Un député danois blâmé par son Premier ministre pour dérives islamophobes

Il n’est pas dans l’intérêt du Premier ministre danois de prêter le flanc aux critiques indignées qui

jeudi 28 janvier 2010

Il n’est pas dans l’intérêt du Premier ministre danois de prêter le flanc aux critiques indignées qui n’ont pas manqué pas de jaillir de son opposition, après les dérapages anti-musulmans d’un député du Parti du peuple danois (PPD), même si ce dernier est issu d’une formation politique dont la proximité avec le pouvoir en place est forcément sujette à caution.

Désireux de s’extraire de ce mauvais pas avant de s’y enliser, le chef du gouvernement Lars Loekke Rasmussen a pris les devants en condamnant publiquement la violente charge islamophobe du sinistre Sieur, Jesper Langballe, lequel s’est illustré en décrivant les musulmans comme « des hommes qui tuent leurs filles (dans les crimes d’honneur) et qui ferment les yeux sur leurs viols par leurs oncles ».

Jesper Langballe, par qui l’islamophobie putride a tenté une nouvelle incursion au royaume du Danemark, s’est retrouvé acculé devant le mur de la contestation politique et citoyenne, notamment de la population musulmane, pour finir désavoué en place de Grève par un Premier ministre prenant le large, disqualifiant ses paroles : « des propos bêtes qui généralisent, incitent à la haine et contribuent à la polarisation de la société ».

Confronté à une levée de boucliers qui l’a désarçonné, le député du scandale a rétropédalé toutes voiles dehors, évoquant un lapsus et autres formules maladroites. Des remords sous la contrainte, exprimés du bout des lèvres, qui ne sont pas sans en rappeller de nombreux autres ici, dans l’Hexagone...

Publicité

commentaires