Lundi 28 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Réflexions sur la France "de souche"

Réflexions sur la France "de souche"
fr
http://oumma.com/

Les propos tenus par ces personnalités politiques, indiquent clairement que l’identité française est nécessairement une identité française de souche. Donc plutôt que de perdre son temps à se demander, à l’instar du gouvernement Sarkozy, « Pour vous qu’est-ce qu’être français », demandons nous plutôt « qu’est-ce qu’être français de souche ? », car c’est de ça dont il est évidemment question dans ce « Grand débat sur l’identité nationale ».

Partagez :

Dernièrement des
vidéos circulant sur Internet ont montré des hommes politiques célèbres, tel
Brice Hortefeux, Manuel Valls ou encore Jacques Chirac, tenir des propos
mettant en doute l’identité française de certaines personnes, du fait de la
couleur de leur peau.

Des propos qui
prennent évidemment une signification toute particulière dans le contexte du
« Grand débat sur l’identité nationale title=""> class=MsoFootnoteReference>[1]
 »
initié actuellement par le gouvernement Sarkozy.

Pour rappel, Brice Hortefeux, lors de
l’université d’été 2009 de l’UMP, posant pour une photo au côté d’un militant
d’origine maghrébine, a exprimé son doute sur l’identité française de
cette personne en ces termes : class=citation>« Il ne correspond pas du tout au prototype ». Et le
Ministre poursuit « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va.
C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes
name="_ftnref2" title=""> class=MsoFootnoteReference>[2] class=citation> ».

Quant au Député-maire Manuel Valls, c’est
lors d’une brocante dans sa ville d’Evry, le 7 juin 2009, qu’il prononce des
paroles allant dans le même sens : « belle image de
la ville d’Evry… Tu me mets quelques blancs, quelques white, quelques blancos
href="#_ftn3" name="_ftnref3" title=""> class=msoIns> class=MsoFootnoteReference>[3]
class=citation> » parmi les exposants et le public.

Plus récemment c’est
au tour de
Jacques Chirac, en compagnie d’Alain Juppé,
lors d’une visite à Bordeaux le 20 novembre 2009, d’exprimer des propos
similaires. Juste après qu’un homme, au teint mate, lui affirme qu’il est bel
et bien natif de Lormont, une ville française située non loin de Bordeaux,
Jacques Chirac dubitatif, en s’éloignant, souffle à son ex-premier
ministre : « à mon avis, il est pas tout à fait né... natif de...
enfin bon ». « Il est pas Corrézien » lui répond Alain Juppé.

Les propos tenus par
ces personnalités politiques, indiquent clairement que l’identité française est nécessairement une identité française
de souche. Donc plutôt que de perdre son temps à se demander, à l’instar du
gouvernement Sarkozy, « Pour vous qu’est-ce qu’être français »,
demandons nous plutôt « qu’est-ce qu’être français de
souche ? », car c’est de ça dont il est évidemment question dans ce
« Grand débat sur l’identité nationale » title="">[4]

Si pour le dictionnaire est de souche celui
« Qui appartient à un groupe national donné depuis de nombreuses
générations, au point de ne plus être considéré comme un immigrant ni un
descendant d’immigrant class=MsoFootnoteReference> style=''>[5]
class=msoDel> », pour nous, en observant la réalité des faits, la chose est claire : est de
souche celui qui est « blanc » et qui porte un nom, un prénom, à consonance européenne, pour ne pas dire chrétienne class=msoDel> ».

D’où vient class=msoIns>«  class=msoIns>l’Homme
de souche » ? Selon nous class=msoIns>, class=msoIns>
deux évènements historiques class=msoIns>importants class=msoIns>
permettent dexpliquer son
origine
  :

style=''> - 
Primo, class=msoIns>l class=msoIns>’expulsion
massive des Juifs et des Musulmans d’Europe au 16ème class=msoIns>siècle, donne à « l’Homme de
souche »
son identité exclusivement chrétienne class=msoIns>  ;
style=''> - 
Secundo, class=msoIns>l class=msoIns>es
théories sur l’inégalité des races humaines class=msoIns>produites
au 19ème siècl class=msoIns>e class=msoIns>, class=msoIns> class=msoIns>affirmant
la supériorité des «  class=msoIns>blanc class=msoIns>s class=msoIns> » class=msoIns>,
lui donne son identité exclusivement blanche. class=msoIns>

Le 16ème
siècle et la « limpieza de
sangre » (purification du sang)

Au 16ème
siècle
l’Europe, via le Portugal et l’ class=msoIns>Espagne,
class=msoIns> class=msoIns>promulgue class=msoIns>
des lois de « limpieza de sangre » (« purification du
sang ») contre ses propres class=msoIns>populations juives et musulmanes.

