Robert Ménard se réjouit de la percée de Marine Le Pen

Source intarissable de désenchantement, la classe politique ne nous fait plus rêver depuis longtemps, les ra

mardi 15 mars 2011

Robert Ménard se réjouit de la percée de Marine Le Pen

Source intarissable de désenchantement, la classe politique ne nous fait plus rêver depuis longtemps, les rares moments d’enthousiasme retombant très vite comme un soufflet, devant des représentants interchangeables qui, une fois au pouvoir, n’incarnent au fond qu’eux-mêmes.

Entre résignation amère et quête désespérée de l’homme ou de la femme providentiel(le), le risque, cruel, de porter au pinacle l’illusion du renouveau existe plus que jamais. Mais de là à prendre l’électrochoc Marine Le Pen pour l’avènement du Sauveur, il y a un gouffre infranchissable que le provocateur né Robert Ménard enjambe non sans fascination !

Tout à sa joie de la voir distancer l’ensemble de la classe politique, l’ex- président de Reporters sans frontières, qui officie sur LCI, a lâché cette petite phrase guère anodine sur les ondes de RTL : « elle incarne une autre réponse ». C’est certain, l’héritière du parti de papa nourrit de grands projets pour la France, en dix fois plus martiale, raciste, nationaliste, où l’on perçoit déjà le bruit de bottes, et inconditionnellement anti-musulmans… Autant de raisons, manifestement, pour Robert Ménard de la prendre pour le nouveau messie…

Passage à partir de 1’50


Publicité

commentaires