Teresa Lewis, l’autre condamnée à mort qui suscite l’indifférence

Alors que Bernard Henri-Levy s’est lancé avec l’appui des peoples dans une pétition de soutien à Saki

mercredi 22 septembre 2010

Alors que Bernard Henri-Levy s’est lancé avec l’appui des peoples dans une pétition de soutien à Sakineh, condamnée à mort en Iran pour adultère et complicité de meurtre, le cas d’une autre condamnée à mort, Teresa Lewis, dont l’exécution est prévue jeudi en Virginie (sud-est des Etats-Unis) "pour avoir commandité les meurtres de son mari et du fils de celui-ci", semble susciter l’indifférence de notre barbouilleur de pages blanches à la chemise débraillée.

Et pourtant tout plaide en faveur d’une mobilisation internationale pour Teresa Lewis dont les défenseurs affirment qu’avec un QI de 72, qui la classe d’emblée dans la « frange des maladies mentales », il lui était impossible d’être le cerveau de ces meurtres.

Mais pour l’histrion BHL et ses acolytes mûs uniquement par une propagande anti-iranienne, Teresa Lewis n’est pas condamnée par des mollahs obscurantistes, mais par la justice d’un pays, ami indéfectible d’ Israël.

Publicité

commentaires