Souvenons-nous toujours de Marwa El-Sherbini

Innocence foudroyée, destin tragiquement brisé, gardons tous en mémoire le merveilleux sourire qui illumina

vendredi 24 juillet 2009

Innocence foudroyée, destin tragiquement brisé, gardons tous en mémoire le merveilleux sourire qui illuminait le visage d’une jeune femme brillante et épanouie, d’origine égyptienne, installée à Dresde, en Allemagne, où elle préparait une thèse en pharmacie, épouse d’un chercheur en génétique, maman d’un petit garçon et enceinte de son deuxième enfant.

Souvenons-nous toujours de son assassinat odieux qui, comble de l’horreur, l’a mortellement atteinte de 18 coups de couteau le 1er juillet dernier dans l’enceinte même de l’institution censée la protéger de la haine aveugle.

Parce qu’elle était musulmane et qu’elle avait choisi de revêtir le voile chez le proche allié de la France, où les autorités se félicitaient il y a peu encore de la bonne intégration de la communauté musulmane à l’aune de la faible proportion de femmes voilées, l’innommable s’est produit.

Souvenons-nous toujours de Marwa El-Sherbini pour que son meurtre insoutenable ne devienne pas la chronique ordinaire d’une Europe gangrenée par l’islamophobie vengeresse.

Hommage posthume, un rassemblement s’est tenu le 18 juillet, place du Trocadéro. Nous vous invitons à en découvrir les images.

Publicité

commentaires