Samedi 23 August 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Sur une fausse alternative « républicaine »

10 mars 2006 par Laurent Lévy

« Il faut s’occuper de la politique, dit-on à l’association « Devoir de mémoire », ou c’est la politique qui s’occupera de nous ».
« Le bulletin de vote peut être une solution aux problèmes des banlieues » ; « S’inscrire, c’est nécessaire » ; « Reprendre confiance dans la société française » ; « Si tu veux réussir, tu seras soit sportif, soit musicien... eh bien peut-être que tu seras aussi politicien ». Voici le genre de chose que l’on entend à satiété en cette fin d’année 2005. (...) Identifier le fait de « faire de la politique » avec celui de voter, c’est donner de la politique une vision terriblement réductrice.

Bernard-Henri Lévy : de Kant aux surgelés Picard

9 mars 2006 par Saïd Branine

Au rayon des livres ostracisés par des médias devenus des succursales de trusts industriels, l’ouvrage « Une imposture française », de Nicolas Beau (journaliste au Canard Enchaîné) et Olivier Toscer (du Nouvel Observateur) paru récemment aux éditions Les Arènes, sera disposé en tête de gondole. Dans ce pays où une caste de journalistes psalmodie en boucle la ritournelle de la liberté d’expression, le fait même de dévoiler quelques vérités ornées de savoureuses vilénies sur l’écrivassier Bernard-Henri Lévy, suffit à vous rendre aussi infréquentable qu’un poulet atteint du virus H5N1, auprès de ces courtisans de basse-cour médiatique.

1 commentaire(s)

Georges Frêche, un « sous élu » récidiviste de la haine verbale (3ème partie et fin)

8 mars 2006 par Vincent Geisser

Victoire pour Georges Frêche ! « Suspendu » des instances dirigeantes du PS ! Exclu vous n’y pensez pas ! La Fédération de l’Hérault, totalement verrouillée par G. Frêche, pèse sûrement trop lourd dans le décompte des voix pour l’investiture du futur ou plutôt de la future candidate socialiste à l’élection présidentielle. Mais que valent ces « sous-hommes » harkis ou autres « sous-produits de l’humanité » (« bougnoules », « racailles », « barbares » ou autres « sauvageons »...) dans la Realpolitik électorale du PS ? Pas grande chose, si l’on en juge à la sanction homéopathique infligée au « délinquant verbal » par la direction du PS.

Malaise au Monde diplomatique

8 mars 2006

Le Monde diplomatique connaît une grave crise qui pourrait remettre en cause pour longtemps sa ligne éditoriale. Le rédacteur en chef du journal et son adjoint - tous deux en charge du dossier Proche-Orient - ont été remplacés en janvier ; le second actionnaire du journal subit une reprise en main ; un article de l’intellectuel d’origine palestinienne Edward Saïd a été coupé dans ses passages les plus critiques envers l’Onu, Israël et les USA ; des membres de la rédaction sont directement intervenus dans un prix littéraire jusque-là indépendant.

L’une voilée, l’autre aussi

8 mars 2006 par Asma Sassi

La perception des instances médiatiques et gouvernementales françaises vis-à-vis du voile islamique incite savants, sociologues, islamologues et autres à traiter le sujet sous le seul angle des libertés fondamentales de la femme. Ce qui va ici nous importer, ce ne sont pas tellement les discours élitistes sur la question mais plutôt les témoignages des principales concernées, c’est-à-dire les musulmanes.

1 commentaire(s)

Elle ne peut monter sur l’estrade au seul motif qu’elle porte un foulard

8 mars 2006

Vendredi 25 novembre 2005, lors de la cérémonie de remise des diplômes d’ingénieurs pour les 35 ans de l’Université, le Directeur de l’Institut Galilée, Monsieur Jean-Pierre Astruc, s’emporte et exprime son refus qu’une étudiante diplômée monte sur l’estrade au seul motif qu’elle porte un foulard. Ceci est paradoxal par rapport au discours d’introduction qui affichait la fierté de l’Université de former des diplômés représentatifs d’une large diversité culturelle : une richesse pour l’Institut Galilée, l’Université et la société. Il apparaît d’après les faits, que des responsables universitaires persistent à penser que la diversité culturelle a ses limites. La présence d’étudiants de différentes origines n’a pas choquée mais celle d’une étudiante voilée est intolérable pour certains.

