Solidarité avec Safiya Husaini Tungar-Tudu

Selon ces informations, une jeune nigériane nommée Safya HUSSEINI TUNGAR-TUDU aurait été condamnée en oct

par

samedi 23 février 2002

Monsieur le Président de la République Nigériane,

Permettez-nous tout d’abord de vous présenter Oumma.com, le plus important portail internet de l’islam francophone.

Depuis quelque temps, il nous parvient à travers des médias occidentaux et des associations occidentales de défense des droits de l’homme, des nouvelles préoccupantes en provenance de votre pays.

Selon ces informations, une jeune nigériane nommée Safya HUSSEINI TUNGAR-TUDU aurait été condamnée en octobre 2001 par le tribunal islamique de Sokoto à être lapidée pour adultère au seul motif qu’elle serait tombée enceinte durant une période où elle n’était pas mariée. Un enfant serait né et la condamnée aurait été autorisée à l’allaiter, repoussant ainsi l’exécution de sa peine de quelques mois. Ce sursis serait actuellement en cours.

Nous avons, en occident, malheureusement pris l’habitude de relativiser les informations qui nous viennent du monde musulman tant elles sont parfois entachées de polémiques anti-islamiques. C’est pourquoi nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous éclairer sur la vision officielle du gouvernement nigérian de cette affaire. Nous nous ferons alors un plaisir de publier votre réponse.

Cependant, si ces informations venaient à être confirmés, permettez-nous alors de fraternellement exprimer notre surprise et notre désapprobation d’un tel jugement.

Nous souhaiterions avant tout insister sur le caractère progressiste et humaniste du message coranique, lorsqu’il est intervenu pour modeler le visage de l’Arabie à l’époque du Prophète. L’objectif était de procéder à une profonde réforme en vue de l’émergence d’une société solidaire autour de valeurs saines hors des traditions tribales séculaires païennes. Notre propos n’est certes pas de reprocher à votre pays souverain de choisir d’appliquer la loi musulmane. Nous savons à quel point celle-ci permet de structurer socialement un pays dans le respect des valeurs qui fondent les sociétés islamiques. Mais vous n’ignorez certainement pas que d’une façon générale, le droit musulman, dans toutes ses interprétations sans exception aucune, est très rigoureux en ce qui concerne l’établissement de la preuve.

Il faut, pour établir la preuve de deux témoignages concordants, deux témoins reconnus intègres (’udûl) après enquête (tazkiya) et par conséquent récusables par la défense, à laquelle la loi reconnaît le droit de récusation.

Lorsqu’il s’agit de zina’ (adultère), dont la peine selon le droit musulman est la mise à mort par lapidation pour une femme libre, le nombre requis des témoins est porté à quatre, toujours avec les même conditions d’intégrité qui confère au témoignage un caractère irrécusable. Mais cela ne suffit pas. Il faut que leur témoignage concordant ait un caractère très précis :
 
La loi islamique, pour ne laisser aucun doute possible, exige que les témoins déclarent avoir vu l’acte de visu, comme « le bâtonnet dans le tube de kohol » (ka-al-mirwadi fi al-mukhila), allusion au fard utilisé pour maquiller les yeux. Elle renchérit encore : de telle sorte qu’on ne puisse pas faire passer un fil entre les deux organes.

Les informations dont nous disposons sur cette affaire tendent à nous convaincre que ce type de preuve n’auraient pas été réunies contre l’accusée. Dès lors nous ne comprenons pas ce qui pourrait avoir islamiquement motivé sa condamnation.

Dans cette hypothèse, nous vous demanderions de bien vouloir faire preuve de clémence et d’user, vis à vis de la condamnée, de votre droit de grâce présidentielle de manière à redonner sa vie à cette condamnée. Une telle mesure serait certainement tout à votre honneur.

Pour finir, permettez-nous de vous rappeler ce verset : ’(…)



En vous en souhaitant bonne réception, veuillez agréer, Monsieur le Président de la République nigériane, l’expression de nos fraternelles salutations.

L’ équipe Oumma.com

Afin de manifester votre solidarité avec Safiya Husaini Tungar-Tudu,

vous pouvez signer ce courrier en l’adressant par mail à l’Ambassadeur du Nigéria à Rome : [email protected]

Publicité

Auteur : la rédaction

[email protected]

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma