Mercredi 22 October 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Vous avez aimé la guerre d’Irak ? Vous allez adorer la guerre d’Iran !

Vous avez aimé la guerre d’Irak ? Vous allez adorer la guerre d’Iran !
fr
http://oumma.com/

Qu’est-ce qui doit le plus étonner ou le plus choquer ? Que les mêmes personnes qui avaient plaidé en faveur de la guerre d’Irak, puissent sans vergogne au vu de la réussite de celle-ci appeler à mener des opérations militaires contre l’Iran ? Qu’ils le fassent avec les mêmes arguments : danger nucléaire, nécessité de stopper un régime dangereux et insupportable ? Que les mêmes « experts » qui nous disaient que l’Irak regorgeait d’armes de destruction massive, nous disent (et depuis plusieurs années), que l’Iran est à un an de l’arme nucléaire, sans que leur crédibilité ne soit mise en cause ?

Partagez :

Vous avez aimé la guerre d’Irak ? Vous allez adorer la guerre d’Iran ! Certes elle n’aura pas tout à fait la même forme. Ne rêvez pas d’une invasion massive, avec déploiement de troupes au sol et occupation militaire prolongée débouchant sur une guerre civile. Cela n’est pas possible. Même l’hyperpuissance américaine a des limites. Elle n’a pas – elle n’a plus – les moyens d’ouvrir un deuxième front de ce type. Il faudra vous contenter de frappes aériennes, de bombardements ciblés sur les sites nucléaires iraniens. Mais rassurez-vous, si le déroulement sera différent, le résultat devrait être tout aussi catastrophique et même sans doute bien davantage.

Qu’est-ce qui doit le plus étonner ou le plus choquer ? Que les mêmes personnes qui avaient plaidé en faveur de la guerre d’Irak, puissent sans vergogne au vu de la réussite de celle-ci appeler à mener des opérations militaires contre l’Iran ? Qu’ils le fassent avec les mêmes arguments : danger nucléaire, nécessité de stopper un régime dangereux et insupportable ? Que les mêmes « experts » qui nous disaient que l’Irak regorgeait d’armes de destruction massive, nous disent (et depuis plusieurs années), que l’Iran est à un an de l’arme nucléaire, sans que leur crédibilité ne soit mise en cause ? Qu’ils osent se draper dans une position morale tout en pratiquant le terrorisme intellectuel et diaboliser ceux qui pensent que la guerre n’est pas nécessairement le meilleur moyen de résoudre les problèmes politiques.

Que toute honte bue, ils se livrent à des amalgames douteux en comparant Ahmadinejad à Hitler – relativisant ainsi les crimes de ce dernier ? Quand vous entendez que l’on compare un dirigeant à Hitler, sachez que les préparatifs de guerre sont bien en cours. Ce type d’assimilation a été fait pour Nasser avant la guerre de Suez, pour Saddam avant la guerre du Golfe de 1990-1991 (mais pas pendant la guerre Irak-Iran), puis avant celle de 2003 (mais pas entre les deux), et enfin pour Milosevic avant la guerre du Kosovo. Aucun de ces personnages n’était un grand démocrate. Mais peut-on sérieusement les mettre dans le même sac qu’Hitler ? N’est-ce pas une offense à la mémoire des millions de victimes du nazisme ? Certains avaient même osé, avant qu’il soit assassiné par un extrémiste israélien, opéré la même scandaleuse assimilation pour Rabbin.

Il ne s’agit ni de nier le danger que représenterait un Iran nucléaire, ni d’accepter sans broncher les déclarations inadmissibles d’Ahmadinejad de voir Israël rayé de la carte ou la scandaleuse conférence révisionniste de Téhéran. L’IRIS, comme de nombreux think-tanks, a d’ailleurs décidé de rompre tout contact avec l’organisme qui avait organisé cette conférence. Ce n’est pas non plus que le recours à la force doive être systématiquement rejeté. Il est des cas où il demeure l’ultime recours. Ce fut le cas, à mon sens, contre l’Irak en 1991. Ce n’était pas le cas en 2003 et ce n’est pas le cas aujourd’hui vis-à-vis de l’Iran.

Quel serait le résultat de frappes sur les installations nucléaires iraniennes ? Elles en détruiraient certainement une partie d’entre elles. Elles retarderaient donc l’accès possible de l’Iran à l’arme nucléaire. Mais elles augmenteraient la détermination des Iraniens à la posséder. Elles s’accompagneraient de « dommages collatéraux » (en clair des massacres) sur la population iranienne qui pourraient être importants. Après l’Afghanistan, l’Irak, le Liban, et cela sur fond d’accentuation de conflit israélo-palestinien.

