Un « CRIF musulman » mijote dans le sud de la France

Dans son édition du 9 mai, un article du journal le Monde nous informe que la mise en place d’une struc

dimanche 10 mai 2009

Dans son édition du 9 mai, un article du journal le Monde nous informe que la mise en place d’une structure laïque à vocation culturelle représentant les musulmans de France fait actuellement son chemin en région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur). Azzédine Zaïm Bouamama, un industriel d’origine algéro-marocaine résidant à Cannes serait l’auteur de ce projet.

Bénéficiant du soutien massif du gouvernement, avec la bénédiction du CRIF qui en est la source d’inspiration et le référent attitré, cette fausse bonne idée d’une nouvelle instance en faveur de la promotion d’une autre image de l’islam recouvre un piège grossier, qui cherche à prendre dans ses rets une population musulmane doublement fragilisée, en mal de reconnaissance car mal représentée.

La démarche volontariste de M. Bouamama, qui ne ménage pas ses efforts pour multiplier les rencontres avec les autorités de l’Etat, les responsables politiques et les différentes communautés religieuses, et prochainement avec Richard Prasquier, le président du CRIF, est en train de légitimer un subterfuge d’Etat marqué du sceau de l’ingérence.

Délocalisée dans le sud de la France, cette expérience pilote a selon le Monde déjà reçu l’aval du vice-président du CRCM, Conseil régional du culte musulman, Abderrahman Ghoul, favorable à la création d’une telle institution qu’il conçoit comme l’ossature culturelle de la communauté musulmane locale.

Prompt à défendre l’affranchissement des musulmans de la tutelle de leur pays d’origine, M. Bouamama se tourne actuellement vers des mécènes arabo-musulmans pour passer du rêve à la réalité, ou l’art de passer d’un chaperon à un autre, financier celui-ci.

A l’origine de dissensions intestines parmi les responsables musulmans des principales instances nationales, ce nouveau concept d’allégeance au CRIF, qui en est déjà estampillé du label, risque encore de faire couler beaucoup d’encre…

Publicité

commentaires