in

Face à la modernité techniciste et nihiliste

A la suite de la succession des idéologies qu’ont été le rationalisme, l’humanisme matérialiste, l’évolutionnisme, l’existentialisme, le nihilisme, le structuralisme, et maintenant le post-humanisme nous pouvons dire que dans la quête de soi, les hommes modernes ont échoué. L’impasse, nous la ressentons tous, elle s’insinue dans les moindres recoins de nos vies ; l’impasse philosophique, religieuse, morale, politique, sociale et économique. Il y a bien une continuelle dégradation de l’homme qui s’apprête à entrer dans l’infrahumain.

Le « règne de la quantité » est le fondement de la société de l’automatisme et du calcul stratégique. C’est pourquoi l’on ne peut plus faire l’impasse sur une métaphysique des principes atemporels et anhistoriques. Sans cette métaphysique qui est le règne de l’Esprit, le temps qui se meut ne cessera d’emporter les hommes d’un mirage à un autre. Une métaphysique débouche nécessairement sur une morale qui doit incarner la doctrine du Vrai. 

Si nous nous attachons à la singulière situation des communautés musulmanes nous devons avoir toute la lucidité afin de comprendre pourquoi une partie de leur jeunesse cultive une pulsion de mort qui est un déni fondamental aux valeurs morales de l’Islam. La Vérité ne s’impose pas sinon elle ne serait plus vérité.

Publicité
Publicité
Publicité

C’est un principe métaphysique que partagent toutes les religions ancestrales. Ce qui s’impose en revanche, et ce tout le long de l’histoire, ce sont bien les « communautés de vue » ou plutôt une représentation sur un discours reconnu comme révélé. La représentation est la véritable idole que les religions ne cessent de combattre depuis leur commencement.

Selon le fameux propos du Prophète, il doit survenir une génération qui sera en rupture avec le patrimoine authentique de l’Islam. Cette génération n’aura ainsi qu’une représentation de l’Islam puisqu’elle sera dans la dénégation des savoirs pérennes, constitutifs de l’héritage commun d’une communauté de destin. Nous y voyons dans ce propos prophétique, tous ceux qui s’inscrivent dans la « contre-tradition », c’est-à-dire ces individus ayant l’habillement de l’Islam (Talbisse) mais pour mieux le saborder de l’intérieur. Et nous osons affirmer, que la modernité et ces jeunes à l’instinct de mort partagent le même horizon : le nihilisme. Ils sont les deux faces d’une même pièce. 

La « modernité nihiliste » nie la réalité spirituelle, comme ce jeune à l’instinct de mort haïssant la dimension spirituelle de l’Islam. Cette modernité nie la faculté de penser (pour chacun) afin de réduire l’homme à un consommateur compulsif, comme ce jeune qui s’accoutre d’un vêtement qu’il perçoit comme « traditionnel », alors qu’il chausse des « Nikes » ; ce dernier a le comportement du consommateur compulsif et se dénie à lui-même la faculté de penser, ce qui l’empêche de voir ses propres contradictions.

Publicité
Publicité
Publicité

La « modernité techniciste » dénie à l’homme son humanité, et ce jeune compulsif à l’instinct de mort, déteste l’homme au point d’haïr l’humanité dans toute sa diversité qu’il veut détruire. La « modernité égoïste » est fondée sur le ressentiment à l’instar de l’idéologie mortifère à laquelle adhère ce jeune salafo-whahhabi.

La « modernité individualiste » atomise la société afin que les hommes, comme les atomes, ne se distinguent plus les uns des autres comme notre jeune à la pulsion de mort récusant la divergence interprétative des textes en ramenant la lettre à une linéarité appauvrissante en la dénuant de l’Esprit qui la nourrit. 

A partir de ce que nous venons d’exposer, nous pouvons faire une lecture plus précise de notre devenir comme musulman en contexte moderne. Effectivement, nous sommes entrés dans l’ère de la « mal-croyance » dont il conviendra dans un avenir proche d’en faire une esquisse psychologique plus détaillée. Nous sommes en face d’une génération de musulmans français structurée par la « mal-croyance » et qui est donc à rebours de « l’homme testimonial » tel que voulu et décrit dans le Coran (la sourate 17 en donne la définition).

