in

Ali Lmrabet, journaliste marocain: “Avec l’Algérie, nous partageons les mêmes aspirations de liberté, de démocratie, de fraternité”

Dans un long entretien accordé à El Watan, Ali Lmrabet, journaliste indépendant et observateur de la vie politique marocaine, que les autorités de son pays avait muselé en 2005 pour avoir asséné une vérité dérangeante –  « les réfugiés sahraouis de Tindouf sont des réfugiés, selon l’ONU, et non des séquestrés »lui interdisant alors d’exercer son métier pendant 10 ans, explique pourquoi le vent de la révolution qui souffle en Algérie pourrait traverser la frontière et se propager au Maroc.

Alors que la colère du peuple gronde au royaume de l’Atlas et se fait de plus en plus bruyante au fil des semaines, malgré la répression qui fait rage, Ali Lmrabet déplore grandement l’omerta des médias marocains sur les libertés et les droits de l’homme dans son pays.

« Le Maroc compte sur un impressionnant réseau de complicités étrangères, basé souvent sur la corruption, le chantage et les prébendes. En France, il y a Valéry Giscard d’Estaing, Hubert Védrine, Jacques Chirac, Jack Lang, Nicolas Sarkozy et d’autres personnalités devenues de véritables sentinelles au service du Maroc », analyse-t-il, avant de faire un autre amer constat : « Nous manquons d’intellectuels marocains reconnus à l’international, qui pourraient porter la voix des humbles et des persécutés à l’étranger. Regardez les intellectuels marocains, les Tahar Ben Jelloun, Leïla Slimani et autres… Ils vivent en France, se comportent en démocrates, s’indignent des malheurs des uns et des autres et sont à la pointe des exigences de droits pour celui-ci ou celle-là. Mais quand ils traversent la frontière du Maroc, ils sont comme, dirait-on, frappés par une étrange paralysie. »

A la question, sensible, de savoir comment se portent les droits de l’homme dans le royaume chérifien, Ali Lambret répond en émettant un diagnostic alarmant : « La situation des droits de l’homme est la suivante : il y a, avec nom et prénom, des centaines de prisonniers politiques au Maroc, des Sahraouis, des Rifains, des Jeradiens, des journalistes, des youtubers et même des utilisateurs de Facebook ». Et de poursuivre, en s’indignant : « Le grand humoriste marocain Ahmed Snoussi, Bziz, interdit de télé et de spectacles au Maroc depuis plus de 20 ans, est actuellement poursuivi en justice par le ministre de l’Intérieur pour un post critique sur Facebook et pour n’avoir pas, tenez-vous bien !, empêché que d’autres lecteurs le partagent sur leur page personnelle. »

Publicité

Dans un Maroc où un fort mécontentement populaire bouillonne, aux quatre coins du pays, Ali Lambret observe avec inquiétude la montée « d’inégalités sociales » criantes, qui n’a d’égal que « l’injustice qui frappe le peuple marocain » de plus en plus durement. « Si le hirak du Rif, qui n’avait aucune revendication politique, mais beaucoup de revendications sociales, a été décapité et durement réprimé, c’est parce que le makhzen avait peur que cela ne fasse tache d’huile sur d’autres régions qui souffrent les mêmes malheurs », dénonce-t-il.

Inflexible, la cour d’appel de Casablanca a récemment confirmé les peines d’emprisonnement infligées aux 45 détenus du Hirak du Rif. Pour Ali Lambret, c’est la preuve flagrante que ce procès est éminemment « politique ». « C’est un procès politique qui frappe de pauvres gens qui ne demandaient qu’un hôpital, une université, du travail et la fin de ce racisme ambiant des forces de l’ordre marocaines contre le Rifain », s’insurge-t-il avec d’autant plus de vigueur qu’il est originaire de cette région située au nord du pays, qui lutte à armes inégales pour sa dignité et plus de justice sociale.

