Tous à la manif du samedi 23 mars pour une paix juste au Proche-Orient

Après avoir cherché à désespérer les Palestiniens, en détruisant leurs maisons, en rasant leurs oliviers

par

mardi 19 mars 2002

Tous à la manif du samedi 23 mars pour une paix juste au Proche-Orient

Après avoir cherché à désespérer les Palestiniens, en détruisant leurs maisons, en rasant leurs oliviers, en multipliant les barrages et les humiliations quotidiennes, le gouvernement israélien, qui refuse de s’engager dans un processus de paix, a choisi de procéder à des « ratissages systématiques » et à des assassinats sans précédent.

Femmes, enfants, personnels médicaux, et maintenant journalistes sont pris pour cibles, dénonce l’organisation israélienne des droits de l’homme B’tselem, qui accuse l’armée israélienne de « très graves violations des lois humanitaires internationales »

Toute honte bue, cette armée d’un pays qui se vante de pratiquer la démocratie, masse des centaines de prisonniers sans avocat, sans chef d’accusation précis, les yeux bandés, et leur a même inscrit des numéros sur les bras.

Ce faisant, le gouvernement d’Ariel Sharon n’hésite pas à prendre sa propre population en otage, car une telle brutalité ne peut que susciter de nouveaux attentats aveugles, frappant la population civile israélienne elle aussi. Un peuple qui en opprime un autre ne peut en effet espérer vivre lui-même en paix et en sécurité.

Mais le gouvernement israélien doit savoir que nous ne resterons pas les bras croisés devant nos écrans de télévision, à regarder ces terribles images des plus démunis attaqués dans leurs camps de réfugiés.

Nous refusons aussi toute forme de chantage : dénoncer la politique d’apartheid du gouvernement et de l’armée israélienne en Palestine n’est pas faire preuve d’antisémitisme, au contraire. Comme le dit le Docteur Stanislas Tomkiewicz, survivant du ghetto de Varsovie et l’un des tout premiers signataires de nos Appels pour une Paix Juste, « on n’a pas le droit d’utiliser la mémoire du génocide pour justifier les souffrances infligées au peuple palestinien ».

Il faut que nous soyons très nombreux à manifester à Paris, le samedi 23 mars à 15 H (au départ de la Place de la République) pour une PAIX JUSTE AU PROCHE-ORIENT .

Nous réclamons :
- une force de protection internationale
- le respect des Conventions de Genève et des résolutions de l’ONU
- le retrait immédiat des territoires occupés par l’armée israélienne en 1967 et le démantèlement de toutes les colonies
- l’établissement d’un Etat palestinien viable à côté de l’Etat d’Israël

Exigeons de nos dirigeants qu’ils fassent respecter les conventions qu’ils ont signées, et qu’ils portent assistance à peuple en danger.

*La Coordination des Appels à une Paix Juste au Proche-Orient (CAPJPO, 16 bis rue d’Odessa, Boîte 37, 75014 Paris, http://www.PaixJusteAuProche-Orient.com) vous appelle à la rejoindre très nombreux sous ses banderoles et pancartes.

La Coordination est partie prenante du Collectif des dizaines d’associations et organisations appelant au rassemblement du 23 mars :
Abnah Philistine (Enfants de Palestine), Les Alternatifs, Appel des Cent, Les Amis de l’Archéologue palestinienne, Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), Association ’ Dignités ’, Association France-Palestine-Solidarité (AFPS), Association des jumelages France-Palestine (AJFP), Association des Marocains en France (AMF), Association des Palestiniens en France (APF), Association des travailleurs maghrébins en France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP), Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les universités palestiniennes (CICUP), Comité Azmi Bishara, Comités de solidarité en Ile-de-France, Comité de vigilance pour une paix réelle au Proche-Orient (CVPR), Confédération générale du travail (CGT), Coordination des appels pour une paix juste au Proche-Orient (CAPJPO), Coordination des groupes femmes ’ Egalité ’, Droit-Solidarité, Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI), Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Femmes solidaires, Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR), Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Mouvement de la paix, Parti communiste français (PCF), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Rencontres progressistes juives (RPJ), SUD-PTT, SNPTAS-CGT, Union générale des étudiants de Palestine (GUPS-France), Union juive française pour la paix (UJFP), les Verts, Sudéducation 75. comité Non à Sharon France.

Publicité

Auteur : CAPJPO

http://www.PaixJusteAuProche-Orient.com

commentaires