Des femmes sujets de l’Histoire

8 mars 2006 par Malae Ben Azzuz

La présence des femmes musulmanes au cœur de l’Europe, et plus précisément celles coiffées d’un foulard islamique, interrogent le concept de citoyenneté. Par leur visibilité, ces femmes constituent pour nombre de chercheurs un terrain propice à l’analyse des relations complexes entre l’islam et la modernité dite occidentale.

Les structures de la relation entre spirituel et temporel en France

7 mars 2006

La perception du religieux par les pouvoirs publics cantonne ce dernier à ses aspects exclusivement cultuels. Il en découle le fait que l’Etat ne négocie plus qu’avec des agents du culte, organisateurs d’une pratique. Il ne songe donc pas à tenir compte dans l’islam d’une société civile musulmane elle même en tension, depuis une période assez récente, avec ce qui voudrait se faire recevoir, dans un système symbolique musulman, comme une autorité religieuse légitime.

Des civils israéliens au secours de la Palestine

6 mars 2006 par Aya Suleimane

De nombreuses organisations israéliennes, aussi bien politiques que sociales s’engagent pour les droits du peuple palestinien. Dans une lutte commune avec les palestiniens, ces mouvements dénoncent le “mur de l’apartheid”. Gush Shalom ou Koutlat As-Salam est un mouvement qui n’a plus besoin de faire parler de lui. Ses prises de position contre la politique d’occupation du gouvernement israélien sont très virulentes.

1 commentaire(s)

FORCE RESTE À LA LOI

6 mars 2006 par Jean-Michel Cros

L’impunité dont jouissent ceux qui véhiculent ce « racisme acceptable » perpétue la violence symbolique dont sont victimes les populations issues de l’ancien empire colonial et justifient les analyses pertinentes développées par Sidi Mohammed Barkat dans sont ouvrage : Le corps d’exception.

2 commentaire(s)

Postcolonialité et lutte de classes (partie 2 et fin)

6 mars 2006

Nous considérons que la fracture coloniale ne peut pas être envisagée uniquement comme un ensemble de représentations, de rapports vécus négativement à la société globale. Elle renvoie à des processus sociaux de ségrégation sociale et spatiale affectant dans son ensemble le monde ouvrier, et plus significativement sa fraction immigrée, de loin la plus vulnérable.

Réflexions sur un fait divers : Ilan Halimi, « les barbares » et la guerre des civilisations

2 mars 2006

S’il n’est pas certain - et si rien à vrai dire ne semble, à ce jour, l’indiquer de manière claire - que l’on a ici affaire à un crime raciste, il est par contre certain que jamais, dans l’histoire récente (et même moins récente) de la société française, un acte raciste n’a suscité autant de réactions que notre fait divers. Un précédent, toutefois, a failli avoir lieu à l’été 2004. Les terribles circonstances du meurtre de Ilan Halimi n’interdisent pas de garder le souvenir de « l’Affaire » du RER D. On se rappelle en effet que la malheureuse mythomane qui s’était faite l’héroïne d’un fait divers qu’elle avait inventé de toute pièces était soumise aux mêmes stéréotypes que ceux qui pourraient bien être en cause dans ce meurtre.

Où donc s’en est allé le Peuple ?

