in

Conflans : le rôle d’un agitateur radicalisé pointé du doigt (www.lepoint.fr)

Le renseignement territorial du 78 a signalé le rôle actif d’Abdelhakim Sefrioui dans la montée de la tension autour du professeur décapité. En vain.

La note des agents locaux du service central du renseignement territorial rédigée dès le lendemain du rendez-vous entre le père d’une élève de quatrième qui a tenté de mobiliser les parents musulmans contre Samuel Paty, l’enseignant qui a été décapité, et la principale du collège n’a atterri sur les bureaux des responsables du renseignement qu’au milieu de cette semaine.

Le parent d’élève, actuellement en garde à vue, était accompagné d’une figure bien connue de l’islam radical : Abdelhakim Sefrioui, président d’un soi-disant « conseil des imams de France », ainsi qu’il s’est présenté au chef d’établissement. Ce signalement est resté lettre morte : si la note concluait que la tension était retombée et la situation apaisée, elle ne subsistait que par l’entremise de Sefrioui sur les réseaux sociaux. « Compte tenu du contexte » Charlie Hebdo « entre le procès et l’attaque au couteau devant ses anciens locaux, il est clair qu’on aurait dû au minimum faire évaluer une protection pour Samuel Paty », regrette un officier du renseignement territorial du 78. Abdelhakim Sefrioui vient d’être placé en garde à vue.

Publicité
Publicité
Publicité

Car Sefrioui s’est largement impliqué dans la montée des tensions. À l’instar du père de famille qui a diffusé une vidéo dénonçant le cours, il a qualifié Samuel Paty de « voyou ». Sefrioui dénonçait dans une vidéo l’administration du collège qui soutenait son enseignant. « Comme il n’allait rien y avoir de la part de l’établissement [aucune suite ni sanction, NDLR], nous sommes partis avec la ferme intention de mobiliser pour une action devant l’établissement et devant l’inspection académique. Mais, dans l’après-midi, l’Inspection académique a contacté le parent d’élève et lui a exprimé son étonnement et [le fait] qu’ils allaient sévir… »

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Professeur décapité près de Paris : neuf personnes placées en garde à vue

La vie de Malek Bennabi (33)