Yeshayahou Leibowitz, le philosophe israélien qui dénonçait la pratique de la torture par Tsahal

Né en 1903 à Riga, en Lettonie, Yeshayahou Leibowitz s’est éteint en 1994, disparaissant de la scène pub

lundi 16 août 2010

Né en 1903 à Riga, en Lettonie, Yeshayahou Leibowitz s’est éteint en 1994, disparaissant de la scène publique israélienne qu’il aura à jamais marqué de son empreinte intellectuelle hors du commun, au son de ses prises de position extraordinairement audacieuses et tranchées en faveur de la souveraineté palestinienne.

Ayant émigré vers la terre promise en 1935, ce brillant chimiste, mû par une foi sincère, qui ne quittait jamais sa kipa noire, se doublait d’un philosophe, contestataire dans l’âme, ardent militant de la séparation entre la religion et l’Etat, et non moins farouche détracteur de la politique colonialiste de son pays, qualifiée, la tristesse dans la voix, de "judéo-nazi".

Faisant cavalier seul, sans jamais vendre son âme à aucun parti politique, Yeshayahou Leibowitz n’a eu de cesse de dénoncer avec force et témérité ce qui relève de l’inaudible en Israël : le comportement tyrannique des soldats de Tsahal dans les territoires occupés et au Liban, évoquant sans mots couverts la pratique de la torture, allant jusqu’à faire une analogie inimaginable en comparant leur attitude à la "bestialité du nazisme".

Des images à découvrir ou à redécouvrir d’une personnalité exceptionnelle, à l’âge de la grande maturité, qui n’a brigué aucun poste de pouvoir, préservant jusqu’au bout sa liberté d’opinion pour mieux fustiger les déviances d’une terre qui lui était si chère.


Publicité

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma