Jeudi 24 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Un racisme qui vient d’en haut

20 décembre 2005 par Pierre Tévanian

Etre sourd aux « inquiétudes » et aux « demandes de fermeté » de « l’opinion », ce serait « faire le jeu du Front National »... À ces discours rebattus, il faut opposer une toute autre hypothèse : et si le racisme venait d’en haut ? Et si la demande xénophobe était produite par les « réponses raisonnables » des élites ?

Rôle positif de la colonisation : La mission civilisatrice de retour

20 décembre 2005

Déjà en 1953, Aimé Césaire, dans son discours sur le colonialisme, avec des mots chauffés au four de la révolte et de l’indignation s’attaquait au : « mensonge principal à partir duquel tous les autres prolifèrent ». Celui-ci postulait que l’entreprise coloniale était une œuvre civilisatrice. Aujourd’hui la France revisite son passé colonial et déroulant les rouleaux de sa mémoire, elle ramène le fagot de bois qui lui plait.

La loi du plus sot !

19 décembre 2005

La France discute aujourd’hui des effets positifs de la
colonisation et se couvre ainsi de ridicule aux yeux du monde
qui ne peut plus la comprendre ! Ce débat nécessite quelques
commentaires sur le contexte dans lequel il se déroule et sur
le fond idéologique qu’il représente.

Les filières halal, agents de « l’éthicisation » et de la sécularisation de l’islam en occident (partie 1/2)

17 décembre 2005 par Grégoire David

L’objet de cette étude est de montrer comment le développement des marchés halal entraîne des intégrations normatives réciproques, afin de permettre aux prescriptions islamiques d’être à la fois applicables et fonctionnelles dans les démocraties de marché où l’islam est minoritaire.

L’islam de marché ou la politisation néo-libérale de l’islam

15 décembre 2005

Auteur d’un livre remarquable « L’islam de marché » paru aux éditions du Seuil, le chercheur suisse Patrick Haenni décrit dans cet entretien un monde musulman marqué par de nouvelles formes de religiosité, dont les idéologues sont fascinés par les méthodes managériales américaines.

Gérard de Nerval ou le rêve et la vie

14 décembre 2005

L’œuvre de Nerval est aussi vaste que profonde. Malheureusement elle reste assez méconnue alors qu’elle traite de sujets aussi fondamentaux que celle de la question de Dieu, du statut du rêve et de la réalité ; de l’altérité, celle à laquelle s’est confrontée toute la génération romantique : l’Orient arabo-musulman.

Violence archaïque illégitime contre violence structurelle légitime

14 décembre 2005

Oumma.com a interrogé l’historien Rochdy Alili pour lui demander ce qu’il a pu voir dans les agitations récentes des banlieues françaises. Il nous répond, dans la perspective la plus globale possible, par une démarche d’identification, de conceptualisation et de catégorisation du phénomène. Il nous propose une abstraction opératoire avec le seul souci de soumettre une lecture complétant les nombreuses analyses pertinentes qui ont pu être faites par ailleurs, sur oumma et d’autres médias, dans de multiples registres.

Atteinte à la liberté d’expression.

13 décembre 2005

Quel que soit notre avis sur les analyses de Tariq RAMADAN, rien ne justifie qu’il soit empêché de s’exprimer et encore moins que cela conduise à annuler un colloque. Nous nous insurgeons contre de telles logiques et nous appelons à résister à cette atteinte à la liberté d’expression.

Décolonisation : le plan B...

13 décembre 2005 par le Mouvement des Indigènes de la République

...a commencé jeudi 8 décembre, quand Aimé Césaire, les syndicats et plus largement les Antillais ont magnifiquement dit « Non » à la venue de Sarkozy en Martinique. C’est encore une victoire des indigènes : pas de tels ou tels indigènes, mais de tous les indigènes, qu’ils habitent en métropole ou dans un « département d’outremer », qu’ils soient colonisés ou ex-colonisés, noirs, arabes, indiens, blancs, etc.

Une décade commémorative (Début décembre 2005)

13 décembre 2005 par François-Charles JOURDANER

Ce début de mois de décembre a été fertile en commémorations. Journée mondiale de lutte contre le sida et hommage des « Indigènes de la République » à Rosa Parks le premier. Deux centième anniversaire de la bataille d’Austerlitz et manifestations contre Napoléon, restaurateur de l’esclavage dans les colonies françaises, le deux. Souvenir de l’arrivée de la marche des Beurs à Paris le trois. Sainte Barbe, bien sûr, le quatre, pour rasséréner les pompiers fatigués

Discriminez-moi ! Enquête sur nos inégalités

13 décembre 2005

Alors, en définitive, qu’est-ce que notre Etat-nation aujourd’hui ? Traversé par des crises récurrentes, atteint par le syndrome de la dégringolade, voire de la déréliction, et dilué dans une construction européenne qui progresse à grands pas, il ne signifie plus grand-chose. Car nous sommes davantage dans une phase de recomposition de l’identité nationale sur des bases multiculturelles que dans une phase d’érection d’un Etat national fondée sur une homogénéité culturelle.

