Sarkozy a péché par excès de zèle contre la laïcité

De longue tradition anticléricale, la France en la personne de son ministre de l’Intérieur, semble soudain

par

samedi 3 janvier 2004

Billet d’humeur

De longue tradition anticléricale, la France en la personne de son ministre de l’Intérieur, semble soudain frappée d’amnésie historique. L’hystérie collective suscitée par la tenue vestimentaire de citoyennes françaises pudiques aura eu raison de sa raison. En effet, dans son acharnement à vous déshabiller, mesdames, Monsieur Sarkozy a péché par excès de zèle contre la laïcité. Le croirez-vous ? La semaine dernière, c’est auprès d’un monsieur Tantaoui-heureux de se voir conférer une autorité symbolique et vaporeuse- qu’il a eu l’idée de chercher appui contre vos vêtements jugés superflus. Ainsi, le ministre français de l’Intérieur reconnaissait l’existence d’un clergé musulman transnational composé de représentants extérieurs, jugés apte à statuer sur la tenue vestimentaire de citoyennes françaises. Marianne pouvait rougir de honte : la République composait avec un clergé. Heureusement pour Sarkozy les musulmans de France ont réagi catégoriquement aux faits pré-cités : la caste des ulémas ne représentait en aucun cas une autorité religieuse effective. La République était donc blanchie et Marianne pouvait retrouver ses couleurs naturelles : un peu de bleu, un peu de blanc et la quantité de rouge habituelle.

Publicité

Auteur : Mariam Abdi

commentaires