Et de renchérir : « Maintenant, ce qui est beaucoup plus grave et qui va avoir des conséquences importantes dans un proche et lointain futur, c’est que la chasse au Rifain a provoqué le réveil de la diaspora rifaine en Europe. On ne compte plus les manifestations, certaines très importantes, qui grondent non plus seulement contre le régime, mais également contre le roi du Maroc, considéré comme le premier responsable de cette tragédie. »

A l’évocation de l’extraordinaire mouvement de contestation, remarquable de civisme et de maturité, qui, vendredi après vendredi, fait descendre dans les rues des millions d’Algériens, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, et par-delà tous les clivages, Ali Lambret y perçoit une chaude lueur d’espoir qui pointe à l’horizon.

Publicité

« L’ Algérie ce n’est pas le lointain Soudan, ce n’est pas la Libye d’El Gueddafi ni l’Egypte de Moubarak, c’est notre voisin direct. Nous parlons les mêmes langues, le maghrébin, le tamazight et l’arabe littéral, nous partageons les mêmes aspirations de liberté, de démocratie, de fraternité et de prospérité », clame-t-il avec force.

Publicité
Publicité
Publicité

18 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Perso je suis, en tant qu’Algérien, entièrement d’accord avec Ali Lmrabet auquel je souhaite de réussir dans son combat pour la liberté de ses compatriotes. Je demeure convaincu que la liberté, à terme, du peuple marocain ne sera que bénéfique pur le peuple algérien.

  2. La caravane de Allah passe ( وما تشاؤون الا ما يشاء الله – صدق الله العظيم) et les excités des deux cotés de la frontière aboient…. Continuez d’aboyer dans le mauvais sens jusqu’à ce que l’ange de la mort vient chercher les âmes et là ça sera trop tard pour se repentir ….Craignez Allah…

  3. @marocain @Youssef
    Le citoyen Algérien (izoran DZ) veut dire que la mémoire du peuple Algérien est vivace.
    Dans la fraternité comme dans l’amitié il n’existe comme preuves objectives que LES ACTES.
    Pour mémoire:
    Qui a trahi l’émir Abdelkader?
    Qui a collaboré au premier détournement d’état de l’avion qui transportait les militants Algériens en 1956?
    Qui s’est précipité à nos frontières en 1963 alors qu’on pleurait encore nos morts?
    Qui a fermé les frontières pour les familles immigrées Algériennes : enfants , mères ; vieux et vieilles
    sous le soleil de juillet durant la décennie noire des années 1990
    Qui a hébergé et nourri à Oujda ceux qui tuaient les Algériens dans les années noires 1990.
    Je ne condamne pas le peuple Marocain mais je n’excuse pas son silence car c’est en son nom
    que les actes sont faits.
    Les Algériens aiment celles et ceux qui les aiment