Ce symptôme a pour cause l’amnésie historique, l’analphabétisme spirituel et la négation tout à la fois de la métaphysique et de la morale. Il ne reste plus pour le « mal-croyant » qu’une représentation déformée de l’Islam qu’il fait émerger instantanément de lui-même, d’une psychologie malade. La maladie provient de cette culture d’un mental aux surgissements instantanés sans plus aucune filiation à la fois métaphysique et morale. 

Il faut que nos concitoyens comprennent, que ce qui structure actuellement l’homme-musulman est la « mal-croyance » avec tous les maux qui en découlent : un ressentiment dû au mal-être que génère ce déséquilibre, et une distorsion de l’altérité qui est vue comme un formidable miroir inversé. Par là même, l’autre m’apparaît comme insupportable puisque ne pouvant plus harmonieusement accueillir la différence, l’altérité doit devenir une différance pour ne plus jamais se présenter à moi.

Etrangement, la modernité et cette « mal-croyance » comportent les mêmes causes et les mêmes symptômes : ces deux horizons nihilistes effacent les aspérités humaines cherchant à récuser la partie intemporelle de l’homme pour l’abandonner à son instant qui se répète et le dénuant ainsi, de son passé et de sa destinée métaphysique. Une partie de notre jeunesse de culture musulmane, dans nos banlieues, est en réalité travaillée et structurée par la « mal-croyance » potentiellement nihiliste, une génération Z comme zéro futur et zéro espérance.

Publicité
Publicité
Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @ Djéser et tous, erreur de lien, voici les fake news Macroniennes publiées sur la presse étrangère, au Financial Times, rien de moins, après ça, Djéser et l’auteur de l’article Hakim Fedaoui auront longtemps à glauser sur ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire de ces Musulmans de France auxquels on vient de découvrir rien moins qu’une nouvelle maladie psychologique, l’auteur suggérant rien de moins et il le sait, une action de rééducation psychologique, suis-je le seul à m’indigner?

    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/france-macron-fake-news-musulmans-financial-times-islam-voile-desinformation

    Croissant de lune.

  2. @ Djéser, ah tiens, j’ai pas entendu parler de ce fait divers Lyonais. Que s’est-il passé? Deux gars se seraient disputé une fille? Eh bien oui, c’est choquant, par les temps qui courent, ils pouvaient lui demander lequel des deux elle choisit et si elle ne sait que choisir, qu’elle les désigne tous deux, vous diriez quoi à ça? Ce serait-il pas conforme aux valeurs de la République, mon neveu? Sinon, admettons, si c’est une beurette ou Noire supposée Musulmane ou Muslima, eh bien moi je trouve que si elle choisit un garçon FDS, c’est de l’intégration, quoi, et si pour lui elle quitte un ancien ami beur, et si celui-là n’est pas content, eh bien effectivement c’est du com-mu-nau-ta-ris-me lol et question et affaire d’honneur qui n’a rien à faire en France. En revanche, si une fille FDS quitte un FDS pour un beur et que son premier ami ne l’entend pas de cette oreille, eh bien il a raison, il défend les valeurs lui, c’est pas une affaire d’honneur, moi j’aplaudis Laurent Wauquiez. Mais mon neveu, attendez, voici du complottisme présidentiel, tu m’en dira tant, si t’aprouves pas Macron dans l’article que je vais déposer, si tu crois pas que Macron ait vraiment vu des filles de trois ans voilées de long, en grand nombre dans les cités, c’est que tu n’acceptes pas la réalité, tu es dans le dénit du séparatisme, donc tu soutiens le séparatisme, peu importe si le vocable n’est pas défini lol. Eh bien oui, tu te réveilles enfin Djéser?

    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/france-macron-candidat-extreme-droite-islamophobie-droits-musulmans

    Croissant de lune.

  3. oui, l’avenir est flou pour les musulmans, mais pas seulement pour eux :

    La France se trompe de combat

    Nous sommes début juin, l’été s’installe en France, le pays se vaccine lentement pour se préparer à partir en vacances, le risque de contagion lié au coronavirus va peut-être s’éclipser les prochaines semaines…

    Mais y a t’il un vaccin pour se prémunir de l’autre épidémie qui se propage lentement et en silence en France, et que l’on nomme aussi complotisme ? Ainsi, il y a quelques temps encore, c’était seulement la population, avec le soutien des réseaux sociaux, qui était exposé à ce fâcheux virus, mais il semblerait que la classe dirigeante, ainsi que les médias, aient aussi cédé à cette dangereuse tentation.