2 mars 2006 par Ali Aissaoui

Le débordement de M. Frêche renvoie à la crédibilité du pacte social : à quoi bon édicter et multiplier les lois contre les discriminations, le racisme si des élus sont les premiers à les bafouer ? N’est-ce pas ouvrir grand les portes que l’on prétend fermer ? Dès lors quel crédit accorder à la loi, censée régir les rapport sociaux condition sine qua non du vivre ensemble : Peut-on la ravaler au rang de simple exercice formel, démagogique et cynique ?

Philipe Val : une caricature d’intellectuel

1 mars 2006 par Lounis Aggoun

Pourquoi malgré le dégoût que nous inspire le boucher Saddam, éprouvons-nous une sorte de malaise en le voyant dans sa cage ? Est-ce manquer de compassion envers les condamnés d’Outreau que d’en éprouver à l’égard du juge Burgot pris comme un lapin de garenne dans une chasse à courre ? Sommes-nous, comme le suggère Philipe Val, subitement devenus perméables aux sirènes de l’islamo-gauchisme ? Ou bien refusons-nous simplement de nous aligner derrière les pôles d’un monde binaire où le Bien et le Mal ne s’opposent publiquement que pour mieux se confondre dans les coulisses ?

De Napoléon à nos jours

28 février 2006 par Rochdy Alili

Cette tendance à l’assimilation des musulmans lorsqu’ils purent résider durablement en Europe occidentale, est une constante de l’histoire. Les cas ne sont pas innombrables, mais ils existent, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les choses changent à partir du moment où d’assez importantes forces humaines, pour le travail ou pour la guerre, sont importées des terres musulmanes du Maghreb par le colonisateur. Dès lors s’institue une présence en France de musulmans voués à un retour vers leur pays natal.

Dr. Jeckyll et M. Hyde ?

27 février 2006

Il est assez cocasse, en effet, d’être accusé dans un article de dissimuler deux personnalités, d’être un Dr. Jeckyll et M. Hyde, par un journaliste qui, sur la même personne, développe trois différents discours pour trois publics différents... sous deux identités différentes. C’est cocasse, en effet, mais surtout pitoyable. Il est, de surcroît, attristant - pour le moins - de voir Le Monde publier un tel ramassis de platitudes et de vides : un portrait ?! Digne d’un tabloïd ... anglais... lorsque celui-ci verse dans la petite rancune bien malsaine et haineuse.

Georges Frêche, un « sous élu » récidiviste de la haine verbale (2ème partie)

27 février 2006 par Vincent Geisser

A l’Université, comme dans les assemblées politiques locales, le « professeur Georges Frêche » côtoie régulièrement son adversaire mais néanmoins ami le « professeur Jean-Claude Martinez (ils se tutoient), comme lui enseignant en droit, député européen et vice-président du Front national. Les deux hommes partagent la même passion pour la légende coloniale et le même désir d’en faire un axe majeur de la politique locale. Certaines déclarations et/ou actions de G. Frêche pourraient aisément être mises sur le compte du leader du Front national et vice-versa. Les deux hommes n’ont d’ailleurs pas hésité à entonner ensemble le Chant colonial (« C’est nous les Africains qui revenons de loin ... »), lors d’une interruption de séance au Conseil régional, le 30 novembre 2005, pour dénoncer l’attitude des parlementaires français qui avaient « osé » voter contre l’amendement sur les « aspects positifs de la présence française en Afrique du Nord ».

La priorité des services secrets suisses : comment Hani Ramadan sucre son café

26 février 2006 par Ian Hamel

« La Tribune de Genève » a révélé jeudi 23 février que le Service d’analyse et de prévention (SAP), le service de renseignements intérieur de la Suisse, avait infiltré pendant deux ans le Centre islamique de Genève, dirigé par Hani Ramadan, le frère aîné de Tariq Ramadan. Cette taupe devait-elle simplement espionner ou avait-elle pour mission de fabriquer des preuves contre Hani Ramadan ?

