Le Premier ministre mégalomane du Qatar

L’homme qui a menacé l’Algérie de ses foudres en cas d’obstruction à ses menées anti-syriennes, sans égard pour le passé militant du pays, sans égard pour la fraternité d’armes entre Algériens et Syriens lors de la guerre d’indépendance algérienne, c’est lui.

Le Premier ministre mégalomane du Qatar

Le joujou de l’Emir s’est cassé, cassé par la volonté du peuple, une notion incongrue dans l’Emirat du Qatar, qui joue de malchance en 2012. Car autant 2011 lui avait été faste, autant 2012 lui est néfaste avec les déboires de Syrie et les avanies de la France.

La France, l’un de ses terrains d’emplettes préférés, qui lui a dégagé sans ménagement son joujou favori, Nicolas Nagy de Bocsa, le plus anti-arabe des dirigeants de l’histoire de la République française, à égalité avec le socialiste Guy Mollet.

HBJ… alias Hamad Ben Jassem Ben Jaber Al Thani, le symptôme de la mégalocéphalite.

L’homme qui a menacé l’Algérie de ses foudres en cas d’obstruction à ses menées anti-syriennes, sans égard pour le passé militant du pays, sans égard pour la fraternité d’armes entre Algériens et Syriens lors de la guerre d’indépendance algérienne, c’est lui.

L’homme qui fomenta l’expulsion de la Ligue arabe de la Syrie, sans égard pour les trois guerres menées par ce pays contre Israël pour le compte des Arabes (1948, 1967, 1947), c’est encore lui.

Lui qui parachuta la charia talibane en Libye. Lui qui maintiendra au seuil de la ligne de flottaison le prédicateur égyptien Youssef Qaradawi, la caution jurisprudentielle à l’intervention atlantiste en Libye. Lui, encore et toujours, qui renflouera politiquement le chef islamiste tunisien Rached Ghannouchi.

Lui, enfin, présumant de ses forces, qui intoxiquera son homologue français en l’assurant que son combat mercenaire à Bab-Amro (Homs), auquel la presse et la population civile ont payé un lourd tribut, sera «le Stalingrad du régime syrien» à l’effet de bouleverser la stratégie du Moyen-Orient.

Homs, particulièrement le quartier de Bab Amro qui avait vocation à devenir la ville symbole du martyrologe syrien, qui sera le révélateur des dérives sectaires de la Brigade Al Farouk, le fer de lance de l’opposition. «La brigade Farouk nous tue»: l’invraisemblable appel à l’aide, lancé à la hiérarchie par les autres composantes de l’opposition, est à cet égard significatif du comportement séditieux du chef de la brigade, le commandant Abdel Razzak Tlass, le plus médiatisé des chefs rebelles en raison de son homonymie avec l’ancien ministre de la défense, le Général Moustapha Tlass (1).

Voir à ce propos l’étrange mise aux enchères en Arabie saoudite d’un candidat au martyr en Syrie. Des enchères organisées par le propre père du volontaire en partance pour Bab Amro (Homs). L’adjudication qui s’est déroulée dans un hôtel de Djeddah (Arabie saoudite), s’est élevée à un million de riyals saoudiens.

 

Lui, l’avisé, qui se laissera fourvoyer à son tour par la France dans le chaudron syrien. En pleine campagne de Syrie, l’ami Sarkozy, en veine d’inspiration, lui forgera une loi de tonnerre de Dieu à relent électoraliste sur «la criminalisation de la négation du génocide arménien», implosant l‘alliance stratégique entre la France et la Turquie, les anciens complices du démembrement de la Syrie, plombant la mobilisation anti Assad et discréditant du même coup l’opposition syrienne de l’extérieur chapeautée par Paris.

Un parfait contre-exemple des annales de la géostratégie mondiale, un cas d’école programmé comme objet d’un futur enseignement dans les académies diplomatiques. On ne se méfie jamais assez de ses amis. On ne prête qu’aux riches. Et lui, il est très riche, on lui prête donc beaucoup. Beaucoup de qualités et autant de vilénies.

Dans sa chevauchée solitaire vers la gloire et la renommée, cet apprenti «Maître du Monde» ignorera la moitié de la planète, la Chine et la Russie, détentrices d’un double verrou au Conseil de sécurité, l’Inde, un quasi continent, l’Afrique du sud, la nouvelle autorité morale du continent africain, ainsi que le Brésil, le géant de l’Amérique latine, soit près de trois milliards de personnes, offrant au groupe de Shanghai et au BRIC la première victoire diplomatique majeure sur le bloc atlantiste depuis l’effondrement de l’Union soviétique, il y a vingt ans et la fin de l’unilatéralisme atlantiste.

Piètre résultat pour un homme qui passait parmi les plus avisés de la diplomatie pétro- monarchique, atteint désormais de mégalocéphalite, une pathologie fréquente à l’ombre des derricks. Piètre résultat aussi pour le petit génie de la diplomatie française, Alain Juppé, le bradeur de la firme électronique française Thomson CSF pour un franc symbolique, le meilleur des chiraquiens et des sarkozystes réunis.