Il y aurait bien un grand bond en avant, mais vers un choc des civilisations et non pas vers un Proche-Orient en paix, la fin du terrorisme ou la non-prolifération des armes nucléaires. Tous ces objectifs (qui étaient déjà ceux de la guerre d’Irak) seraient mis en échec par une guerre contre l’Iran. Alors qu’Ahmadinejad commence à être en difficulté sur le plan politique intérieur, il verrait sa légitimité renforcée selon la loi d’airain qui soude une population à ses dirigeants dès lors que le pays est attaqué de l’extérieur.

Certes, on peut se dire que rationnellement, au vu de la situation stratégique désastreuse qui est la leur, notamment en Irak, les Etats-Unis ne prendront pas le risque d’ouvrir un second front. Malheureusement le pire ne peut être exclu. George W. Bush peut finir par être convaincu par sa propre propagande. Si vraiment Ahmadinejad est Hitler, comment penser que les risques d’une guerre ne sont pas moins grands que celui de voir un Hitler doté d’armes nucléaires ?

Empêcher l’Iran de se doter d’armes nucléaires, faire en sorte que ce pays revienne à une politique internationale plus respectueuse de ses voisins, qu’il puisse être réintégré dans la communauté internationale sont des objectifs qui font consensus. La guerre n’est pas le bon moyen pour y parvenir.

On avait pu nourrir l’espoir après les élections de novembre 2006 et surtout après la publication du plan Baker Hamilton, que le président Bush adopterait une politique plus réaliste et moins dangereuse dans la région.

Malheureusement, il me semble pas vouloir suivre la voie raisonnable prônée par l’ancien secrétaire d’Etat de son père. Triomphe de l’idéologie sur la réalité ? Tentative de sortir de la crise en provoquant une crise encore plus grande ? Toujours est-il que l’on peut craindre des catastrophes à venir si George W. Bush accepte le principe d’une opération militaire contre l’Iran. Une hypothèse qui malheureusement gagne du terrain.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Monsieur Boniface je vous suggère une autre altèrnative à des frappes amèricaine:Si l’iran se fait attaquer ce ne serat ni par israel(symbol trop fort)ni par les usa(déjà enlisé en irak)mais par des pays arabes...comme la guerre iran-irak...Je pense que les stratèges occidentaux-pro-israélien étudie cette altèrnatives salvatrice avec des signes promètteurs au vue de ce qui se passe en irak(avec le conflit sunnite-chiite) ;je pense qu’un bon candidat est l’arabie saoudite :Cela pèrmèttrait de fédèrer les Saoudiens dèrrières leur monarchie qui est de plus en plus contèsté par son propre peuple(une guerre pour oublier le quotidien désastreux) et de repopulariser la monarchie face au monde sunnite ;cela serait une guerre "gratuite" pour le contribuable amèricain ,qui s’autofinancerait par le pètrole ;cela relancerait l’économie mondial avec toutes les conséquences économiques(désastreuse pour les uns et redemptrice pour les autres) ;bien sur les trois principaux champs pétrolifères saoudiens sont éloignés de l’Iran et seraient sous haute protèction amèricaine.Déja la propagande wahabi-salafi commence a préparer les ésprits en désignants les chiites comme les pires énnemis des musulmans...d’autant plus que l’Iran commence à convoiter la téchnologie spatiale... ;l’iran est un mauvais éxemple pour les pays musulmans :Au lieu de consommer bètement(comme le font les arabes) l’iran cherche à comprendre le comment du pourquoi alors qu’un bon pays musulman est un pays qui achète la téchnologie et surtout ne cherche pas à produire et inventer de la téchnologie...vite méssieurs les arabes venez sauver l’occident de ces méchants pèrsans il en vas de votre honneur et préstige... Kamel.

X
0 points

c’est horrible ce sentiment que les pays arabes ou musulmans soient des agresseurs..... mais qui envahit qui ? merci pour cette contribution de raison.... en attendant, ni ségo, ni sarko n’ont donné d’orientations claires sur leur volonté de paix au proche-orient mais bien le contraire....