LA CHARGE ET LE SENS

26 février 2006 par Sylvain CAMILLERI

Maintenant la question est de savoir si, oui ou non, dans le cas des caricatures de Muhammad, la représentation a effectivement une « signification négative ». Du point de vue d’une image idéale, c’est-à-dire une image qui n’intéresserait que l’art, ou d’une image spirituellement neutre, en ce sens que sa publication n’impliquerait pas - plus ou moins directement - directement la sphère mémorielle et affective de près d’un milliard de personnes, on serait tenter de se rang er aux côtés de Gadamer et de déclarer la signification positive de toute représentation.

Ilan Halimi : contre tous les racismes, contre toute récupération de la douleur et de l’émotion

25 février 2006

L’assassinat d’Ilan Halimi est un crime barbare et l’UJFP tient à exprimer son émotion et son indignation.
Pour autant, le caractère antisémite de cet acte n’est pas avéré. Le Procureur de la République de Paris a déclaré : « Pendant le week-end, certaines personnes entendues ont pu dire, de manière indirecte, que le choix d’un Juif garantissait le paiement de la rançon. Le juge a donc considéré qu’il y avait éventuellement là un mobile antisémite ... ».

Portée... et limites des méthodes employées par les services secrets suisses pour infiltrer le Centre islamique de Genève

23 février 2006

Cet article paru dans la Tribune de Genève relate les méthodes des services secrets suisses qui ont tenté d’introduire une taupe au sein du Centre islamique de Genève dirigé par Hani Ramadan.

Les habits neufs du Doriotisme

23 février 2006

L’idéologie néo-doriotiste de cette gauche réactionnaire semble notamment véhiculée par une partie de la rédaction de l’hebdomadaire satirique Charlie-Hebdo. A l’origine non-conformiste et anti-bourgeois, ce périodique qui a révélé assez rapidement un antiféminisme vulgaire, se veut aujourd’hui le porte-voix décomplexé du discours islamophobe. Cette ligne éditoriale se fondant, selon ses auteurs, sur l’anticléricalisme traditionnel de la gauche française. Animé notamment par des figures vieillissantes de l’anarchisme soft de Mai 68, Charlie-Hebdo semble rechercher une seconde jeunesse en chassant sur les terres balisées et gratifiantes de la guerre contre les musulmans.

Affaire des caricatures : les "impensés" d’une crise

22 février 2006

Croire que liberté d’expression et respect des croyances religieuses seraient inconciliables, c’est renvoyer dos à dos deux univers de sens sans voir que ce qui les sépare n’est pas le non partage de valeurs, mais une différence dans la « hiérarchie » de ces valeurs, ou plutôt dans la position de celles-ci les unes vis-à-vis des autres. Car qui dit hiérarchie dit priorité, et qui dit priorité dit jugement. Or, juger que la liberté d’expression est plus importante que le respect des croyances, ou inversement, est toujours le fruit d’une position idéologique, philosophique, voire morale, qui ne peut prétendre à la vérité absolue.

Robert Baer, ancien de la division des opérations clandestines de la CIA : « Je suis terrifié par l’aveuglement des services secrets américains »

22 février 2006

Robert Baer a quitté la CIA fin 1997 après avoir passé plus de vingt ans au Proche-Orient. Cet arabisant a été notamment le responsable des services américains au Kurdistan irakien. Son livre « La chute de la CIA, les mémoires d’un guerrier de l’ombre sur les fronts de l’islamisme » a inspiré un film, « Syriana », qui sort le 22 février à Paris. Le rôle de Robert Baer est joué par l’acteur George Clooney. Ce long-métrage produit par la Warner évite toute complaisance vis-à-vis des Etats-Unis. Il dépeint au contraire une compagnie pétrolière américaine corrompue qui élimine Nasir, un jeune prince réformiste et progressiste, afin que son émirat du Golfe, riche en or noir, soit dirigé par un personnage falot, le prince Meshal, tout dévoué aux intérêts de Washington. De passage à Paris pour la promotion de « Syriana », Robert Baer nous a accordé une interview exclusive.