in

Etats-Unis : Ilham Omar, la première élue musulmane au Congrès, en couverture du Time

Dans l’Amérique tombée aux mains de l’oligarchie « trumpienne » pleine de morgue, la mise à l’honneur par le prestigieux magazine Time de Ilhan Omar, la première parlementaire musulmane à siéger sous la coupole du Capitole, est une consécration d’autant plus marquante qu’elle fait un joli pied de nez au retour en force du suprémacisme blanc et du racisme sous toutes ses formes chez l’oncle Sam…

Sur le long chemin qu’elle a parcouru, depuis son enfance passée à fuir la guerre civile en Somalie, passant d’un camp de réfugiés à un autre, avant de graver son nom dans l’histoire de la politique américaine, la digne représentante des sans-voix et sans-grades du Minnesota, sa terre d’asile, aura fait tomber bien des barrières au fur et à mesure de son irrésistible ascension sur la scène publique.

Le Time, sentant l’engouement grandir autour de la charismatique Ilham Omar, ne s’y est d’ailleurs pas trompé en la mettant en couverture de son numéro spécial inaugural du 18 septembre, celle-ci se voyant érigée en icône d’un renouveau féminin en marche, résolu à agir pour changer le monde.

Classée parmi les 45 femmes « briseuses de tabous et de plafonds de verre » pour la bonne cause, dûment sélectionnées par le magazine américain, l’ancienne réfugiée somalienne à qui son regretté grand-père, Baba Abukar, transmit très tôt le virus de la politique, au sens noble du terme, est le premier visage féminin d’une série intitulée « Firsts » qui en présentera 12 au total.

« Notre objectif avec Firsts, c’est que les femmes que nous mettons en pleine lumière soient une source d’inspiration pour leurs congénères, afin de les convaincre qu’il est possible de grimper dans l’échelle sociale, de relever de grands défis et que, d’en haut, la vue est spectaculaire », a expliqué le magazine en préambule.

Qui mieux que l’exemplaire Ilhan Omar, la première élue voilée de la Chambre des Représentants et bâtisseuse de ponts dans l’âme, peut incarner ce modèle à suivre pour toute une génération d’Américaines, qu’elles soient musulmanes ou non musulmanes ?

Linda Sarsour, l’activiste américano-palestinienne qui s’était illustrée lors de la Marche des Femmes anti-Trump à Washington, le 21 janvier 2017, à travers un vibrant plaidoyer en faveur des droits des citoyennes musulmanes et de couleur, a fait part de son admiration sur Twitter : « C’est puissant et superbe ». 

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Rappelons que vu d’ici, la très grande majorité des Américains est soit indifférente soit favorable aux musulmans. Ceux qui sont ouvertement hostiles et islamophobes représentent environ 30% des électeurs de Trump. Ils paraissent plus visibles du fait de leur violence ou de l’instrumentalisation médiatique, mais ils demeurent la minorité, dans un pays de 330 millions d’habitants il est vrai. Les électeurs islamophobes américains (en fait, aussi antisémites et anti-hispaniques) sont -proportionnellement- moins nombreux que ceux qui ont voté pour Le Pen aux deux tours de la dernière présidentielle. A noter tout de même qu’il existe une convergence des racismes, de l’islamophobie en particulier, de plus en plus forte entre racistes américains et leur acolytes européens. Le vieux fond raciste sociologique des blancs vers les noirs est progressivement doublé d’idéologies nauséabondes identitaires, chrétiennes fondamentalistes, ou du “remplacement”. Merci Internet.

    Quant à I. Omar, elle représente l’état du Minnesota qui a déjà donné un représentant musulman avant elle. La banlieue de Minneapolis compte une très grande population d’origine somalienne. D’ailleurs l’adversaire répubicain de I. Omar était lui-même de descendance somalienne. Reste à voir comment elle va pouvoir travailler dans un Congrès ouvertement sous influence du lobby juif-américain et israélien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marina Jaber, l’Irakienne “au vélo” qui brise les tabous

Jenna, la poupée Barbie musulmane, enchante petits et grands dans le golfe Persique