"Je ne reçois pas les sales Arabes !

C’est l’histoire d’un médecin d’Aix-en-Provence qui en prend à son aise avec le serment d’Hippocra

vendredi 8 octobre 2010

C’est l’histoire d’un médecin d’Aix-en-Provence qui en prend à son aise avec le serment d’Hippocrate, envoyant valser toutes les bonnes résolutions qu’il avait juré de respecter, à la vue d’un patient d’origine maghrébine et de sa petite fille de six ans dans sa salle d’attente, qui avaient eu l’outrecuidance de fouler le sol de son cabinet d’ophtalmologiste pour une consultation.

Il n’y a plus de charte déontologique qui tienne quand le délit de faciès empoisonne toute relation humaine, quant à la vocation de soigner son prochain, quel qu’il soit, elle est annihilée sous l’effet d’un ressentiment aveugle, ce qui est quelque peu handicapant dans le cas d’un expert des maladies de l’oeil...

"Je ne reçois pas les sales Arabes !" s’est écrié le spécialiste hors de lui, "Dégagez, vous salissez mon cabinet !" aurait poursuivi celui qui a définitivement gagné ses galons de médecin ès tri sélectif.

Très choqué, Mohamed Mazoir, le papa de la fillette apeurée qui a fondu en larmes, a déposé plainte au commissariat d’Aix-en-Provence. Le Conseil de l’Ordre des médecins a également été saisi. Cet ingénieur de confession musulmane, dont les enfants sont scolarisés dans une école catholique, attend des excuses et des explications de la part du spécialiste en plein dérapage incontrôlé, à qui le climat ambiant donne hélas du grain à moudre.

Des témoins ont confirmé cet ostracisme inqualifiable, et notamment un médecin présent dans la salle d’attente, qui siège au conseil municipal d’Aix-en-Provence. Un refus de soin impardonnable, que d’aucuns minoreront en évoquant un cas isolé, un de plus qui s’ajoute aux nombreux autres pour ne former qu’un long chapelet de petits cas isolés islamophobes…

Publicité

commentaires