Future » qui œuvre pour l’intégration dans le royaume de Sa Gracieuse Majesté.

Méconnus, insoupçonnés, voire relégués au second plan pour une majorité de sujets britanniques, comme l’a mis en évidence la récente étude réalisée par « British Future », ces héros musulmans qui ont combattu, au péril de leur vie, dans les rangs de l’Empire britannique, payant un lourd tribut au cataclysme que fut la Grande Guerre, n’évoquent rien, ou si peu, pour 78% de nos proches voisins, seuls 22% d’entre eux ayant conservé le souvenir évanescent d’une armée de musulmans, de plus en plus fantomatique à mesure que les années passent…

A la lueur de ces chiffres alarmants, Avaes Mohammad a décidé de réparer cette cruelle injustice, en mettant en pleine lumière cette armée de soldats de l’ombre, son courage, son abnégation, mais aussi son esprit de sacrifice, poussé jusqu’au sacrifice suprême.

Le vaillant et exemplaire soldat Khudadad Khan,
décoré de l'insigne distinction militaire : la Victoria Cross 
( photo Birminglam Mail)

  

Pour s’atteler à la tâche au sein du temple scolaire, il s’est entouré des compétences de l’historien Jaham Mahmood, avec lequel il a élaboré un projet éducatif qui a vocation à raviver la flamme vacillante de la mémoire auprès de la jeune génération. Sous le titre explicite « La contribution musulmane à la Première Guerre mondiale », l’enrôlement et le rôle crucial des Indiens musulmans sur le front occidental sont enfin exhumés des oubliettes de la grande histoire, pour la plus grande satisfaction de l’un des artisans de leur réhabilitation, Avaes Mohammad.

« Nous ne devons jamais oublier leur contribution, car se souvenir d’eux est essentiel pour nos contemporains. Commémorer leur mémoire est un acte fort, positif et éminemment fédérateur, qui  rassemblera très largement la société britannique. Cela renforcera le sentiment d’appartenance à ce pays chez les jeunes issus de l’immigration »,  insiste ce dernier avec solennité, en rappelant que pour nombre de ces soldats musulmans, leur plongée brutale dans l’horreur de la guerre de tranchées fut leur première immersion en Europe, dans les paysages de désolation qui s’offraient à leurs yeux et sous un climat rigoureux auquel ils n’étaient pas du tout préparés, vêtus de leurs seuls uniformes tropicaux.

« C’était un nouveau type de guerre. Imaginez que certains d’entre eux voyaient pour la première fois un avion et des mitrailleuses », a souligné Avaes Mohammad, avant de rendre un vibrant hommage aux huit soldats indiens qui ont été décorés, à titre posthume, de la plus haute distinction militaire britannique : la Victoria Cross.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un tartuffe académique français dans la Tunisie de Ben Ali: Pierre-Noël Denieuil

« Mensonge, fausse bannière et vidéos », une politique américaine