Voile intégral : quand le cynisme politique rencontre le cynisme des affaires

Que prévoient en effet les experts en communication, version coup de matraque, que sont les Sarkozy, Besson,

mardi 27 avril 2010

Incommensurable, le cynisme politique venu d’en haut n’en finit plus de faire tache d’huile en bas, disloquant en profondeur l’unité sociale, le précieux Graal dont la France se réclame à corps et à cris, et qu’elle désagrège dans une condescendance qui agit comme le pire produit corrosif.

Dévastateur racisme anti-musulman, ensemencé par les laboureurs en ordre de marche d’une oligarchie pour qui 2012 vaut bien tous les sillons les plus tortueux et inflammables, détruisant la belle harmonie vallonnée de la douce France, pour dessiner un Hexagone aux contours dangereusement escarpés.

Injustices, stigmatisations, et violences inqualifiables, la réalité française s’assèche tel un désert aride, et alors qu’aucune goutte de pluie salvatrice ne s’annonce, les orages grondent de toutes parts.

Sous la férule de l’Elysée, la France citoyenne s’éveille, vit, s’endort, fantasme ou plutôt cauchemarde, discourt, pérore, soliloque, refait le monde à l’aune de la seule étoffe qui, outre le visage, masque opportunément l’essentiel : l’immense détresse sociale du pays.

Diabolisé, le voile intégral est traqué dans une chasse aux sorcières pathologique, où l’hallali résonne d’un projet de loi non viable, que seules des considérations prosaïquement financières pourraient adoucir…

Que prévoient en effet les experts en communication, version coup de matraque, que sont les Sarkozy, Besson, Hortefeux, Copé et consorts pour la clientèle haut de gamme, et surtout pleine aux as, en provenance du Qatar, des Emirats et de l’Arabie Saoudite, qui ne chemine que vers une seule et unique voie royale : le Faubourg Saint-Honoré ?

Quelle formule magique serviront-ils à ces touristes providentiels à bichonner, habitués des palaces parisiens à 5 000 euros au minimum la semaine, dont près de 21% profitent de leur escale d’affaires pour dévaliser les grands couturiers français peu avares de « Salam Aleykoum » retentissants ?

Quel aménagement particulier réserveront-ils aux épouses revêtues du niqab de ces richissimes businessmen arabes, dont il y a fort à parier que les Gucci, Vuitton, Prada, Versace ou encore Dior n’ont guère envie de se passer de leurs largesses à hauteur de 30 à 40 000 euros... ?

Au fur et à mesure que le projet de loi anti-voile intégral persévère, les réactions en chaîne du monde arabe se font jour, et la menace du boycott pourrait planer telle une épée de Damoclès sur les arrondissements de luxe de la capitale.

Le cynisme politique ambiant n’a qu’un seul ennemi de taille : le cynisme des affaires, pour lequel la dignité de la femme et l’argument sécuritaire sont à géométrie très variable, une seule règle d’or faisant foi : l’arithmétique !

Publicité

commentaires