    • Djamila
      d’où tenez-vous vos versions? de la radio des caporaux de mama franca?
      là nous avons bien besoin d’en chercher une autre.
      Mon ami et frère “casablancai” qui a fait son école coranique à Oran et grandi à Casablanca; qui a foutu sa famille dehors? les gens de Telmcen qui sont devenu plus Fassis que les Fassis qui les a forcé à quitter chez eux ? qui a hébergé les moujahidines à Oujda? comment ça se fait que les Boutef viennent d’oujda? qui a changé unilatéralement l’accord avec Farhat Abbas pour s’asseoir entre frères régler le problème des frontières? que la france a bien veiller à le rendre insoluble; elle en a toujours tiré bénéfice d’ailleurs …
      Vous savez, nous sommes entrain de verser dans le contradictoire et la vérité est certainement toute autre.
      Ceci dit, je n’innocenterai le régime mafieux marocain de ses méfaits ni envers l’algérie ni envers le peuple marocain lui-même. Vous croyez que nous sommes fières que les salauds de makhzènes-palais aient livré les moujahidines d’Abdel Kader Allah yrahmou aux français? pas plus de leurs avoir vendu notre pays?
      L’histoire a besoin d’être revisitée, n’accablons pas les peuples qui souffrent et se cherchent au même temps, ne faisons pas dans la victimisation entre peuples même si quelque part nous avons les régimes que nous méritons.
      Vos malheurs d’algériens c’est vous qui en êtes à l’origine et la même règle s’applique à nous.
      Quant à notre fraternité, je ne la ” quémande ” pas. Je la considère comme un fait, elle fait et en fera partie de ma foi, de notre héritage commun. Vous n’en voulez pas, les salauds nous ont ” habitué ” à vivre distancés et on voit le résultat au maroc comme en algérie comme dans tout le monde musulman.
      Vous n’excusez pas le silence des marocains vous dites! commencez par ne pas excuser le vôtre pour les ravages des caporaux de mama franca? le nôtre pour celui du couple makhzèn-palais? le nôtre et le vôtre vis-à-vis de la palestine?… soyons juges de nous-mêmes d’abord.
      Nif al khawi ” le nez vide ” c’est du blabla

  4. Faire de la politique aujourd’hui, c’est voir par le haut, et vers le haut, et consiste à une projection sur le moyen, et long terme.
    La démographie maghrébine c’est environ 100 millions plus ou moins… Les chinois c’est 1.4 milliards… L’inde 1.2 milliards….L’Europe 600 millions…
    Le camion balai, du soleil mondialisation menace… mais attention, les parasols ça ce loue, il risque de pas y en avoir pour tout le monde… c’est certain.

  5. Cet interview aurait dû être fait plutôt et avec d’autres dont certains sont en prison actuellement.
    Le sens d’Oumma l’exige d’ailleurs. Mais c’est bien.
    Maintenant je prie Allah que l’Algérie s’en sorte et que nos frères reprennent leur destin et leur histoire en main incha Allah.
    Ca ne s’arrêtera pas là, Les populations africaines en général et maghrébines en particulier ONT LE RAZ LE BOL. On ne restera ni sujet de dictatures mafieuses, ni marchés d’armes, ni des colonisés.
    Si je n’y arrive pas mes enfants arriveront

  6. Ni fraternité ni rien du tout. Les seuls frères des Algériens, sont les Algériens eux-mêmes.
    La proximité géographique l’implique nullement la proximité tout court.
    Se qui se passe en Algérie ne regarde que l’Algérie
    Quelque soit le changement politique en Algérie, les frontières resteront fermées.
    Que chacun reste dans sont pays et les moutons seront bien gardés

    • Lol tu t’es pris pour le ministre de l’interieur Algerien . Tu parles au nom des Algériens toi. Pathétique ces gens qui se prennent pour des Décideurs

    • vas dire ça idiot aux familles partagées des deux côtés? vas en nouvelle-calédonie effacer les quelques noms de marocains et de tunisiens déportés avec leurs frères algériens et qui n’ont jamais remis les pieds chez eux? vas le dire aux moujahidines dont oujda était leur base arrière? vas le dire au sang commun, aux langues communes, … à mes frères algériens que je connais?
      écoute: tu as peur pour ton gaz et pétrole? tu feras mieux de commencer par les récupérer pour toi déjà et Allah ybarek et zidek .
      Les systèmes mafieux vont dégager incha Allah, et j’espère que l’Algérie s’en sorte le mieux et pour de bon. Alors ne sois pas la mauvaise odeur que ces systèmes laisseront derrière.
      Ne t’en fais pas des idiots marocains de ton espèce sont à ramasser à la pelle; ils parlent comme toi. Allez tous régler vos idioties entre vous; vous manquer de maturité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Drame au Canada : une petite réfugiée syrienne, victime d’un cruel harcèlement scolaire, met fin à ses jours

De nombreux Afro-Américains retournent vivre au Ghana