Un gérant de Quick, hostile au halal, limogé

Quick à la mode Halal ? Très peu pour un gérant d’un restaurant en région parisienne, entré en résist

jeudi 28 octobre 2010

Quick à la mode Halal ? Très peu pour un gérant d’un restaurant en région parisienne, entré en résistance contre une hallalisation imposée d’en haut, et contre une hiérarchie qui a choisi d’estampiller son établissement du label au goût amer…

Le passage au halal de Quick s’est fait dans la douleur pour cet irréductible de la restauration rapide à la française, qui vient d’être limogé pour son opposition à une stratégie entrepreneuriale qui ne souffre pas de vains camps retranchés en interne, comme s’en est fait l’écho l’Express.

Furibond, le salarié a pris le taureau par les cornes en poursuivant sa direction, restée de marbre devant une hostilité dont les motivations commerciales de façade n’étaient que le paravent de sa nature épidermique : "En devenant halal, mon chiffre d’affaires annuel aurait pu doubler, nous n’avions pas les infrastructures adéquates. Cela aurait entraîné une perte de qualité" , a-t-il avancé, renchérissant sur le terrain sécuritaire : "Un Quick halal pose des problèmes de sécurité. Dans les restaurants testés, le renforcement du dispositif est impératif parce que les altercations entre clients, impliquant parfois le personnel, sont nombreuses, la direction le sait. Dans celui de Creil (Oise), il y a eu trois bagarres dans la même soirée."

Bien mal en a pris le présomptueux gérant de mettre ainsi les pieds dans le plat face à une stratégie qui a fait du halal un plat de résistance dans des restaurants soigneusement sélectionnés ! Loin d’infléchir la décision de son groupe, ce dernier s’est pris une volée de bois vert, se voyant reprocher sa mauvaise notation et gestion, avant de recevoir le coup de grâce : son licenciement pour « faute grave ».

Publicité

commentaires