Sommet de l’entrepreneuriat du monde musulman à Washington : les femmes à l’honneur !

C’est sous les meilleurs auspices que Washington a inauguré le printemps de l’entrepreneuriat du monde mu

jeudi 29 avril 2010

C’est sous les meilleurs auspices que Washington a inauguré le printemps de l’entrepreneuriat du monde musulman, annonciateur d’une floraison d’initiatives, au cœur desquelles les femmes, chefs d’entreprise, sont des bourgeons qui ne demandent qu’à éclore.

Un soin particulier que la chef de la diplomatie d’Obama, Hillary Clinton, a présenté mercredi comme un axe majeur de la stratégie de développement américaine, s’inscrivant dans le cadre plus large d’un vaste programme à caractère économique, commercial, et éducatif.

"Nous essayons d’ouvrir les portes, d’offrir plus d’opportunités à plus de gens dans les pays à majorité musulmane, et à plus de femmes en particulier", a-t-elle déclaré, tout en insistant sur les obstacles, souvent rebutants, qui jalonnent le parcours de toute créatrice d’entreprise musulmane, notamment "l’accès plus difficile aux prêts et aux fonds d’investissement de capitaux".

Fer de lance d’un programme-pilote, le "Tech Women" s’adressera aux femmes chefs d’entreprises spécialisées dans les hautes technologies dans sept pays musulmans, les entrepreneuses sélectionnées étant récompensées par le soutien précieux de mentors et la dispense de formations au cœur de la « Mecque » de l’innovation : la Silicon Valley.

Deux pays tests ont été choisis pour lancer très prochainement deux programmes précurseurs pour la création d’entreprise, il s’agit de l’Egypte et de la Jordanie. D’ici à deux ans, c’est au total une douzaine de pays qui bénéficieront des apports de partenariats taillés sur mesure, alors que la Jordanie, le Liban, la Turquie et Malaisie verront fleurir des opérations dans le domaine de l’innovation.

Pour compléter une palette de mesures ambitieuses, "Le fonds international pour les femmes et les jeunes filles" subventionnera des ONG agissant pour accroître le pouvoir économique et politique des femmes, lutter contre la violence envers les femmes, faciliter leur accès à l’éducation et aux soins de santé, auquel vient se greffer "Le prix de la secrétaire d’Etat pour les innovations renforçant le pouvoir des femmes", doté par la fondation Rockefeller de la coquette somme de 500.000 dollars, qui couronnera chacune des deux premières initiatives primées en 2010.

Avocate de renom dans une vie antérieure, Hillary Clinton a de beaux restes, et plaide aujourd’hui avec ferveur la cause des femmes dans le monde. Après le printemps arabo-musulman, l’automne entrepreneurial sera japonais lors d’un sommet du Forum Asie-Pacifique (Apec) dédié aux femmes patrons.

Publicité

commentaires