X
0 points

« Empêcher l’Iran de se doter d’armes nucléaires, faire en sorte que ce pays revienne à une politique internationale plus respectueuse de ses voisins, qu’il puisse être réintégré dans la communauté internationale sont des objectifs qui font consensus. La guerre n’est pas le bon moyen pour y parvenir. »

Cher Pascal Boniface,
que l’attitude des occidentaux et de leur seul véritable allié régional, les israëliens, soit catastrophique au vu des résultats de leurs guerres au proche et Moyen-Orient des dernières années, tout le monde s’accorde à le dire. Ce sont quand même les états qui ont enclenché et mené le plus de guerres depuis celle de 39-45.

Bien que nous partagions un point de vue semblable sur les ’fous de liberté/démocratie/laïcité...’ occidentaux (à l’instar des ’fous de Dieux’ comme ils se plaisent à le railler s’agissant des pays musulmans), je trouve vos positions sur l’Iran bien exagérées, à peine moins excessives que celles des gouvernements qui prônent ouvertement des sanctions (pour ne pas dire la guerre).

« Ce n’est pas non plus que le recours à la force doive être systématiquement rejeté. Il est des cas où il demeure l’ultime recours. Ce fut le cas, à mon sens, contre l’Irak en 1991. »

C’est avoir la mémoire courte. Sans pour autant apporter un quelconque soutien à l’Irak de l’époque (sanguinaire et criminel), je me souviens en 1991 d’une comédienne venue « dénoncer » dans une mise en scène bien orchestrée par les 5 permanents à l’assemblée de l’ONU, des massacres supposés sur des enfants dans le but de diaboliser l’Irak et justifier une invasion. Cette guerre n’était, à mon sens, pas plus justifiée que la seconde de 2003.

J’ai plusieurs questions à vous poser :

1) En votre qualité d’expert en matière stratégique, expliquez nous donc en quoi l’Iran nucléarisé serait il une menace alors qu’il s’agit du pays le moins belliqueux de la région ? Et par la même occasion, que pouvez vous dire de la Syrie ?

2) L’équilibre de la région ne passe t’il pas d’abord par une dénucléarisation totale de tous les états, à commencer d’abord par celui d’Israël ?

3) Quel est le véritable problème qui envenime la région depuis la fin de la seconde guerre mondiale ? Objectivement, qui refuse obstinément la paix et l’équilibre dans la région ?

J’ai le sentiment que vous participez à la construction d’un clivage injustifié autour de l’idée d’un Iran dangereux pour le monde !

X
0 points

Tout cela est extremement triste, l’occident se drape de vertus sans voir que finalement c’est peut être lui qui est le plus dangereux dans cette histoire (en tout cas si on compte le nombre de morts innocents ces dernières décennies, sans même parler de la Shoah)

X
0 points

"Ce fut le cas à mon sens en 1991"
ha bon.

X
0 points

Pascal Boniface est un expert courageux. Ses analyses sont souvent justes et pertinentes.

X
0 points

La politique américaine neo-coloniale qui cherche à asservir les forces vives arabes pour s’assurer un pétrole à bon prix tout en assurant la suprématie éternelle d’Israël dans la région , cette politique a de nombreux adeptes en France parmi les "intellectuels" ex-gauchiste reconvertis au "libéralo-busch-sarkozyste", mais aussi parmi les médias officiels dont certains s’alignent aussi sur le sarkozysme. La France doit se démarquer de cette politique et rester fidèle à la politique gaulliste qui a fait la grandeur de la France.

X
0 points

Très bon article que j’approuve. Il faut dénoncer tous ces va-t-en guerre qui à chaque fois nous rejouent la même sérénade.

X
0 points

Merci Pascal Boniface de ne pas céder à la pensée unique sur cette question internationale particulièrement impotante. Je suis réconforté à la lecture de cet article.

X
0 points

Pascal Boniface cloué au pilori par les Maitres de la pensée unique lorsqu’il avait "osé" ecrire un livre pleins de verités et de bon sens "Est il permis de critiquer Israel" ( A lire..). De même Charles Enderlin avait du être mis au "placard" temporairement pour avoir "osé" relaté ce qui se passait, et qui continue, en palestine occupée...A cette epoque là, les grands defenseurs de la liberté de pensée ( enfin les defenseurs de l’Islamophobie plutot) etaient etrangement muets, voire se drapaient dans une outrageuse colere contre les "relents antisemites" qu’ils etaient les seuls à avoir percus...Du moins la levée d’un tabou sacralisé les avaient mis en "congé".. Mais bon et je m’en felicite, personne n’est dupe sur le terrorisme intellectuelle qui sevit en France avec la grande complicité des "journalistes" qui pensent plus à une promotion qu’à faire leur metier...

