Tenue correcte exigée au lycée !

L’actualité emprunte de bien curieux détours, qui braquent aujourd’hui tous les projecteurs sur le lycé

jeudi 17 septembre 2009

L’actualité emprunte de bien curieux détours, qui braquent aujourd’hui tous les projecteurs sur le lycée d’Etampes, dans l’Essonne, à la stupéfaction générale de la direction et de l’inspection d’académie dépassées par une bronca imprévisible.

Provoquant une escalade de réactions, comme seul le sanctuaire de la laïcité qu’est l’école de la république a le secret, le port de shorts et de mini-jupes affectionnés par de nombreuses jeunes adolescentes est à l’origine de toute l’affaire.

Bien téméraire fut la décision de ce directeur de lycée, lequel, après avoir fait quelques remontrances au sujet d’une tenue jugée peu conforme au règlement intérieur en vigueur, a décidé d’exclure temporairement l’élève frondeuse qui, n’ayant pas froid aux yeux, avait appelé à une manifestation de protestation contre l’ordre établi, sous la bannière « la journée du short » !

Cloué au pilori pour son excès d’autoritarisme que d’aucuns qualifient de dangereusement rétrograde, ce principal a tout simplement ouvert la boîte de Pandore qui mine la France de la permissivité en profondeur : sa perte totale de repères et de valeurs.

Comment ne pas voir une collision frontale avec le port du voile dans l’espace public, qui se voit arbitrairement dénié une liberté fondamentale sacralisée au motif d’une « régression vestimentaire », pendant que la régression banalisée de l’indécence, vestimentaire et morale, a imposé son diktat à toutes les générations ?

Magnifique cas d’école que celui du lycée d’Etampes : la véritable aliénation n’est pas forcément celle qu’il est de bon ton de montrer du doigt !

Publicité

commentaires