Sectes : état d’urgence !

Des enfants agressés, des jeunes banlieusards qui partent l’on ne sait où et pour quelles raisons, des cou

par

jeudi 18 janvier 2001

Des enfants agressés, des jeunes banlieusards qui partent l’on ne sait où et pour quelles raisons, des couples déchirés parce que l’un des conjoints est entré dans une communauté dont le mot d’ordre est fraternité….Souvent, et de plus en plus, les sectes font parler d’elles, et malgré les mises en garde et les procès perdus, elles font tâche d’huile dans notre pays. Selon L’Unadfi, quelques 600.000 personnes sont touchées par ce phénomène devenu une réelle menace pour les individus comme l’a montré la commission d’enquête parlementaire qui a remis un rapport sur les sectes en janvier 1996 et qui définit comme sectaire « tout groupe visant par des manœuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes, une allégeance inconditionnelle, une diminution de l’esprit critique, une rupture avec les références communément admises et entraînant des dangers pour les libertés individuelles, la santé, l’éducation, les institutions démocratiques. »

L’islam, aussi n’est pas exempt de groupements qui prétendent détenir LA vérité. Cependant, s’il existe chez les musulmans, des écoles, des familles spirituelles apparues au cours des siècles, qui s’expliquent, en partie par les circonstances dans lesquelles elles naquirent, elles ne sont pas toutes à condamner, car non nocives, puisqu’elles ne conditionnent pas leurs adeptes, ni ne les détruisent psychiquement ou physiquement, et enfin, ne les escroquent pas. Car ce sont là les éléments essentiels qui caractérisent les sectes, en plus du discours accrocheur et de la séduction dont elles peuvent faire preuve.

L’on pourra regretter, à la lecture de mes propos, un travail trop court, mais je préfère laisser aux spécialistes le soin de nous éclairer davantage sur cette question.

Toutefois, il nous appartient, en tant qu’espace d’expression, de vous faire part de témoignages de frères et sœurs qui, soit ont été approchés par une secte, soit y sont entrés et n’en sont sortis qu’après de terribles souffrances, quand ils n’y sont pas encore !

Le plus édifiant est celui de Sœur X…. dont nous préserverons l’anonymat, pour des raisons que vous comprendrez. Vivant en France, elle dit « avoir été victime de violence physique et l’affaire est aujourd’hui en justice et la personne mise en cause a été incarcérée. »

Et les témoignages, les demandes d’information sur le forum de ce site sont de plus en plus nombreux. Alors qui est qui ?

Tout d’abord, il y a une communauté pudiquement appelée l’ « Association des projets de Bienfaisance Islamique en France. ». Or à bien y regarder, ils sont plus connus sous le nom de « Ahbaches ».

Secte fondée par un libanais, Cheikh Abdoullah Al Hararyi, autrement dit « Al Habachyy », ses adeptes recrutent en donnant un discours très généraliste sur l’islam, et évitent au premier abord de dire quoi que ce soit sur les théologiens actuels ou passés. Ils sont pour l’invocation d’Allah par les êtres de vertu (tawassoul) et ils jettent l’anathème sur tous les savants et notamment Al Tantaoui, Al Qaradawi, Ibn Baz, et d’autres moins connus.

Ils étayent leur discours en parlant d’équilibre, de paix, de sérénité, de s’intégrer dans un groupe fort et chaleureux, de rencontrer un maître qui a fait ses preuves, et clouent au pilori, les musulmans qui, à leurs yeux ont fait la preuve de leur échec, surtout s’ils ne sont pas de « Ahlou sounnah oual Jama^ah ( Les gens de la Sounna et du Groupe )

Présents à Strasbourg, dans le sud, à Montpellier et à Narbonne, ils ont aussi un centre à Paris, à Nice, à Saint-Etienne et à Saint-Dizier. Et bien que minoritaires, mais parce qu’ils sont puissants au Liban où ils détiennent des mosquées, des médias, ils risquent d’essaimer en France et ailleurs, s’y l’on n’y prend garde car sous couvert d’activités musulmanes classiques (cours, loisirs, fêtes comme le maoulid ennabaoui…), ils propagent « leur islam » grâce à divers moyens comme par exemple l’ abonnement à des khotbas du vendredi.