A la suite de la chute de Grenade (1492), la dernière
ville musulmane d’Espagne, les autorités politiques et ecclésiastiques
décident d’expulser tous les juifs et tous les musulmans
refusant de se convertir au christianisme. Ceux qui choisissent de se
convertir auront le droit de rester.

Néanmoins le Tribunal de
l’Inquisition ne cessera de les suspecter de vivre une chrétienté de façade, et
de continuer, en privé, à pratiquer leur foi. En effet, « 
class=msoIns>Les
morisques (les chrétiens
d’origine musulmanes)
conservent leur
langue (l’arabe), leurs modes vestimentaires, leurs habitudes culinaires et
hygiéniques (ils ne mangeaient pas de porc et se lavaient souvent, choses mal
tolérées par les chrétiens de l’époque), et leurs jours de fête ».

De surcroît, ils sont aussi
perçus, comme une cinquième colonne, « c’est-à-dire comme des alliés
actifs de l’Empire ottoman » et donc comme « une menace pour la République chrétienne ». class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[6]

class=msoIns>En
1609
, il ya exactement quatre cents ans class=msoIns>,
l’Inquisition décide d’en finir définitivement avec les morisques. Les
autorités politiques et cléricales hésitent un moment entre l’extermination
physique et la déportation. En effet certains class=msoIns>
proposent « (…) explicitement le
génocide, soit par la pendaison, soit par les travaux forcés
class=msoIns> (…) href="#_ftn7" name="_ftnref7" title=""> style=''> style=';'>[7] class=msoIns> ». class=msoIns> style='font-size:15.0pt;font-family:Georgia'> lang=FR-BE>Ce sera en fin de compte la déportation class=msoIns> : class=msoIns> class=msoIns>«  style=''>500 000 personnes - hommes, femmes et enfants,
seront déportées
(hors d’Europe) class=msoIns>
avec, au moins, 75 % de « pertes » class=msoIns> » class=msoIns>. href="#_ftn8" name="_ftnref8" title=""> class=MsoFootnoteReference>[8]

Avec cette histoire class=msoIns>
tragique,
l’Europe class=msoIns>– class=msoIns> class=msoIns>et
la France par conséquent class=msoIns> class=msoIns> s class=msoIns>’est
bâtie class=msoIns>un class=msoIns>e class=msoIns> class=msoIns>identité
amputée de ses Juifs et de ses Musulmans class=msoIns>

Le 19ème
siècle et la « supériorité des
blanc
s »

Le 19ème
siècle
européen class=msoIns>érige
class=msoIns>
les blancs en dieu class=msoIns>x class=msoIns>.
Joseph Conrad (1857-1924) le proclame en ces termes class=msoIns> :
« C’est à nous occidentaux de décider qui est
un bon ou
un mauvais indigène, parce que tous les indigènes n class=msoIns>’existent
que par la grâce de notre reconnaissance. C’est nous qui les avons créé class=msoIns>s,
qui leurs avons appris à parler et à penser, et quand ils se révoltent ils ne
font que confirmer l’image que nous
avons d’eux : des enfants stupides
(…) href="#_ftn9" name="_ftnref9" title=""> class=msoIns> class=MsoFootnoteReference>[9] class=msoIns> » class=msoIns>

En France, comme
ailleurs en Europe, la tendance est la m
ême. Dans
son « Essai sur l’inégalité des
races humaines », Joseph-Arthur, comte de Gobineau (1816-1882), diplomate
et écrivain français, examine l’origine de l’humanité et celle des races, puis class=msoIns>« 
démontre »
qu’on
peut établir un classement entre elles
. Dans le contexte de
l’époque où l’idée d’une hiérarchie class=msoIns>entre
les races est très généralement admise, son objectif est class=msoIns>de class=msoIns>prouver class=msoIns> la
supériorité de l’homme blanc en adoptant une démarche, non pas
religieuse, mais historique et scientifique name="_ftnref10" title=""> style=''> style=';'>[10] lang=FR-BE>.