Lui, c’est Hamad Ben Jassem Ben Jaber Al-Thani (HBJ), des initiales qui retentissent à la JR, de la célèbre série américaine DALLAS. Un homme nullement inconnu des chroniques judiciaires des gazettes du palais, dans leur version pénale. Cet homme-là fit la «Une» de l’hebdomadaire américain «Newsweek», le 8 avril 2003, le jour de la chute de Bagdad, alors que les Etats-Unis tentaient de mettre au pas la chaîne transfrontière qatariote Al Jazira, alors à l’apogée de sa puissance et de sa crédibilité.

Ce jour-là, en phase finale de l’offensive américaine en Irak, marquée par la destitution médiatique de la statue de Saddam Hussein sur la place «Al Fardaous», «Newsweek» annonce à grands renforts de publicité une information sans véritable lien avec la conduite de la guerre: le lancement d’une enquête pour corruption contre le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Hamad Ben Jassem Ben Jaber Al Thani, qui aurait été impliqué dans le courtage d'une affaire d’assurances et le blanchiment subséquent de cent cinquante millions de dollars sur un compte dans les Iles Jersey (Royaume Uni).

Le choix de la cible n’était nullement anodin. Ni le fruit du hasard. Un des vieux routiers de la vie politique du Golfe HBJ était l’inamovible ministre des Affaires étrangères du Qatar depuis 1992, c’est-à-dire lorsque l’accusation est portée, depuis 11 ans, soit un homme qui a servi les deux derniers gouverneurs, le père et le fils.

Fils aîné de Cheikh Jaber Ben Hamad, ancien Emir de Qatar, HBJ avait joué un rôle important dans le coup d’état pro anglo-saxon qui a porté au pouvoir le nouvel Emir. Il passe pour être un homme sensible aux intérêts des firmes pétrolières anglaises et américaines.

Ni anodin, ni le fruit du hasard, ce choix paraissait destiné à démonter la détermination des Etats-Unis à «caraméliser» quiconque se dresserait contre leur projet, jusqu'à leurs meilleurs amis, visant à faire taire toute critique à l’égard de l’invasion de l’Irak. Né en 1959, Jassem est le père de treize enfants (Six garçons: Jassem, Jaber, Tamime, Mohammad, Fahd, et Falah) et sept filles (Nour, Charifa, Lamya, Mayyasah, Mariam, Alanoud, May).

Dans la répartition des rôles au sein du pouvoir qatariote, HBJ représente la sensibilité américaine face à l’Emir, le parricide Cheikh Hamad Ben Khalifa, présenté comme ami de la France.

A la tête d’une immense fortune, qui lui vaut le titre de l’homme le plus riche du richissime Qatar, situé à un niveau très élevé du hit-parade des fortunes du Golfe, Cheikh Jassem est actionnaire de la compagnie aérienne qatariote «Qatar Airways» et du fond d’investissement «Qatar Investment Authority», dont le fils de l’Emir, Tamime,  est le président nominal.

Membre reconnu de l’Establishment américain, Jassem est membre associé de la prestigieuse «Brooking Institution», spécialisée dans les études géostratégiques sur le Moyen-Orient, à ce titre un interlocuteur régulier des dirigeants israéliens, notamment de Mme Tzipi Livni, ancien agent du Mossad et ancien ministre israélien des Affaires étrangères, et à ce titre futur coordonnateur des guerres destructrices israéliennes contre le Liban (2006) et contre l’enclave palestinienne de Gaza (2008).

La neutralisation d’Al Jazira, dont les Américains caressaient le projet de bombarder le siège central, figurait alors comme leur cible prioritaire. Curieuse information qui apparaît rétrospectivement comme un contre-feu, alors que le bureau d’Al-Jazira dans la capitale irakienne était de nouveau la cible de dommages collatéraux de la part de l’artillerie américaine, et que des informations persistantes faisaient état de l’implication de la firme Haliburton, dont Dick Cheney était le patron avant sa nomination au poste de vice-président américain, tant dans des versements de pots-de-vin au Nigeria, que dans la surfacturation de prestations pétrolières en Irak.

L’affaire tournera court, mais le message sera entendu. Le ministre qatari ôte  des Affaires étrangères sera blanchi, promu même ultérieurement Premier ministre, tandis que l’Amérique transférera ses bases d’Arabie saoudite vers le Qatar, et, dans la foulée, l’Emir de Qatar annoncera l’éviction pour des liens présumés avec le régime de Saddam Hussein du Directeur Général d’Al-Jazira, celui-là même qui avait été félicité par l’ambassadrice américaine lors du repas du Ramadan.

Simultanément, le correspondant d’Al-Jazira à Kaboul et Bagdad, Tayssir Allouni, était traduit en justice en Espagne pour ses présumés liens avec Al-Qaîda et un des photographes de la chaîne, Sami al Hajj, était incarcéré pendant huit ans à Guantanamo, avant de se voir confier la direction d’un centre pour la défense de la liberté de la presse.

