in

1er mai 2019: contre le racisme et l’extrême droite hommage à Brahim Bouarram et à toutes les victimes du racisme

Le 1er mai 1995, Brahim Bouarram, 29 ans, profitait d’une journée ensoleillée. Il ne savait pas que des mains criminelles allaient le précipiter dans la Seine et mettre fin à ses jours. Les auteurs de ce crime venaient de quitter le défilé du Front national. 24 ans après l’assassinat raciste de Brahim, la « bête immonde » est toujours présente.

Une série d’actes antisémites ont eu lieu ces derniers temps en France : le portrait de Simone Veil défiguré par une croix gammée, les arbres souvenir d’Ilan Halimi abattus, « Juden » tagué sur une vitrine de magasin, des quenelles  réapparaissent ici ou là, des cimetières juifs profanés.
Des députés ont reçu des insultes et menaces de mort à caractère raciste sous prêtexte, que «  des Noirs sont indignes de représenter leurs concitoyens français au Parlement »,  qu’ils restent des “fainéants arriérés », se comportant “comme des rats qu’il convient d’éliminer. « Des tags racistes, visant les Juifs, les Arabes, les Noirs ont souillé de nombreuses vitrines de la ville de Lyon. Ils étaient ciblés puisque inscrits sur les vitrines de commerçants Juifs, Noirs, Arabes ou supposés tels.

Des injures racistes ont été proférées à l’encontre d’étudiants Africains à l’université de  Metz ;  des cris de singe ont visé un joueur de l’équipe de football d’Amiens. Durant les deux dernières semaines de mars, des rumeurs,  attribuant aux Roms des enlèvements d’enfants dans des villes d’Ile de France,  sont diffusées sur les réseaux sociaux. Cela entraîne des déferlements de haine contre les Roms, des lynchages de personnes,  des camionnettes incendiées, des maisons détruites, des dizaines de blessés graves. Plus de 35 agressions ont été répertoriées par Romeurope entre le 16 mars et le 2 avril.

Dans le climat actuel, où l’on voit se développer toutes les formes de racisme et de xénophobie, les mensonges les plus odieux prennent le pas sur la rationalité.

Publicité

Cette montée du racisme, quelle qu’en soit la forme, n’est pas propre à la France : les nuages bruns s’amoncellent en Autriche, Scandinavie, Pologne, Slovénie, Hongrie.  Dans toute l’Europe , l’extrême-droite est en phase ascendante et dans certains pays elle est aujourd’hui une menace immédiate.

Lors de la demi-finale de la Coupe d’Italie, des banderoles ont été brandies et des chants racistes entonnés par des ultras de la Lazio de Rome. Le semi-marathon de Trieste a été fermé aux Africains, sous le prétexte de « lutter contre l’exploitation sportive », en fait l’organisateur était proche de la Ligue du Nord, il a fallu la multiplication des protestations pour qu’en fin de journée les organisateurs reviennent sur leur décision.

Mais l’extrême droite n’est pas seule responsable. Quand les droits des migrants sont sans cesse remis en cause, au mépris des engagements internationaux de la France, quand le droit de vote pour les résidents non communautaires a été « oublié », quand en France, les expulsions d’étrangers n’ont jamais été aussi nombreuses, quand les contrôles au faciès perdurent, quand la persistance des discriminations minent le vivre ensemble, comment s’étonner de la banalisation du racisme ?

Enfin, comment ne pas penser à cette Europe de la honte qui fait de la Méditerranée le cimetière de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, victimes de trafiquants sans scrupules. Le chancelier autrichien Sébastien Kurz, qui dirige un gouvernement droite-extrême droite et qui exerçait la présidence tournante de l’UE, propose des « plateformes de débarquement «  de migrants en dehors de l’UE. Victor Orban, en Hongrie, fait ériger un mur de grillages et de barbelés aux limites de son pays, pourtant, le monde s’était réjoui de la chute du Mur de Berlin.

