Une publicité allemande raille Sarkozy

Petit interlude irrévérencieux, très rafraîchissant, tournant en dérision la taille de notre président,

mercredi 28 avril 2010

Une publicité allemande raille Sarkozy

Petit interlude irrévérencieux, très rafraîchissant, tournant en dérision la taille de notre président, la publicité conçue par les créatifs de l’agence de communication allemande Sixt pour la marque automobile Citroën, est une formidable soupape aux effets immédiatement relaxants pour le visage !

Les sourires s’esquissent immanquablement, à la vue d’une dérision audacieuse qui démythifie celui que l’on a souvent comparé à Napoléon Bonaparte voire à Napoléon III, tantôt pour son petit gabarit, tantôt pour son réformisme, et qui depuis le 19 avril annonce la couleur à travers une campagne vantant les atouts d’un petit véhicule Citroën : « Faites comme Mme Bruni. Prenez un petit Français ! » (traduction en français du slogan).

Familière de clins d’œil caustiques, l’agence Sixt n’est pas à son coup d’essai, ayant fait du pastiche des puissants sa marque de fabrique. Angela Merkel, la chancelière allemande, avait elle-même essuyé les plâtres d’une retouche très personnalisée, façon punk…

Force est de constater que notre couple présidentiel détonant ne laisse personne indifférent, constituant une mine inépuisable de parodies, que ce soit pour la compagnie aérienne irlandaise Low Cost Ryanair qui avait osé faire prononcer par la première Dame de France : « Avec Ryanair, toute ma famille peut venir assister à mon mariage », ou encore pour la série les Simpsons, un exercice de style périlleux qui, dans les deux cas, ne fut pas sans représailles.

Furieux contre Ryanair, le couple Sarkozy avait porté plainte en 2008 et obtenu la condamnation de la compagnie à hauteur de 60 000 euros de dommages et intérêts, quant aux Simpsons, sa mise en scène parodique s’est volatilisée au montage…

Quelle sera donc la réaction du couple élyséen après avoir été de nouveau l’objet d’une raillerie, dont, au mieux, on peut voir un hommage rendu à la grande tradition française de la caricature, ou au pire, un retour de manivelle qui se moque d’un style présidentiel iconoclaste... ?

Publicité

commentaires