    Le faits divers qui est arrivé à Lyon cette semaine, atteste de cette hallucination collective ; comment un simple différent de voisinage, a t’il pu se transformer subitement dans les médias en vengeance d’honneur ?Une information démentie par l’enquête. Une fille serait soi-disant sorti avec un garçon d’une autre religion, et là tout bascule, Laurent wauqiez lui même, s’est emparé de cette information non vérifiée tel un chevalier pour combattre cette ombre obscure…

    Les milieux populaires sont devenu le lieu de tout les fantasmes ; crime d’honneur, milice indépendantiste, mineur isolé, foyer d’islamiste,… Mais qui a pris la peine d’aller vérifier tout cela sur place ? Que fait bernard delavillardiére ? L’immense majorité de cette population ne suscite pas l’intérêt des médias.

    Les commentaires politiques, médiatiques, et d’internautes ne se font plus attendre dans ce genre de sujet, que l’information soit authentique ou pas, mais curieusement, nous entendons très peu de réaction lorsque des drames ou des incidents arrivent dans le reste de la société… La question de l’identité par exemple, devrait interpeller chacun d’entre nous, mais celle-ci se pose, curieusement, toujours à cette population.

    Comme nous disent certains scientifiques, nous avons besoin d’un nouvel Einsten pour répondre aux questions non élucidés concernant l’univers, mais de la même manière, nous avons aussi besoin d’écrivains ou d’humoristes pour tourner en dérision les hallucinations collectives dans lesquels, une partie du pays est plongé, ainsi que les classes dirigeantes. Mais dans cette attente, Thomas pesquet, qui s’est improvisé photographe depuis l’espace, pourrait t’il nous envoyer quelques photos de toutes ces agitations insensées ?

    Revenir à la raison et au bon sens serait souhaitable, car des questions essentielles demeurent, pourquoi a t’on oublié les disparités territoriales, les questions de l’environnement, de l’éducation, de la culture et du savoir pour tous ? Comment mieux défendre nos valeurs ? et pourquoi pas, en insuffler de nouvelles, pour retrouver le sens de de la civilisation, puisque notre modèle de société a pris au piège les citoyens dans la simple consommation et l’assouvissement de tous les désirs. Est-ce cela la liberté ?

    A défaut d’encourager la population à rêver de projet, de qualité vie, ou même réfléchir d’un avenir meilleur pour nous-mêmes ou pour notre pays, les élites politiques politiques et médiatiques préfèrent se laisser glisser lentement dans des hallucinations et des fantasmes. C’est pourtant le rôle de ces derniers : gouverner c’est montrer une direction claire, informer, c’est nous éclairer, afin de renforcer notre autonomie et notre indépendance, mais tout ceci n’est que parole en l’air visiblement…

    Les prochaines élections présidentielles se joueront probablement sur un fond de populisme, car gratter la surface est facile, et nous donnera en plus des coupables tout désignés, cette carte a bien fonctionné pour Donald Trump. En revanche, les questions essentielles pourront toujours attendre… Pour quelle raison ? c’est que personne ne veut s’embarrasser de cette tâche ingrate, qui fera forcement beaucoup de mécontent, que ce soit chez les puissants ou parmi la population.

    http://jonasdjeser.unblog.fr/

  4. Bah c’est normal le roy du « cas sous laid », c’est d’un autre niveau ici et sera certainement pas celui du pédant suffisant qui tire ses sources d’un dictionnaire éculé qu’il tient sous la main comme un livre sacré, et qu’il brandit à chaque occasion qu’il entend donner des leçons à qui veut l’entendre et qu’il n’est même pas fichu de comprendre.

    Fais ce que je dis mais ne regarde pas ce que je fais !

    C’est chez toi, un manque de discernement criant. Un aggiornamento intellectuel voire spirituel, te ferait le plus grand bien.

  5. Bon, je n’ai pas tout compris des beaux discours.
    Mais les musulmans de base comprennent-ils certains des des textes que leur délivre habituellement oumma.com ?
    A la fin il reste le problème essentiel : allons-nous vivre ensemble ?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Gaza stories: Aboud et son Oiseau

Algérie : à Paris, la colère et l’incompréhension des Algériens qui attendent de voyager