Une association juive claque la porte du CRIF

Il aura fallu les massacres de Gaza pour que l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) se

mercredi 1 avril 2009

Il aura fallu les massacres de Gaza pour que l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) se décide à claquer la porte du CRIF. L’UJRE, comme son nom le suggère, est une association née au cours de la deuxième guerre mondiale, sous l’Occupation, à l’initiative de résistants communistes d’origine juive. Au sortir de la guerre, le CRIF (Conseil Représentatif des Israélites de France) était d’ailleurs lui-même proche du Parti Communiste.

Pourtant, quand le CRIF, à partir des années 1960, a radicalisé son soutien inconditionnel à Israël, l’UJRE a laissé faire, restant membre de cette institution sioniste, dont elle aura donc été pendant des décennies la caution « de gauche ».

Dans la période récente, l’alliance ouverte entre le CRIF et les dirigeants de la droite française, à commencer par Sarkozy, ont évidemment accru le malaise au sein de l’UJRE, dont la posture d’équilibriste devenait de plus en plus difficile à tenir.

La tuerie de Gaza en a eu raison.

L’UJRE a publié début janvier un communiqué dénonçant la manifestation de soutien aux crimes israéliens organisée par le CRIF, et elle a appelé ses propres adhérents à participer à la manifestation de solidarité avec le peuple palestinien du 10 janvier 2009 à Paris. La quinzaine dernière, l’UJRE a fermé le ban, en annonçant son départ du lobby sioniste. On ne s’en plaindra pas.

L’UJRE publie (disponible en ligne) le magazine Presse Nouvelle, qui contient des articles intéressants, notamment sur les horreurs véhiculées par la presse juive majoritaire. Un éditorial, dans le numéro mars-avril de la revue, en donne quelques exemples. Ainsi du président du Consistoire Central Joël Mergui, pour qui « les critiques officielles d’Israël contreviennent au droit international ». Ou cette éructation de Guy Kononicki, qui déclare, dans la feuille « Information Juive », que les manifestations de soutien au peuple palestinien lui ont fait penser ... à l’entrée des troupes nazies en Autriche en 1938 !

CAPJPO-EuroPalestine

Publicité

commentaires