« C’est totalement incongru de saluer le rôle positif de la colonisation »

12 décembre 2005

Journaliste et écrivain engagé, le Suisse Charles-Henri Favrod, 78 ans, a écrit « Le temps des colonies »(*) en réaction à l’article de la loi du 23 février 2005 qui impose aux programmes scolaires de reconnaître le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord. [...] Fin connaisseur des continents africain et asiatique, Charles-Henri Favrod a été l’un des intermédiaires entre la France et le FNL algérien à l’aube des accords d’Evian. Ami d’Ahmed Ben Bella, qu’il a connu au Caire en 1953, ce Suisse, pas si neutre que cela, révèle une facette peu connue du premier président algérien : son amour du football.

Pour la suspension de l’émission de Finkielkraut sur France Culture

9 décembre 2005

Alain Finkielkraut, en tenant ouvertement des propos racistes, a perdu à nos yeux le droit de produire une émission sur une chaîne de service public. Nous vous demandons donc de prendre les mesures de suspension qui nous paraissent s’imposer.

FINKIELKRAUT RENONCE À SE RENDRE À LYON !

9 décembre 2005

Bonne nouvelle : le provocateur raciste a renoncé à se rendre à Lyon le 15 décembre. Il n’interviendra pas sur "le laïc, le profane et le sacré", ni sur autre chose d’ailleurs, à l’occasion des conférences sur la laïcité organisées par le Conseil Régional et l’association Villa Gillet.

Interdit de parole... Ca continue !

8 décembre 2005 par Tariq Ramadan

A l’heure où M. Nicolas Sarkozy salue la pensée de l’intellectuel M. Alain Finkielkraut dont les excès en ont choqué plus d’un en France, on peut se demander à quel type d’intellectuels on a envie d’avoir affaire au ministère de l’Intérieur. Les banlieues ont montré une France en crise, c’est une évidence ; la gestion antidémocratique et liberticide de la liberté d’expression citoyenne et académique est la preuve d’une crise bien plus profonde encore, c’est une autre évidence.

Philosophe ou directeur de communication ?

7 décembre 2005

Dans le discours, le dérapage est un instrument de mesure sophistiqué servant à évaluer les réactions pour mieux l’adapter. Finkeilkraut philosophe converti au lepénisme primaire ne fait pas exception. Son discours s’articule autour de trois concepts majeurs : la dénonciation, la segmentation et la stigmatisation.

Philippe Val, vendeur de l’idéologie néo-conservatrice américaine

7 décembre 2005

Philippe Val est directeur de Charlie Hebdo. Le journal a une image contestataire, humoristique. Il attire donc un lectorat jeune. Philippe Val a évolué politiquement pour devenir aujourd’hui proche des thèses des néo-conservateurs américains. Sharon et Bush sont ses héros positifs, ceux qui osent les critiquer sont selon lui complaisants avec les terroristes.(...)

NON A LA CONFERENCE DE FINKIELKRAUT A LYON LE 15 DECEMBRE !

7 décembre 2005

La mobilisation a commencé en région Rhône-Alpes à l’annonce de la venue de Alain Finkielkraut le 15 décembre prochain à Lyon, à l’invitation du Conseil Régional qui organise une série de conférence sur la laïcité. Des protestations circulent dans les milieux associatifs et universitaires. Donner plus longtemps la parole à un tel raciste est intolérable. Nous appelons tous ceux qui veulent se joindre à cet appel dont vous trouverez les premiers signataires en bas du texte, à nous contacter.

Si Finkielkraut est victime d’un lynchage médiatique, je suis candidat au lynchage...

6 décembre 2005

Après le silence effarouché de certains médias et la complaisance du Point, du Nouvel Obs (du moins de certaines de ses plumes) et de l’Express, voilà l’adoubement final pour Finkielkraut : suivant en celà la voie indiquée par Pascal Bruckner, qui avait décrit Finkielkraut comme le Sarkozy des intellectuels, voilà que ce dernier est venu "sauver" le "philosophe" des hordes d’indigènes et de footballeurs antillais en furie...

L’islam industriel

6 décembre 2005

Le Groupe Peugeot qui compte en France 127 950 salariés dont 20 % sont des femmes, a réalisé un chiffre d’affaire de 3 milliards d‘euros dans l’hexagone. Comment l’islam s’est installé historiquement dans l’entreprise ? Quelle visibilité et quelles pratiques de cette religion sont tolérées dans l’espace public de l’entreprise ou sur le lieu de travail ? Voilà quelques axes que cet article se propose d’examiner.

Le corps d’exception

2 décembre 2005

Alors que les députés de la majorité viennent de refuser d’abroger l’article de la loi du 23 février évoquant « le rôle positif » de la colonisation, nous publions un entretien avec le philosophe Sidi Mohammed Barkat qui analyse le système colonial en Algérie dans son livre, « Le corps d’exception : Les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie » paru aux éditions Amsterdam. Perçus notamment comme « des êtres incapables de liberté », les colonisés sont réduits à des corps simplement organiques et déshumanisés. Un livre à lire impérativement !

Après le Sommet de l’Information, Internet dort en prison

2 décembre 2005 par Vincent Geisser

[...] six citoyens tunisiens qui, il y a encore peu de temps, étaient sans histoire particulière, des « citoyens ordinaires » en quelque sorte, tous originaires de la ville de Zarzis, bourgade du Sud tunisien en face du paradis touristique de l’île de Djerba.