Un Hadîth par jour (hadîth 10)

Sahl ibn Sad a transmis que le Prophète (SAWS) a dit  : «  Il y a au Paradis une porte dénommée Ar

mercredi 26 août 2009

Un Hadîth par jour (hadîth 10)

Sahl ibn Sad a transmis que le Prophète (SAWS) a dit  :

«  Il y a au Paradis une porte dénommée Ar‑Rayyân. Au Jour de la résurrection, seul les jeûneurs pourront la franchir, nul autre. On demandera  : «  Où sont les jeûneurs  ?  » Ils se lèveront alors et nul autre qu’eux n’y pénétrera. Puis, lorsqu’ils seront entrés, elle sera refermée et nul autre à jamais ne la franchira.  »

Hadîth rapporté par Al Bukhârî, Muslim, Ibn Hanbal, At-Tirmidhy et An-Nisâî’.

Commentaire

Le nom de cette porte paradisiaque, Ar‑Rayyân, signifie «  pleinement désaltérant  », il indique aussi l’idée d’un parfum agréable. Il évoque les prémices de la récompense accordée aux jeûneurs. D’après un hadîth rapporté par Al Bukhârî, le Paradis comporte de nombreuses portes représentant les qualités par lesquelles le croyant aura accès à la félicité. Il existe ainsi une porte des Gens de Prière, une des Gens de Jihâd , une des Gens du Jeûne, une des Gens d’aumône. Le Prophète (SAWS) a ajouté que certains seront appelés à pénétrer au Paradis par toutes les portes, illustrant ainsi le Coran  : «  Jardins d’Eden aux portes grandes ouvertes pour eux.  » . La compréhension de ces deux hadîths impliquerait logiquement que celui qui n’aura pas jeûné ne pourra franchir les portes du Paradis. Une porte interdit l’accès tout comme elle le permet, et on notera que Ar‑Rayyân ne s’ouvrira qu’une seule fois alors qu’elle interdit le passage à trois reprises.

Par ailleurs, le Coran nous informe que l’Enfer possède sept portes , autant de péchés capitaux qui en ouvrent l’accès, mais il ne mentionne pas le nombre de portes du Paradis . Ceci laisse à comprendre que ces portes symbolisent les qualités des croyants ou, plus exactement encore, les voies innombrables pour l’exercice infini de la Miséricorde de Dieu.

Les portes spirituelles ne s’ouvrent que lorsqu’elles apparaissent, et ne franchissent cette autre Ar‑Rayyân que ceux qui ont purifié leurs cœurs par le jeûne véritable, celui de l’abstention de toutes choses si ce n’est Dieu.

Extrait de "Quarante Hadîths authentiques de Ramadân" du Dr Al Ajamî

Publicité

commentaires