Publicité

La France aurait assumé ses responsabilités et se serait honorée à accueillir l’Aquarius. Au contraire, elle a décidé d’offrir 6 embarcations marines rapides à la Libye pour « aider la marine libyenne à lutter contre l’immigration clandestine ». Alors que les migrants qui sont capturés en mer et refoulés en territoire libyen sont soumis à des conditions de vie inhumaines : Insuffisance de nourriture, d’eau, de soins médicaux, mais aussi passages à tabac, tortures, violences sexuelles, esclavage, homicides… . Plus personne ne l’ignore. En se barricadant ainsi, l’Europe nous fait glisser vers un cauchemar nationaliste. A côté  de discours et de politiques inacceptables, ce sont aussi les inégalités sociales qui bafouent les valeurs de la République et créent un terreau favorable à la montée du rejet raciste de « l’autre ».

Alors qu’en ce mois de mai 2019, le MRAP va fêter son 70ème anniversaire,  il tient à rappeler que ces 70 années de luttes lui ont appris que le racisme est un phénomène unique dont les cibles et les formes peuvent, selon les moments et les circonstances, se développer, s’atténuer ou renaître de leurs cendres et que la solution n’est pas dans de futurs matins bruns, mais dans une mobilisation de tous pour faire reculer les problèmes sociaux générateurs de souffrances, d’inégalités, de concurrence et de ghettoïsation. Elle est dans la mobilisation pour une véritable égalité des droits. C’est à cette tâche que les antiracistes doivent s’atteler, il y a urgence !

Le MRAP appelle à se rassembler mercredi 1er mai à 11h au pont du Carrousel pour un hommage à toutes les victimes du racisme.

Publicité
Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’extrême-droite a bon dos et vous accusez souvent les autres de ce que vous faites vous-même.
    L’antisémitisme ? Il s’est surtout répandu depuis 20 ou 30 ans dans les banlieues immigrées. D’ailleurs par prudence les juifs évacuent ces banlieues islamisées devenues incontrôlables.
    Il semble en outre que les commandos de lyncheurs qui se sont attaqués aux roms en Seine Saint-Denis et dans les Hauts de Seine aient été constitués de “jeunes” de ces mêmes banlieues.
    Bien sûr, il ne faut pas le dire…

    • Pauvre buse, tu te sens visé? Pour l’antisémitisme les banlieues ont quelques siècles de retard et si elles devaient apprendre cette perversion elles s’adresseraient à l’extrême droite digne héritière de cette saloperie. Les juifs n’ont jamais eu rien à craindre des musulmans par contre ils ont subis discriminations, pillages, buchers, massacres, pogroms, et génocide en occident au point de disparaitre. Ce dernier crime a été perpétué avec le concours de la majorité de la population des pays occidentaux seule une partie minime l’a combattu. Avant de jeter l’anathème sur les autres occupe toi donc de la poutre dans ton œil. Je te renvoie à l’innombrable littérature qui traite du sujet.
      Va répandre ton venin autre part, tu es juste à vomir.

