Tzipi Livni : « Nous représentons le monde libre dont fait partie la France »

Le chef de l’Etat français a, dès le déclenchement de l’offensive israélienne de la semaine dernière,

lundi 5 janvier 2009

Le chef de l’Etat français a, dès le déclenchement de l’offensive israélienne de la semaine dernière, multiplié les appels téléphoniques et l’accueil de responsables israéliens dont la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui a clairement signifié qu’il n’y aura ni trêve ni cessez-le-feu et qu’Israël ira donc jusqu’au bout de la logique militaire. Pendant ce temps et après six jours d’attaques israéliennes, plus de 400 morts civils palestiniens, et une opération terrestre israélienne à venir qui alourdira encore le nombre de victimes civiles palestiniennes. « Israël décidera le moment venu d’arrêter ses opérations militaires contre la bande de Gaza » où la situation humanitaire « est comme elle doit être » : ce sont là les propres termes de la ministre israélienne des Affaires étrangères qui venait de quitter Sarkozy jeudi. Mieux encore, elle donna ces précisions qui en disent long sur la partialité du président français et sur sa vision de la guerre au Proche-Orient : « Je remercie le président Sarkozy pour sa compréhension.

Il est très au fait de la complexité de la situation de notre région, il comprend la nature de la menace à laquelle Israël fait face. » Mieux encore, elle donna ces précisions qui en disent long sur la partialité du président français et sur sa vision de la guerre au Proche-Orient : « Je remercie le président Sarkozy pour sa compréhension. Il est très au fait de la complexité de la situation de notre région, il comprend la nature de la menace à laquelle Israël fait face. » La ministre israélienne ne s’arrête pas là et trace encore le combat commun qu’elle aura avec son homologue Kouchner qui l’a couverte de bises à son accueil (façon d’agir non prévue par le protocole) et avec le chef de l’Etat. Elle annonce en effet : « Ensemble, nous essayons de voir quelle est la meilleure stratégie, la meilleure tactique pour atteindre cet objectif, dans la compréhension qu’il ne s’agit pas d’un problème israélien, mais que d’une certaine manière Israël se trouve en première ligne du monde libre et est attaqué car nous représentons les valeurs du monde libre, dont fait partie la France. »

Source : www.zoom-algerie.com

Publicité

commentaires