Gobineau soutient l’existence de races
humaines très fortement différentiées et inégales.
Et pour lui la couleur de la peau est un critère décisif class=msoIns>, le
blanc étant la couleur supérieure.
Il écrit qu’à « mesure que
toutes ces races s’éloignent trop du type blanc […] [elle] finissent par
produire cette excessive laideur, […] title=""> class=msoIns> class=MsoFootnoteReference>[11] lang=FR-BE>. »

Il affirme une hiérarchie en force, en
beauté et en intelligence dans laquelle la race blanche, et singulièrement sa
variété européenne « aryenne » et française, occupe l’échelon le plus
élevé. Ces inégalités sont, pour lui, « logiques », expliquées,
permanentes et indélébiles
class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[12] lang=FR-BE>.

Jusqu’à la fin de la seconde guerre
mondiale ces théories dominent l’anthropologie
européenne et française. Il faut attendre la class=msoIns>fin
de la
deuxième guerre mondiale class=msoIns>,
suite au génocide des juifs, et class=msoIns>
ensuite, vers la fin des
années
1950 class=msoIns>, class=msoIns>
les luttes
anticoloniales,
pour que les Etats class=msoIns>européens class=msoIns>,
dont la France, commencent à class=msoIns>basculer
peu à peu dans une conception de l’Homme qui ne soit plus fondée sur l’idée de class=msoIns>la
supériorité de la race
blanche
class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[13] lang=FR-BE>.

Aujourd’hui tout le défi du Grand débat sur l’identité nationale c’est de questionner les origines exclusivement chrétiennes et blanches de l’identité Française, une conception de l’identité qui reste pourtant bien ancrée et dont les sorties inacceptables de Brice Hortefeux, Manuel Valls et Jacques Chirac sont des preuves plus qu’éloquentes.



name="_ftn1" title=""> class=msoIns> class=MsoFootnoteReference>[1] lang=FR-BE> http://www.debatidentitenationale.fr/

class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[2] lang=FR-BE> http://www.dailymotion.com/video/xafxrd_quand-brice-hortefeux-derape_news

class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[3] lang=FR-BE>
http://www.dailymotion.com/video/x9jtav_manuel-valls-aimerait-plus-de-blanc_news

class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[4] lang=FR-BE>
http://www.dailymotion.com/video/xb9dg2_apres-hortefeux-jacques-chirac-dera_news

class=MsoFootnoteReference> class=MsoFootnoteReference>[5] lang=FR-BE> http://fr.wiktionary.org/wiki/de_souche

name="_ftn6" title=""> style=''> style=''>[6] lang=FR-BE style=''>Rodrigo de Zayas class=msoIns>, Le
Monde diplomatique
, Mars 1997.
(http://www.monde-diplomatique.fr/1997/03/DE_ZAYAS/8003
class=msoIns>)

class=MsoFootnoteReference> class=msoIns> class=MsoFootnoteReference>[9] lang=FR-BE style=''> class=msoIns>Joseph
Conrad in Edward W. Said, Culture et impérialisme, class=msoIns>Paris,
Fayard Le Monde diplomatique, 200 class=msoIns>0, p.20.

name="_ftn10" title=""> style=''> style=''>[10] lang=FR-BE style=''> Bertrand Jordan, L’humanité
au pluriel : la génétique et la question des races
, Paris, Edition du
Seuil, 2008, p. 17.

name="_ftn11" title=""> style=''> style=''>[11] lang=FR-BE style=''> Joseph-Artur
Gobineau, Essai sur l’inégalité des races, p. 152. Edition accessible
sur Internet :
http://classiques.uqac.ca/classiques/gobineau/essai_inegalite_races/essai_inegalite_races_1.pdf

name="_ftn12" title=""> style=''> style=''>[12] lang=FR-BE style=''> class=msoIns>Bertrand
Jordan, op. class=msoIns>cit.p. 25.

name="_ftn13" title=""> style=''> style=''>[13] lang=FR-BE style=''> class=msoIns>Extrait
de la Déclaration des experts sur les
questions de race faite à l’UNESCO en 1949
, class=msoIns>
dénonçant les conséquences du racisme : « Le
mythe de la race a fait un mal immense sur le plan social et moral ;
récemment encore, il a coûté d’innombrables vies et causé des souffrances
incalculables ».
(http://unesdoc.unesco.org/images/0017/001794/179478fb.pdf).

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Réduire la conception de l’identité française à quelques propos, lois ou autres délires ponctuels ne fait pas honneur à son auteur et ne constitue en aucun cas un cadre de réflexion approprié pour un sujet comme l’identité de la France et de son peuple.