      • Leroy a raison. pour les exactions récentes sur les roms, ce sont des jeunes rebeus qui s’en sont pris à eux. Malgré cela, il faut néanmoins rester vigilant et aucun d’entre nous, toutes couleurs et religions confondues, ne sommes vraiment à l’abri. Je dois quand même souligner que j’ai eu une altercation avec une jeune musulmane sur instagram car elle m’a dit une chose qui m’a mis dans une colère très noire. Elle a osé dire en ces termes “David, c’est juif” alors qu’elle prônait pour l’égalité raciale, de ne pas supporter le racisme. Pourtant, elle m’a montré un visage que je n’avais jusque-là jamais soupçonné, étant donné que j’avais toute mon estime pour cette jeune strasbourgeoise. Ma réponse est :”Qu’as-tu contre les Juifs? Je pensais que tu étais contre des musulmans qui cherchaient absolument à les tuer, comme pour exterminer les chrétiens.” Ce qu’elle m’a dit ensuite m’a énervé : “David c’est juif, se répète-t-elle. de toute façon, dans le coran c’est marqué qu’ils sont nos ennemis (cf coran 9:29)”. J’ai failli la traiter de tous les noms mais je n’ai pas pu, car dire des méchancetés sur des femmes, c’est pas mon truc. Bien que très remonté, j’ai poursuivi en lui disant que Ibrahim veut dire en hébreu Abraham, Youssef de Joseph, Meriem de Marie et j’en passe encore. Je dois souligner que j’ai perdu plus qu’une amie, elle qui voulait tant se marier avec moi dont mon cœur reste chrétien malgré mes pensées arabes et musulmanes envers tous ces peuples, auxquels j’ai l’impression d’avoir été arabe dans ma vie antérieure. Oui, j’ai failli me marier avec une future terroriste ou je ne sais quoi. Quoique j’adore le monde arabe, je reste depuis cette incartade très vigilant. Il n’y a pas de quoi en faire tout un fromage mais cela étant dit, il faut comprendre également quelque soit la forme de phobie sur les religions qu’il y a sujet de discrimination partout dans le monde à cause des fanatiques, ignobles créatures qu’il est impossible de penser que Dieu les ait créées. Seul celui que nous redoutons tous pousse nos pauvres esprits, malmenés par tant de cafouillis religieux et de remous politiques, à donner le mauvais exemple sur soi. Il est impératif de comprendre surtout que la religion est un vêtement que nous portons sur nous, et non une couleur. La religion nous permet d’habiller avec courtoisie et respect la peinture que Dieu s’est escrimé depuis la génèse sur nos corps pour nous donner une identité, tels les animaux et les insectes, tels les arbres et les fleurs. Ceux qui tuent sont des gens qui sont plus malmenés que nous et ne voient pas le mal qu’ils causent, malgré le fait qu’ils semblent en être parfaitement conscients ou même obnubilés par des têtes aux idées sombres. Senghor avait dit : “Les personnes qui sont des racistes, ce sont des personnes qui se trompent de colère.” Le racisme galopant est inquiétant car il touche toutes les classes dont personne n’est réellement à l’abri. L’extrême-droite donne bien plus d’inquiétude lorsque l’on voit à quel point elle atteint des points culminants dans plusieurs pays d’Europe, même en Orient. La Turquie est en pleine restructuration nationaliste, de peur de perdre son identité. L’extrême-droite en est à son retour, signant son début à l’apogée et quant à son paroxysme, elle tuera nos libertés, nos convictions et nos espoirs. Il n’y a qu’un pas pour bien comprendre l’ampleur de ce problème récurrent. Ilan Halimi a été torturé à mort par des jeunes issus des banlieues et plus tard, on coupe les arbres souvenirs. J’ai vraiment le sentiment qu’il vient d’être torturé une deuxième fois. N’osez point penser que le RN (ex-FN) soit le grand fautif. Le racisme a toujours existé et était là bien avant que nous soyons nés. Qu’il y ait des partis radicaux, visant à chasser la couleur de notre peau ou l’habit de notre religion, nous sommes tous dans le même bateau. Il faut combattre cette gangrène. Il faut combattre le pouvoir de la haine. Mais cela est si difficile que nous avons quand même peur finalement de céder à son “appel”, sinistre chant venu des profondeurs que nos cerveaux avaient fait taire quoi qu’il en coûte depuis que nous ayons eu le réflexe de refuser ces abominations. Mais il reste toutefois des réglages que nous seuls pouvons effectuer comme pour y remédier de trouver une solution. Qui n’est celle que de l’amour de la vie. Dieu n’a-t-il pas dit de se respecter et s’entraider, qui que nous soyons ?

    • @leroy cohen

      Occupe toi de dénoncer le génocide en Palestine occupée par des colons juifs nazis avant de pleurer à tout va à l’antischimblique

  2. Il est bon de rappeler le deux poids deux mesures contre lequel s’était dressé des figures aussi prestigieuses que Mouloud Aounit en son temps. Si le MRAP renoue avec ces racines là, on ne peut que s’en réjouir. Le racisme, l’ethnocentrisme, la négrophobie, la rromophobie, l’antisémitisme judéophobe ou islamophobe hier ou aujourd’hui, etc.s’appuient sur les mêmes racines, l’impérialisme, le néo-colonialisme et les intérêts du complexe militaro-industriel en faveur d’un « clash de civilisations » pour empêcher la lutte unitaire du précaires, des prolétaires et de tous les « périphériques » pour la souveraineté, la liberté, l’égalité, le non alignement, le progrès social et économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Occident et droits de l’homme: indignation sélective et double standard

Ramadan 2019: la date sera connue samedi 4 mai (nuit du doute)