l’Irlande du Nord : l’histoire d’un attachement à la Palestine

Avant qu’Israël ne fasse une fois encore parler les armes, connaissait-on réellement l’attachement si pr

mardi 8 juin 2010

Avant qu’Israël ne fasse une fois encore parler les armes, connaissait-on réellement l’attachement si profond qui lie la population nord-irlandaise à ses frères de cœur : les palestiniens ?

L’évocation de la Palestine crée un sentiment de proximité et de solidarité sincère et quasi naturel parmi une large majorité de nord-irlandais, qui s’identifient avec émotion à un autre peuple en souffrance, assiégé, humilié et meurtri, comme ils le furent eux-mêmes pendant des siècles sous la botte dominatrice anglaise.

Avec l’idéal humanitaire comme oriflamme, rejoindre la flottille de la liberté s’imposait comme une évidence pour l’Irlande. Ainsi, le cargo baptisé Rachel Corrie, qui avait largué les amarres pour Gaza quelques jours après le drame, battait pavillon irlandais, acheminant 200 tonnes de matériel médical, de fournitures scolaires et de ciment, ainsi que quinze militants pro-palestiniens, dont la Prix Nobel de la paix Mairead Maguire, 66 ans, et l’ancien haut responsable de l’ONU Denis Halliday.

Un bateau qui n’est jamais arrivé à bon port, en dépit des sommations très fermes du Premier ministre irlandais, Brian Cowen, contre un nouveau déchaînement de violence de l’Etat juif : "S’il arrive quoi que ce soit à un de nos ressortissants, cela entraînera les conséquences les plus graves", avait-t-il menacé devant le Parlement, tandis que le parti unioniste, de son côté, prenait comme de coutume fait et cause pour la dictature sioniste, allant jusqu’à comparer le Hamas et l’IRA comme deux « terrorismes » très proches.

Sur le sol de la verte Irlande du Nord, où les blessures liées à l’oppression et à la spoliation de terres cicatrisent très lentement, la Palestine fait partie du paysage urbain. Devenues un art d’expression majeur, des fresques murales célébrant de grandes causes humaines habillent des quartiers entiers, la plus dessinée et populaire étant dédiée à la gloire de la cause palestinienne.

Depuis le sort tragique de la flottille de la liberté, et l’arraisonnement par les autorités israéliennes du bateau Rachel Corrie, les rues des principales villes d’Irlande du Nord se sont animées sous les bannières de protestation de centaines de manifestants pro-palestiniens, exhortant samedi dernier, à l’unisson de la France, à la levée du blocus de Gaza.

Publicité

commentaires