Merci M. Boniface, courage, beaucoup de gens pensent ce que vous ecrivez et vous en felicitent ! No Passaran, Halte à la dictature de la pensée unique dans ce pays, nous ne serons pas les USA Bis... Continuons intelligemment le combat des libertés..

X
0 points

Il existe encore dans ce pays des hommes libres, qui n’ont de compte à rendre qu’à la vérité. Cet article est tout à l’honneur de PASCAL BONIFACE.

X
0 points

Il est dommage que P.Boniface pose le problème de la nculéarisation militaire de l’Iran sur le plan morale.

Oui, chaque pays, y compris l’Iran, doit assurer sa défense et se doter des moyens de le faire.

Le hic, c’est que l’Iran a signé un traité internaitonal qui l’engage, oui au nucléaire civil avec contrôle des installaions par les inspecteurs de l’AIEA, non au nucléaire militaire sous peine de sanctions, voire de frappes militaires si necessaire.

La Corée du nord, a signé puis dénoncé le TNP, cette attitude a été condamnée par les sanctions que l’on sait et ce pays revient sur sa volonté de developper le nucléaire militaire et essaie de reprendre par la négociation son rang dans la communauté internationale, aidé en cela par la Chine.

Il ne s’agit de diaboliser personne, si l’Iran juge qu’il est légitime de developper l’arme nucléaire, il doit s’attendre à des réactions fortes de la communauté internaitonale qui défend le principe du TNP, pour non respect de sa parole.

Les dirigeants iraniens pèsent le risque : avoir la bombe avec la capacité d’une dissuasion forte contre toute éventuelle attaque militaire et une puissance affichée de l’Iran dans la région, contre des éventuelles sanctions et mise au banc de la communauté internatione et possible attaques militaires ciblés.

On ne gagne pas à tous les coups, signer le TNP et en même temps developper un armement nucléaire.

La communauté des nations n’est pas une cour de récréation et les pays ne sont pas des enfants, il s’agit de pays responsables y compris l’Iran, il n’y a ni morale, ni justice mais des intérêts de chaque pays. La communauté internationale a jugé, avec les imperfections qui sont les siens, que le TNP doit être protégé, tant pis pour ceux qui renient leur parole.

X
0 points

Trés bon article Mr Boniface, cependant permets moi de rectifier une erreur ou un amalgame ou je ne sais quoi, qui est repris constamment par tous les médias, et que l’on veut impérativement faire entrer dans la tête des gens, comme étant une vérité absolue : le Président Iranien n’a jamais parlé de "rayer Israel de la carte".
Un Iran nucléarisé n’est pas pire qu’une Israel déjà nucléarisée. Pas pire que des USA depuis longtemps nucléarisés et qui ne se sont pas génés pour mettre en action cette bombe sur Hiroshima. L’occident à la mémoire bien selective et a tendance à faire de l’ amalgame entre tout et n’importe quoi. Pouquoi n’a t-on jamais comparait le Président des USA à Hitler quand il a donné l’ordre de lâcher la bombe atomique sur Hiroshima, provoquant la mort de milliers d’être humains, dont une majorité d’enfants, condamnés dés leur conception par les effets de cette immonde bombe ?

X
0 points

Bonjour Monsieur Boniface, sympatique article, mais qui ne va pas vraiment au fond du problème. Pourquoi ne pas dire à nos compatriotes pourquoi l’Iran est selon une expression arabe "un caillou dans la chaussure américaine" ? Ce n’est pas seulement un Iran nucléarisé qui gêne, c’est tout simplement un Iran qui a à sa tête un Président, qui refuse d’être le valet des Etats Unis et par ricochet celui d’Israel, à l’image des Presidents Egyptien, Libanais, Jordanien, Pakistanais et bien d’autres ; que les grandes puissances mettent en place, dans le but de servir leurs intérêts. La preuve étant que la Syrie ne cherche pas à se doter de l’arme nucléaire, et qui poutant est diabolisée. Le fait que l’Iran veuille effectivement, se doter de l’arme nucléaire n’est que le déclencheur, parce qu’une fois l’Iran nucléarisé la donne au proche Orient risque d’être autre pour les Grandes puissances. Cela voudra dire adieu AU NOUVEAU GRAND ORIENT, qu’elles dessinent et redessinent depuis des decennies, à coups de manipulations des populations, à coup d’embargos (comme en Irak), à coup de guerres civiles (comme en Palestine), à coup de division entre sunnites et chiites (comme en Irak), à coups d’oppostion d’integristes et de démocrates ( comme en Liban) à coup de millions de morts et de millions d’éxilés.

