Une mosquée dans le Nord attaquée au fusil

Il ne se passe pas un jour en France sans qu’un acte islamophobe ne soit répertorié. Après la profanation

vendredi 18 juin 2004

Il ne se passe pas un jour en France sans qu’un acte islamophobe ne soit répertorié. Après la profanation à Strasbourg de plus de 50 tombes musulmanes, la mosquée d’Escaudin située à proximité de la ville de Valenciennes a été attaquée au fusil ; plusieurs impacts de balles ont été constatés. L’attaque est intervenue jeudi 17 juin peu après la prière du soir (Icha) dont l’horaire est fixée vers minuit. Aucune victime heureusement n’est à déplorer.

La mosquée d’Escaudin est particulièrement connue, car c’est ici qu’intervient régulièrement le conférencier Hassan Iquioussen, très apprécié des jeunes musulmans.

Signalons enfin, qu’il y a quelques jours dans la même région, la mosquée de Lens a été taguée.

Qui osera encore dire après de tels actes que l’islamophobie en France est imaginaire.

Comme l’a rappelé récemment au cours d’une interview, Franck Frégosi, chercheur au CNRS, sociologue de l’islam, : « Il n’est plus possible d’accepter le discours selon lequel l’islamophobie n’existe pas. Un certain nombre de personnes, en France, ont une sensibilité phobique quand on leur parle de l’islam ; une minorité d’entre eux passe à l’acte. Cela n’a rien à voir avec la critique légitime d’une religion. Nul n’est obligé d’aimer l’islam. Il est normal de pouvoir le critiquer, cela fait partie du débat. Mais c’est une chose de demander à l’islam un certain nombre d’évolutions, et une autre de signifier aux musulmans qu’ils n’ont pas leur place en France. Dans les faits qui nous intéressent, nous ne sommes plus dans l’ordre du discours mais dans celui de l’action violente. »

Publicité

commentaires