X
0 points

Un mot, pourtant à propos de ces réflexions un peu courtes à mon goût : il ne faudrait pourtant pas ignorer que Gobineau, en mettant en exergue l’arianisme comme quintessence de la "race indo-européenne", avait été de loin précédé (fin 18e s.) par Bailly (dans ses Lettres à Voltaire), voire par William Jones (l’inventeur de la catégorie linguistique de l’Indo-Européen) [je parle bien sûr, de notions "avant la lettre"], dans la construction de ces mythes dangereux.

Mais il y a aussi une sérieuse mise en bémol à effectuer en ces temps de "surge" au tempo de la guerre d’Obama : que Gobineau mettait "l’Afghan" au sommet de la "race" arienne, et donc de la hiérarchie qu’il établissait entre toutes les populations humaines. Avec cette précision, on est en pleine contradiction d’avec les thèses d’un racisme vulgaire que vous épinglez fort justement.

Secondement,je ne vous suivrai pas absolument sur votre choix de faire de l’assimilation forcée (ou la mort ou la déportation) des musulmans d’Espagne au seizième siècle, le point tournant de la prise d’identité chrétienne de l’Europe. L’Europe était et se voulait chrétienne bien avant cela, et s’était fort bien accommodé de l’administration d’une partie de l’Ibérie par les arabes, elle pouvait tout aussi bien s’accommoder de la présence de vrais-faux convertis. Non, cette furieuse répression dans les consciences, fut un phénomène assez circonscrit à la Péninsule. Ce ne fut pas, ou seulement de façon indirecte et conséquentielle, un phénomène plus largement européen.

X
0 points

Article très intéressant ! relatant des faits historiques souvent oubliés mais qu’il est bien de se rappeler pour éviter de tomber dans les erreurs du passé, mais qui semble t il ne sont pas considéré comme telles par le gouvernement sarkozy mais plutôt comme une retour à des valeurs haineuses de l’occident chrétiens vis à vis du monde musulmans, que l’on croyait enterrées à tout jamais ! ce qu’on comprend aujourd’hui c’est que le racisme et la haine de l’autre (plus précisément du musulman ou arabe) sont des valeurs profondément pseudo pro "identité occidentale ou chrétienne" ! la vraie chrétienneté c’est le partage et le respect de l’autre (je suis musulman), aujourd’hui j’ai plutôt l’impression qu’Hitler est en train de renaitre de ses cendres !

pauvre France ! A quand la déportation des musulmans ?

X
0 points

Les excès de langage ne font pas avancer le débat.Les dérapages de certains a droite ou a gauche,le racisme qui peut apparaitre a l’occasion de ce débat n’engage que leurs auteurs .l’Europe Chrétienne a une lourde histoire.Mais au moins la parole est libre et les livres d’histoire ne le cachent pas.Le premier génocide des temps modernes est Turc,c’est celui des Arméniens dont personne ne parle et dont les faits sont niés en Turquie.Il faut parler,ne pas avoir peur des débats et trouver les conditions du vivre ensemble.

X
0 points

Pour rester sur le terrain de l’identité nationale, il est bon de se souvenir que ceux qui mettent la question en débat nous ont montré ou nous montrent de quoi il en retourne.Prenons par exemple la France de Pétain et la collaboration, en ce temps là tous ceux qui prétendaient défendre l’intègrité du territoire et les valeurs de la république étaient traqués par la police de Vichy, arretés, emprisonnés, tortutrés puis exécutés comme terroristes. Plus tard, devant les exigences des amis anglo-saxons la langue française est remisée au placard pour etre progressivement remplacée par l’anglais, les radios diffusent toute la journée de la musique et des chansons en anglais, notre vocabulaire est pétri d’anglicisme, tout cela avec la bénédiction des hommes au pouvoir.
Aujourd’hui, avec l’Europe leur duplicité est brutalement éclairée par leurs actes. Ils n’ont pas hésité une seul seconde pour défendre les couleurs de la France, de leur France, à remettre en cause le résultat du référendum où la majorité des français s’était exprimée contre la constitution européenne qui fait de notre pays un département de l’Europe. Ce qui met en évidence si besoin en était que le but de ce grand débat sur l’identité nationale n’est pas une simple crise de nationalisme aigue agitant tout à coup les classes dirigeantes de la nation. Non, ils sont loin de cela car leur niveau de conscience en ce domaine se mesure davantage à l’aune du portefeuilles que de l’amour de la patrie. Prenons un autre exemple, économique celui ci, les délocalisations de pans entiers de notre économie justifiées par la course au profit, qui laissent sur le carreau des millions de familles françaises sans distinction de race ni de religion. Elles sont là pour nous rappeler que leur France à eux est une France à géomètrie variable. Leur France c’est plus de fric pour eux et la misère pour les autres tous les autres,de souche,de coeur ou d’intérêts ils sont tous logés à la même enseigne de l’exploitation capitaliste. Et c’est dans le but de garder les mains libres pour continuer tranquilement leur holdup planétaire qu’ils agitent encore une fois les insignes du patriotisme reservés à l’usage du petit peuple. Cette stratégie a le double avantage du diviser pour mieux reigner, et de désigner sans le nommer l’étranger l’arabe,l’autre, celui qui n’est pas du cru, à la vindicte populaire. Car ils le savent bien le jour viendra où il faudra rendre des comptes, et il espèrent ainsi que ce sera le plus tard possible.