X
0 points

il est regrettable de P. Boniface dont l’honnêteté intellectuelle n’est pas à mettre en cause, commette la même erreur reprise par tous les média propagandistes manipulés. Au sujet du (pseudo) désir de M.Ahmadinejad de "rayer" israël de la carte. Il ’a jamais été question de supprimer l’Etat d’Israël mais le pdt de l’Iran a repris dans son discours les paroles de l’imam Khomeiniy prononcé voilà plusieurs années déjà. En réalité, citant Khomeiny, Ahmadinejad a déclaré en octobre 2005 : « Ce régime qui occupe Jerusalem doit être effacé de la page du temps » (cf.http://www.guardian.co.uk/commentisfree/story/0,,1788542,00.html). Ce régime c’est, bien sûr, le régime sioniste. Notez que les dirigeants alliés qui, au cours de la seconde guerre mondiale, voulaient légitimement en finir avec le régime nazi n’ont jamais songé à rayer l’Allemagne de la carte du monde en exterminant ses habitants, contrairement à ce qu’affirmait la répugnante -mais très efficace-propagande de Goebbels. Vous pouvez vous reporter sur le site du pdt iranien qui met en ligne son discours de 2005 en farsi (pour ceux qui le lisent correctement) et en anglais.

X
0 points

Vous avez raison Mr Boniface de dire qu’il n’y aura pas d’intervention terrestre de la part de l’armée USA. Parce qu’effectivement elle n’a pas les moyens d’ouvrir un autre front mais surtout elle n’a pas le courage de le faire. En Irak et en Afghanistan alors qu’elle ne fait face qu’à une poignet d’insurgés elle est incapable de s’en sortir. L’armée américaine n’a jamais gagné une seule guerre, elle s’est toujours enlisée que ce soit au Vietnam, en somalie, et plus prés de nous en Irak. Pour mener une guerre terrestre il ne suffit pas d’avoir des armes perfectionnées (cf le fiasco de l’armée Israelienne face au Hezbollah), il faut avoir autre chose, cet autre chose que n’a pas et n’aura jamais l’armée USA : la conviction car jusqu’à présent toutes les guerres à part celle face au Japon et au Nazisme, n’ont été que des guerres d’agression, motivées que par la domination.

X
0 points

Ce rappel est salutaire.Car nosu n’avons pas oublié ceux qui souhaitaient entraîner la France dans ce crime contre tout un peuple qu’est la guerre contre l’Irak.

X
0 points

Le courant atlantiste en France fourbit ses armes, et entame son travail de sape de conditionnement des esprits via la complaisance des médias alignés sur ce courant pour diverses raisons. Il est urgent qu’une autre voix se fasse entendre comme celle brillante de Pascal Boniface.

Mais le courant atlantiste fanatique US, dispose d’importants moyens et n’hésitera pas à recourrir à la censure pour que seule l’apologie de la guerre contre l’Iran soit la parole officielle d’un système politico-médiatique de plus en plus américanisé comme l’est la pitoyable campagne électorale française où les candidats sont dans la séduction et non dans le débat de fond.

La réaction des citoyens épris de paix doit être de plus en plus vigilante.

X
0 points

Le seul gage de paix est l’équilibre dess forces. L’Iran a tout a fait le droit de bénéficier de l’arme nucléaire.

X
0 points

Si Israël et le Pakistan peuvent posséder un arsenal nucléaire sans impunité, pourquoi pas l’Iran, qui a toutes les raisons de craindre Israël et les USA. Quand l’auteur parle de ceux qui défendaient l’invasion barbare de l’Irak en 2003, il aurait dû nommer des noms : ceux des pseudo-intellectuels français de gauche pour qui la première allégeance est un autre pays que la France.

X
0 points

Excellent Pascal Boniface.

X
0 points

Votre analyse M. Boniface montre on ne peut mieux la duplicité de ces experts à la petite semaine qui sont dans un processus guerrier invoquant des pretextes qui dissimulent d’autres moins avouables. Quelle hypocrisie !!!!!!

