Un Hadîth par jour (hadîth 31)

Abdullah ibn ‘Umar a transmis que des Com­pagnons du Messager de Dieu (SAWS) virent en leur sommeil que la

vendredi 18 septembre 2009

Abdullah ibn ‘Umar a transmis que des Com­pagnons du Messager de Dieu (SAWS) virent en leur sommeil que la Nuit du Destin se situait dans les sept derniers. Le Prophète (SAWS) déclara alors  :

«  Je vois que vos visions convergent vers les sept derniers. Quiconque la désire, la recherche en cette période.  »

Hadîth authentifié rapporté par Mâlik. En d’autres versions par Al Bukhârî, Muslim, Ibn Hanbal et Ibn Hibbân.

Commentaire

On constatera la grande importance que les Compagnons du Prophète (SAWS) accordèrent à la recherche de la «  Nuit du Destin  ». Il n’y a que cinq nuits impaires dans la troisième décade donc, dans ce hadîth, le Prophète (SAWS) indique les sept derniers jours de Ramadân. Ceci correspond en fait aux 25, 27 et 29èmes nuits. Comme précédemment, ce hadîth indique que la «  Nuit du Destin  » n’est pas à date fixe.

Il existe de nombreux hadîths, tous authentifiés, donnant en apparence des dates différentes pour la «  Nuit du Destin  ». Ainsi, par Al Bukhârî, Abû Sa’îd al Khudry atteste qu’une année, d’après une indication subtile du Prophète, il sut que la Nuit du Destin fut la 21ème du mois. Un hadîth rapporté par Muslim laisse à penser que le Prophète (SAWS) l’indiqua comme étant la 23ème. D’autres, bien évidemment, en font état pour la 27ème, notamment le hadîth rapporté par Ibn Hanbal d’après Ibn ‘Umar. Au final, on notera que le Prophète (SAWS) a indiqué la totalité des nuits impaires de la dernière décade soit les 21, 23, 25, 27 et 29èmes nuits. En fait, logiquement, et tel est le cas, on doit en conclure que chacun de ces hadîths correspond à un Ramadân d’une année différente. A chaque nouveau Ramadân la «  Nuit du Destin  » peut se produire en une nuit impaire autre. La date peut donc varier d’année en année.

Bien évidemment, la «  Nuit du Destin  » a lieu chaque année, mais il n’est pas donné à tout un chacun de la connaître, pas plus que de la reconnaître quand elle se produit. Sa manifestation reste occultée aux cœurs de ceux qui ne se sont pas préparés tout au long de Ramadân. Mais, plus encore, «  …Dieu attribue de Ses grâces à qui Il veut d’entre ses serviteurs…  »

Extrait de "Quarante Hadîths authentiques de Ramadân" du Dr Al Ajamî

Publicité

commentaires