Voile intégral : de Xavier Bertrand, à Eric Raoult, en passant par Bernard Kouchner…

Le gouvernement a dit « phase de pédagogie préalable » avant la sanction ? Que nenni pour l’ultra pol

mardi 4 mai 2010

Le gouvernement a dit « phase de pédagogie préalable » avant la sanction ? Que nenni pour l’ultra policé et zélé lieutenant du chef de l’Etat, Xavier Bertrand, pour lequel l’éradication du voile intégral de l’horizon hexagonal doit faire l’économie de préliminaires pas assez pragmatiques à son goût !

Passer aux choses sérieuses sans transition, telle est bien la devise prononcée sur les ondes de Radio J par l’expert en boniments de l’UMP, au ton faussement mielleux, jamais en panne de la formule qui fait mouche, tant il a répété son texte, inspirant aux Guignols de l’info le personnage du trop « gentil Xavier Bertrand »…

Une petite phrase du vrai faux patron de l’UMP pour un grand couac élyséen ? Alors que le projet de loi concocté par le gouvernement de François Fillon tente un passage en douceur afin de ne pas foncer droit dans le récif anticonstitutionnel, le doucereux Xavier Bertrand préconise une méthode pour le moins douteuse, qui ressemblerait fort à un passage au forceps déguisé, en mêlant étroitement pédagogie et punition.

Mais son saupoudrage sera certainement plus salé, que sucré, si l’on en croit son cri du cœur : « Derrière la burqa, il n’y a pas la religion, il y a la provocation ! »…

Pendant ce temps là, l’inexistant ministre des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, émergeait dimanche sur Europe 1 de son inertie très remarquée en plaidant pour la loi, tout en ouvrant déjà son parapluie face au flot de critiques internationales qui ne manqueront pas de se déchaîner contre une nouvelle intransigeance typiquement française.

De son côté, le député UMP Eric Raoult, que l’on n’attendait pas dans des confidences contre son clan, s’en est pris à la « croisade » à double tranchant de Jean-François Copé, critiquant une opiniâtreté anti-voile intégral qui manque cruellement de « tact, et de respect » à l’égard de toute une communauté, inévitablement stigmatisée et prise en étau.

Sa conclusion en forme de considération électoraliste est révélatrice de l’inquiétude palpable qui gagne les élus UMP de terrain face à l’arrogance autiste de la tour d’ivoire élyséenne : "Je n’ai pas envie que, sans le faire exprès, on pousse les musulmans dans les bras de la gauche" a-t-il déclaré, avec cette pointe d’ironie très éloquente.

Et comme si l’Europe nationaliste semblait s’être donné le mot, une italienne voilée intégralement est entrée lundi dans les annales de l’histoire transalpine, en devenant la première femme verbalisée (500 euros), dans la commune de Noverra, dans le Piémont, un fief du parti anti-immigrés et régionaliste de la Ligue du Nord, au coeur d’une Italie divisée sur l’opportunité de légiférer en la matière.

Publicité

commentaires