X
0 points

"il ne s’agit pas de minimiser le danger d’un iran nucléaire", sous entendu d’une bande d’islamistes irresponsables que, blabla, veulent jetter à la mer... (alors que les bombes des doux agneaux de la bible, c’est... comment dire, si naturel comme le coca-cola)
— Voila la pauvre opinion d’un pauvre social democrate scandalisé, démoralisé, acablé surtout par le danger des retombés....
Enfin quand comprendra-t-on que la fin du terrorisme = à la fin de l’empire américain et de ses aliés ?

X
0 points

Je craint fort hélas que les paroles sages de Pascal Boniface ne soient pas entendues. La guerre contre l’Iran semble déjà programmée par les stratèges de Washington pressés d’en découdre pour redessiner les contours sanguinaires du "grand proche-orient". La guerre appelle toujours la guerre.

X
0 points

Le Compte à rebours à commencer

L’Iran doit se tenir prêt à contrer une attaque nucléaire par Léonid Ivashov * Pour le général Leonid Ivashov, ancien chef d’état-major interarmes de la Fédération de Russie, il ne fait aucun doute que l’administration Bush planifie des frappes nucléaires contre l’Iran et que le Pentagone sera en mesure de les effectuer dans les prochaines semaines. Il ne fait pas de doute non plus que les États-Unis n’en seront pas dissuadés par les autres puissances nucléaires et qu’ils ne devront essuyer qu’une riposte conventionnelle. La seule inconnue réside dans l’approbation de ce projet ou dans l’opposition du Congrès des États-Unis.

X
0 points

Pour qui, contrairement à Pascal Boniface, voudrait ne pas se contenter de colporter l’idée qu’Ahmadinejad aurait dit qu’il fallait "rayer Israël de la carte", il y a notamment moyen de se reporter à l’article de Jonathan Steele : "Lost in translation"

(http://commentisfree.guardian.co.uk/jonathan_steele/2006/06/post_155.html)

X
0 points

Il faut en finir avec l’unilatéralisme américain qui a décrété gendarme du monde. Un monde multipolaire est souhaitable pour la paix et la sécurité dans le monde.

X
0 points

L’Afghanistan, l’Irak, aujourd’hui l’Iran, demain à qui le tour ? Mais où va-t-on ?
C’est terriblement angoissant, et chacune de ces guerres accroît un peu plus l’influence des intégristes de tous les bords. Que recherche-t-on ? L’Amérique doit faire son auto-critique et renoncer à sa toute puissance.

X
0 points

Il faut cesser de participer à l’histérie collective des médias qui consiste à diaboliser quiconque gênerait l’établissement d’une domination americano-neo-catholico-israelienne au Moyen-orient.

Il est temps d’avoir le courage de dénoncer avec force ce courant de pensée quasi-fasciste.

Dans son article, Pascal Boniface tempère excessivement son analyse par des propos qui laisse croire qu’un Iran nucléarisé ou non serait un danger pour le monde. C’est une faute de la part de d’un homme qui par le passé a fait preuve de plus d’indépendance.

Aujourd’hui l’Iran, demain la Syrie puis la Lybie et dans quelque temps la péninsule Arabque tout entière puis la Jordanie, mais où va t’on comme ça ?

Il est temps de se réveiller !

X
0 points

Excusez, Monsieur Boniface, mais il semble que vous reprenez, tout en les dénonçant, les mêmes mensonges rhétoriques, quand vous parlez des

déclarations inadmissibles d’Ahmadinejad de voir Israël rayé de la carte

Faut-il rappeler, encore et toujours, inlassablement, qu’il n’a jamais tenu ces propos. Il a souhaité en effet que disparaisse le “regim” (c’est le mot-même employé en persan dans le texte !) actuellement en place, ce régime d’occupation de la Palestine. Ce n’est pas du tout la même chose que l’expression outrancière que l’on s’est empressé de lui coller, et que malheureusement, même des gens comme vous, vont répétant.
Selon les termes de Carter, ce “regim” est bien un régime d’“apartheid”, et Carter, dénonce, dans son dernier livre, aussi toute l’injustice et le piétinement des valeurs humaines commises en Palestine occupée par un “régim” colonial. Avez-vous exemple du livre best-seller d’un ex-président US, qui ne soit pas encore lu et commenté sur toutes les radios, télés, journaux de France ?
Excusez-moi, mais votre article me fait une drôle d’impression : cette façon d’envisager rationnellement les frappes nucléaires sur une civilisation aussi prestigieuse, je veux dire, rien de d’envisager, cela me fait une drôle de sensation. Vous me faites froid dans le dos, excusez-moi de vous le dire aussi sincèrement.