Un affront au suffrage universel !

Ces deux mois de campagne ont été pour moi une aventure humaine irremplaçable qui m’a renforcé dans ma d

par

vendredi 2 avril 2004

Chers amis électrices et électeurs,  

Je voudrais une fois de plus vous remercier pour les suffrages que vous avez porté sur la liste alternative Gauche populaire et citoyenne que j’ai eu l’honneur d’animer en Seine-Saint-Denis avec Marie George Buffet.  

Ces deux mois de campagne ont été pour moi une aventure humaine irremplaçable qui m’a renforcé dans ma détermination à me battre pour la Justice, l’équité, et la dignité à l’endroit de chacune et chacun d’entre vous. J’ai pu, durant cette période, entendre non seulement vos angoisses, vos colères et vos souffrances, mais j’ai également entendu vos exigences d’être respectés dans vos droits et libertés fondamentales (le logement, la santé, la sécurité, les écoles de qualité, etc.). La force de vos exigences est empreinte d’une légitimité incontournable.

Dans cet esprit, avec le ferme soutien de Marie George Buffet, pour mieux servir ce département rongé par l’exclusion, abîmé par ses relégations spatiales et raciales, qui a tant d’atouts et de richesses et de réalisations, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de faire entendre votre voix dans l’exécutif régional et donc de présenter ma candidature à la vice-présidence de la région Île-de-France. Avant le second tour des élections, Monsieur Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste, s’est engagé à ce que cette Vice-présidence me soit proposée, avec une délégation qui aurait pu couvrir les domaines de l’insertion sociale et professionnel, la vie associative, la jeunesse et les sports.

J’ai toujours eu confiance en la vérité, et je me dois de vous la dire : à ma plus grande surprise, et de manière incompréhensible, un interdit a été prononcé à mon encontre en prenant prétexte de certaines prises de positions totalement étrangères aux problématiques de la gestion d’une région. On me reproche notamment mes expressions sur le conflit du Proche Orient en faveur d’une terre, de deux peuples et de deux États, mes déclarations contre la politique criminelle d’Ariel Sharon. Il m’a par ailleurs été aussi tenu rigueur de défendre une liberté sans exclusive, aussi bien pour des jeunes filles ou des femmes qui ne veulent pas porter le foulard que pour des jeunes filles ou des femmes de le porter par choix. Enfin, mon combat indéfectible contre tous les racismes, de l’antisémitisme à l’islamophobie, m’a amené à ouvrir un dialogue sans exclusive, tant du côté des associations juives pour parler de l’antisémitisme, que dans le cadre du Forum Social Européen où j’ai été invité à m’exprimer sur le racisme anti-musulman aux côtés notamment de Laszlo FARKAS (Organisation des minorités Roms de Hongrie), Svetlana SIMONOSKA (Coalition antiguerre macédonienne), Henri WAHLAUM (Réseau européen des juifs pour la paix), et de Tariq RAMADAN. On me tient grief aujourd’hui de cette volonté de dialogue qui n’a jamais signifié un quelconque alignement sur qui que ce soit.

Je n’accepte pas l’interdit qui m’est opposé ni ne me résigne à cette exclusion à la fois politique, sociale, et sur laquelle pèse, je le pense, d’autres raisons moins avouables. Vous connaissez mon engagement républicain et ma détermination à combattre tous les racismes et tous les communautarismes, je n’aurais jamais cru, car c’est bien de cela qu’il s’agit, que mon origine soit aussi un des vecteurs utilisés pour laisser une fois de plus dans l’ombre une partie des citoyens de ce pays.

En sanctionnant le militant, c’est une offense aux électeurs, un mépris du suffrage universel, c’est vos exigences qu’on spolie. Chers amis, dans les prochains jours, je ferais un tour de tout le département pour qu’ensemble nous puissions envisager les suites à donner à cet affront.

Publicité

Auteur : Mouloud Aounit

commentaires