Prétendant au monopole du discours Salafyy une autre secte sévit en France : la « Ahamadyia ». Adeptes d’un « messie promis » après le Prophète Mouhammad (Pbdsl), dont le nom est Mirza Ghulam Ahmed, ses partisans ont emprunté leur doctrine au soufisme et au modernisme, pour en faire un programme éclectique parfois très déconcertant. On les appelle aussi Qadyanites, Qadyan étant l’un des pôles de cette secte avec Lahore (Pakistan). Né dans l’Inde britannique, au siècle dernier, ce mouvement a connu bien des démêlés avec l’islam Sunnite, qui l’a exclu, en lui reprochant sa prophétologie et sa christologie (Jésus ne serait pas mort sur la croix, mais « il en est descendu pour aller finir sa vie en Inde après avoir fondé une famille »)

A l’instar d’autres groupes, fort d’une certaine puissance financière, ils émettent leur programme par satellite, en numérique, en urdu, en anglais et en français, sur une chaîne appelée « Muslim TV », avec la Ka’aba pour logo, et le tour est joué ! Et beaucoup s’y sont laissé prendre à commencer par les non-musulmans eux-même, qui dès qu’ils voient un homme enturbanné, avec une grande barbe blanche et parlant une langue qu’ils ne connaissent pas, pensent que c’est un vénérable cheikh musulman, qui s’exprime en arabe !

La liste est longue de ces groupes sectaires et nous devons nous mettre à l’abri et rester vigilant, pour nous-même et nos proches. Alors voici quelques conseils et questions à vous poser pour démasquer celles et ce qui se présenteront à vous ou que vous fréquentez peut-être :

  • Y-a-t-il insistance pour le recrutement ?

  • Les points attrayants dans le groupe ?

  • Qui dirige le groupe ? Des gens élus ( si c’est le cas ) par qui ?

  • Pour les musulmans, Y-a-t-il des prières particulières, des pratiques que l’on vous dit être sounna ou tirées du Coran ?

  • Les membres du groupe se considèrent-ils comme l’élite ? ( Vivons entre nous c’est mieux ! )

  • Êtes-vous maître de votre temps ou vous impose-t-on des horaires, des périodes, des moments plus propices que d’autres ? Vous propose-t-on de faire des voyages à l’étranger (pour apprendre, vous purifier ?…)

  • Exige-t-on obéissance totale aux dirigeants du groupe, y-a-t-il allégeance de votre part ?

  • Vous demande-t-on de l’argent ?

  • Vous propose-t-on un habit particulier, un vocabulaire défini par avance ?

  • Le groupe vous pousse-t-il à rompre avec votre famille, à critiquer votre ancien mode de vie ( surtout celles et ceux qui embrassent l’islam ) ?

Et si vous avez des proches dans ce que vous pensez être une secte ou qui est reconnue comme telle, sachez que n’en sortent que celles et ceux qui ont des attaches familiales suffisantes.

Donc, ne laissez pas une personne de votre entourage. Écrivez-lui, si possible toutes les semaines.

  • Ne pas heurter de front ses convictions et ne pas attaquer le groupe car ses membres se défendent mutuellement

  • Procéder par questionnement, plutôt que par jugement !

  • Mettez - vous en relation avec la justice et des associations spécialisées.

  • Ne pas envoyer d’argent, si la personne qui s’est éloignée, vous en demande !

Enfin, il y a l’après-secte à gérer. Certains se retrouvent seuls après avoir coupé les ponts d’avec leur famille. Et les années perdues ne sont guère avouables sur un curriculum vitae. Il faut donc du temps pour réapprendre à vivre et surtout beaucoup d’amour sinon c’est la dépression qui s’installe.

A nous, aussi, musulmans ou non, de mettre en place des outils de compréhension du monde dans lequel nous vivons, pour mieux répondre aux demandes spirituelles actuelles et à venir.

Nb : Nous ne manquerons pas de vous informer sur le verdict que la justice prononcera dans l’affaire de notre sœur.

Quelques sectes citées dans le rapport parlementaire de 1996 :

Témoins de Jéhovah, Mormons, La famille, Lotus d’Or ( Mandarom ), l’Église de Scientologie, le Patriarche, Raël, Sahaja Yoga, Institut de recherches psychanalytiques

Adresses utiles :

  • 10, rue Julien - Dhuit
    75020 Paris
    Tél. 01.47. 97. 96.08

  • Centre Roger - Ikor de documentation d’éducation et d’action contre les manipulations mentales
    138, avenue Félix Faure
    75015 Paris
    Tél. : 01.53.98.73.98

Bibliographie

  • Les schiismes dans l’islam, Henri Laoust SNED Alger, 1965

  • Les sectes, Centre Roger Ikor, essentiels Milan, 1996

  • Guide pratique religion : les sectes. Dossier réalisé par Claire Lesegretain pour « Pèlerin Magazine » du 12 juin 1998

Salafyyia : Issu de l’expression « Salaf Assalihine », les pieux ancêtres. Mouvement fondé au siècle dernier par Djaml addin Al Afghani et Mouhammd Abdouh, alors en exil à Paris

Publicité

.

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma