in

Des Egyptiens musulmans donnent leur sang aux blessés chrétiens des attentats de dimanche

Après avoir une fois encore commis l’innommable dans des églises à Tanta, au nord du Caire, et à Alexandrie, Daech a revendiqué la paternité des deux attentats à la bombe, terriblement lâches et meurtriers, qui ont tué dimanche, à plusieurs kilomètres de distance, au moins 44 paroissiens en pleine célébration des Rameaux, laissant la communauté copte égyptienne anéantie.
Victimes collatérales de ces actes terroristes abominables qui ont été condamnés vigoureusement par le Premier ministre Chérif Ismaïl, ainsi que par la prestigieuse institution Al Azhar qui n’a pas eu de mots assez forts pour blâmer cet « attentat odieux contre des innocents » visant à « déstabiliser la sécurité et la stabilité de notre Egypte et l’unité du peuple égyptien », plus d’une centaine d’habitants musulmans de Tanta se sont précipités dans les mosquées pour donner leur sang aux nombreuses personnes blessées.
Unis dans un bel élan de solidarité, empreint d’une immense émotion envers leurs concitoyens chrétiens douloureusement éprouvés, ces Egyptiens, femmes et hommes, ont répondu massivement aux appels à la mobilisation générale lancés dans dix hauts-parleurs disséminés à travers la ville, en vue de pallier la pénurie de sang qui commençait à se faire sentir dans les hôpitaux de la région.
Ce nouvel attentat ignoble, qui ne peut aucunement se réclamer de l’islam pour avoir semé le malheur et le chaos, a conduit le président al-Sissi à décréter l’état d’urgence pour trois mois. Il a été perpétré 19 jours avant la visite en Egypte du pape François, prévue les 28 et 29 avril prochains.


 
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Mais qui est la jeune fille à côté du chameau ? La question a enflammé les réseaux sociaux saoudiens

La persécution des premiers convertis à l’islam