Réponse à Alain Lipietz : Pourquoi une liste Euro-Palestine aux élections européennes ?

Notre ami Alain Lipietz, député européen sortant (groupe des Verts) conteste le bien-fondé d’une liste "

vendredi 14 mai 2004

Réponse à Alain Lipietz : Pourquoi une liste Euro-Palestine aux élections européennes ?

Notre ami Alain Lipietz, député européen sortant (groupe des Verts) conteste le bien-fondé d’une liste " Euro-Palestine " au prochain scrutin du 13 juin 2004. C’est-à-dire, la première initiative, en France et en Europe, pour placer au centre du débat le conflit du Proche-Orient, dont personne -à commencer par les citoyens européens- n’ignore plus le caractère explosif pour la paix dans le monde.

Rassurons-le, d’abord : aucun des participants à la liste " Euro-Palestine " ne méconnaît l’activité déployée par Alain Lipietz, ainsi que par les autres députés français qu’il cite, Alima Boumédiène-Thiery (Verts) ou Francis Würtz (Parti Communiste), en faveur de la reconnaissance des droits du peuple palestinien.

Les militants et personnalités qui soutiennent la liste " Euro-Palestine " se sont fait, tout au long de la législature (1999-2004), les relais fidèles et dévoués des initiatives prises par ces députés, en particulier celles qui ont abouti à l’adoption, par le Parlement européen le 10 avril 2002, d’une résolution exigeant la suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël, tant que ce pays ne respecterait pas ses obligations minimales en matière de respect des droits de l’homme.

Le problème, et il est de taille, c’est que la résolution du Parlement européen est restée lettre morte, parce que " l’exécutif européen ", comme on dit, à savoir les représentants des gouvernements nationaux, dont le gouvernement français, se sont tout bonnement assis sur ce texte. Ils ont laissé, parfois avec quelques gesticulations verbales ou larmes de crocodile, le gouvernement d’Ariel Sharon et son armée poursuivre leur politique d’étranglement du peuple palestinien.

Deux ans après le vote resté lettre morte, la situation a de ce point de vue empiré dans des proportions catastrophiques, la construction du Mur de l’annexion, kilomètre après kilomètre, étant là, parmi d’autres exemples, pour nous le rappeler chaque jour. Le tout, avec la bénédiction de George Bush, et des gouvernements européens, France comprise (voir à ce propos la position scandaleuse adoptée la semaine dernière par le " Quartette ", dont fait partie l’Union européenne, et qui a publiquement encouragé Sharon dans son entreprise criminelle)

Nous sommes de ceux qui pensent que pour obliger les gouvernants de l’Europe à prendre enfin leurs responsabilités au regard du conflit, il convient que leurs peuples, dont le peuple de France, leur fassent sentir le vent du boulet.

A savoir, que des millions de voix s’expriment, dans notre pays, pour dire à nos dirigeants que trop c’est trop, que la politique du " deux poids, deux mesures ", ne peut mener qu’à une catastrophe généralisée, et que c’est leur propre sort qui finira par être en jeu s’ils ne respectent pas l’aspiration générale à l’application du droit.

Tel est le message de la campagne " Euro-Palestine ", que nous répéterons sans relâche d’ici le jour du vote, dans un peu plus d’un mois. Il dépasse, je le pense, les discussions d’arithmétique électorale, et l’élection ou la réélection de tel ou tel député, aussi honnête soit-il, à une assemblée elle-même privée de pouvoirs.

A ce propos, je voudrais pour finir mettre à l’aise notre ami Lipietz : s’il est, lui aussi, convaincu qu’une paix juste au Proche-Orient est un enjeu crucial, non seulement pour la région, mais également pour l’avenir de l’Europe, c’est bien volontiers que je lui demanderai de se faire, dans la campagne qui s’ouvre, le premier porte-parole de cette cause en France, en y prenant la tête de la liste " Euro-Palestine ". Je sais que l’ensemble de mes colistiers salueraient une telle initiative.

Faute de quoi, j’ai bien peur que son argumentation sur les " dixièmes de pourcent ", que je lis dans sa contribution, ne nous laisse à tous une amère impression de calculs d’arrière-boutique.

Publicité

commentaires