Un charnier musulman au fond d’un lac à sec en Bosnie

Cela s’est passé près de chez nous, il y a plus de quinze ans, alors même que l’on croyait le Vieux Con

mercredi 27 octobre 2010

Cela s’est passé près de chez nous, il y a plus de quinze ans, alors même que l’on croyait le Vieux Continent définitivement immunisé contre le fléau du mal absolu, la barbarie ethnique, qui a exterminé plus de 8 000 musulmans bosniaques à Srebrenica, se rappelle à notre mémoire à travers la découverte macabre d’un charnier au fond d’un lac.

Indélébiles, les stigmates d’une sale guerre sont encore très visibles, jusque dans les profondeurs d’un lac situé à la frontière entre la Bosnie et la Serbie, qui renfermaient les cadavres d’une centaine de musulmans tués au début de l’offensive en Bosnie, aux alentours de 1992.

"Nous avons exhumé 396 restes de squelette au total appartenant à au moins 97 personnes", a indiqué Amor Masovic, directeur de l’Institut bosniaque des personnes disparues, après deux mois et demi de fouilles menées conjointement par des experts bosniaques et serbes.

Selon toute vraisemblance, les victimes feraient partie du millier de musulmans bosniaques portés disparus à Visegrad en mai 1992, certainement abattus par les forces bosno-serbes lesquelles, soutenues par l’armée de Belgrade, appliquaient alors les prémices de leur implacable programme d’extermination à la gloire de la Serbie purifiée, et d’un nouvel état 100% serbe au coeur de la Bosnie.

Publicité

commentaires