Rupert Murdoch : l’incursion suspecte du magnat de la presse au Moyen-Orient

Si vous cherchez l’intrus dans le microcosme médiatique du Moyen-Orient, il y a fort à parier que la prés

mardi 16 mars 2010

Si vous cherchez l’intrus dans le microcosme médiatique du Moyen-Orient, il y a fort à parier que la présence du magnat australien de la presse, Rupert Murdoch, soit aussitôt pointée du doigt.

Grâce à un partenariat scellé avec le prince saoudien Al-Walid ben Talal, l’ultraconservateur propriétaire de la chaîne Fox et du tabloïd anglais The Sun, qui n’a jamais fait mystère de son indéfectible soutien à Israël, fait une percée remarquée, mais aussi vivement décriée, dans la médiasphère arabe.

Les 9% de Rotana, un des fleurons des médias au Moyen-Orient, cédés à Murdoch, constituent-ils un redoutable cheval de Troie habilement placé par un requin des affaires, militant de la première heure de l’Etat juif, au cœur de la place forte du business médiatique arabe ?

C’est ce que dénoncent avec virulence les milieux culturels égyptiens, très remontés, qui voient d’un mauvais œil cette prise de participation à haut risque, masquant un leurre à plus grande échelle.

Figure de proue d’une contestation anti-Murdoch, le romancier égyptien Ezzat Qamhaoui tire à boulets rouges sur un partenariat accordé comme un blanc-seing à l’affairiste pro-israélien, qui a maintenant un pied dans l’un des principaux producteurs de cinéma arabe, avant de s’y engouffrer complètement…

Aux manettes d’un empire médiatique qui véhicule sa vision tendancieuse du conflit israélo-palestinien, l’incursion de Rupert Murdoch en terre arabe a de quoi irriter et tourmenter, certains discernant là une reddition du patrimoine cinématographique et artistique arabe à un lobby sioniste.

Le milliardaire avisé se dit, quant à lui, surpris de ce déchaînement contre sa personne, feignant de ne pas en saisir la portée profonde, tandis que ses sympathisants assurent que sa perception du monde arabe pourrait en être changée. Une parole d’oracles un peu trop bien disposés, dont on ne peut que douter de la véracité…

Publicité

commentaires