Du travail d’orfèvrerie: le Qatar était dédouané au regard de l’opinion arabe, Al-Jazira confortée dans sa crédibilité alors que les américains obtenaient la mise sur place d’un PC opérationnel à Doha. Un privilège obtenu au prix d’une lourde servitude à l’égard de son grand tuteur américain, qui s’est traduite par l’installation sur le sol de la principauté du siège du CENT COM, le commandement opérationnel des guerres américaines en terre d’Islam (Afghanistan, Irak, Yémen, Afrique orientale), porte garantie de la pérennité du régime, de la survie de la dynastie et du maintien sous souveraineté qatariote du gigantesque gisement gazier offshore North-Dome, contigu de l’Iran.

Effet du hasard ? HB assumera un rôle de pointe dans la mise à l’index de la Syrie, à l’automne 2011, dans une opération de déroutement de la révolution arabe des rives du golfe pétro-monarchique vers la frange méditerranéenne du Monde arabe.

Mais cette opération de dérivation de Bahreïn vers la Libye, puis de la Syrie a porté un coup fatal à la crédibilité d’Al Jazira, au-delà, au Qatar, faisant voler en éclats un édifice patiemment mis sur pied pendant quinze ans. Une diplomatie agressive en tandem avec la France, qui vaudra à ce pays la perte de gros marchés dans les principautés du Golfe, excédées par la morgue du duo.

Suprême avanie, le camouflet infligé par New York au premier ministre du Qatar en lui refusant l’acquisition d’une propriété de trente millions de dollars sur Fifth avenue, au prétexte que le réaménagement du lot, anciennement propriété de la millionnaire Huguette Clark, en vue d'y installer la nombreuse famille princière, risquait de perturber la quiétude de la copropriété du fait de la cohabitation au sein du même immeuble, mais dans des appartements différents, des deux épouses du Prince et de leurs quinze enfants.

Hasard du calendrier ou intersigne du destin, l’annonce a été rendue publique par le New York Times, le 10 Mai, jour de la proclamation officielle des résultats des élections présidentielles françaises, propulsant François Hollande comme Président de la République française, vainqueur du rival de l’ami tonitruant du Qatar, Nicolas Sarkozy.

Davantage que les plus belles analyses, cette rebuffade constitue l’indice le plus significatif de la nature réelle des relations entre les deux pays, en ce que le plus zélé sous-traitant américain pétro-monarchique s’est abstenu de toute réplique sans oser faire usage d’un argument de taille, à savoir que les bases américaines sur son territoire risquaient de dénaturer la souveraineté et l’indépendance de la principauté.

Depuis lors, le Qatar arbore fièrement sa devise, non pas «l’indépendance dans l’interdépendance» chère à l’ancien Premier ministre français Edgar Faure, mais la forme moderne de l’indépendance pétro-monarchique: «La dépendance dans la trop grande dépendance». Drôle d’oxymore d’ailleurs qu’un souverain frappé de servitude. Que ne ferait-on pour complaire à son seigneur et maître?

A l’ombre du CentCom (3), ses deux bases qui occupent le quart de la superficie du pays, ses cent chasseurs bombardiers et ravitailleurs, sa police aux porches rutilantes, le Qatar, dérisoires pacotilles, relève du décor d’opérette, et, la principauté, sous le tandem Hamad Jassem, est devenue un bateau ivre piloté par des automates.

Commandant en chef fantoche d’une guerre mercenaire de déstabilisation du Monde arabe pour le compte de ses protecteurs américains, le duo assume avec bonheur sa fonction de souverain servile, dont le ralliement à la branche rivale de l’Islam sunnite, le chiisme, d’Abdel Rahman Qaradawi, le propre fils de leur prédicateur attitré Youssef Qaradawi, a retenti comme un magistral camouflet à la logomachie paternelle, en même temps qu’un désaveu à sa caution religieuse à toutes les équipées atlantistes dans le Monde arabe, au bénéfice de ses bâilleurs de fonds qatariotes.

Publicité

Auteur : René Naba

Directeur de Madanya.info. Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information, est l’auteur notamment des ouvrages suivants:

"Média et Démocraitie, La captation de l'imaginaire un enjeu du XXI me siècle", Golias Novembre 2012 -"Erhal (dégage), La  France face aux rebelles arabes" Golias Novembre 2011- "Les révolutions arabes ou la malédiction de Camp David" Editions Bachari Mai 2011- "Hariri de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres" - Harmattan Janvier 2011 -«Liban: Chroniques d’un pays en sursis » (Éditions du Cygne) - «Aux origines de la tragédie arabe”, Editions Bachari 2006 - ”Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français”- Harmattan 2002. «Guerre des ondes, guerre de religion, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen» (Harmattan 1998)- “De notre envoyé spécial, un correspondant sur le théâtre du monde”, Editions l’Harmattan Mai 2009 - L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres; L'Islam otage du wahhabisme" Golias Automne 2013www.renenaba.com

commentaires