X
0 points

L’histoire de chaque pays est semé de bassesses et de vilénies et on attend avec impatience que tous les pays fassent leur aggiornamento et leur mea culpa comme le font les pays européens. On a l’impression à lire ces lignes que seule la civilisation blanche, chrétienne et européenne s’est rendue coupable des pires forfaits. Qu’en est-il des Ottomans, des peuples arabes du golf, l’esclavage n’y était-il pas pratiqué ? Les privilèges octroyés aux tenants du pouvoir politique et religieux n’existaient-ils pas ? Les conversions forçées n’étaient-elles pas exigées par les occupants qu’ils soient turcs en Turquie ou arabes dans les pays initialement chrétiens du Maghreb ? Une colonisation est-elle plus légitime lorsqu’elle se prolonge par une occupation permanente et l’acculturaion totale des autochtones ?

Il est tout de même incroyable que les tenants d’une culture musulmane, dont on peut lire sur ce site les pensées et les arrières-pensées, fassent en permamence appel au respect des racines et aux exigences imprescriptibles et non-négociables de leur culture et dénie ce droit aux ressortissants du pays qui les accueille en les renvoyant à leurs anciennes turpitudes.

Jamais la référence aux "souches", dont il est fait état ou racines ancestrales ne fut un préalable dans l’identité française. Mes grands-parents étaient italiens et je me sens Français à part entière, j’assume les bassesses historiques de ce pays en les replaçant dans leur contexte historique et je partage les grandeurs de vue, les pensées et les innovations de ceux qui sont devenus mes ancêtres par la grâce de la naturalisation. J’ai des amis de toutes origines, de toutes couleurs et de toutes confessions qui partagent parfaitement mon ressenti.

L’Histoire de France transcende l’histoire des français.

X
0 points

Un article de qualité avec des données historiques fiables. La domination de l’homme sur l’homme, le racisme, l’inquisition sont des horreurs reconnues de nos jours et qu’il convient de dénoncer car elles ont des racines conscientes et inconscientes. L’anti-christianisme de certains musulmans est aussi à critiquer avec soin...
L’histoire est sans doute moins probante que des certitudes religieuses comme le fait qu’il y a des juifs, des chrétiens et des musulmans de toutes les couleurs et que la France est comme toutes les nations le produit d’un métissage à la fois racial et religieux. Les arbres généalogiques témoignent de la présence arabe et des français "de souche ?" se sont convertis à l’islam à Paris même ! Cela n’empêche pas certains de dire le contraire...Par delà l’histoire, en d’autres termes, la lutte philosophique et juridique pour la reconnaissance de l’égalité de tous les hommes (les femmes y comprises) et de toutes les religions reste sans doute au goût du jour...

X
0 points

Ce genre d’article ne devrait pas exister.

Prendre de faits ou des propos (incontestables par ailleurs) étalés sur des siècles et en faire un ensemble cohérent conduisant à une pseudo thèse générale préétablie n’est à l’honneur de l’auteur.

A partir de cette méthode on peut faire dire n’importe quoi à l’histoire, y compris le contraire de la réalité.

Pour être de la partie, je peux dire que cet article associé à son titre fallacieux n’ont pas été écrits à des fins historiques ou didactiques, mais dans un dessein tout autre.

Si on veut connaître l’histoire, les fondements et la création du pays (don c les souches), il faut se plonger dans des ouvrages (très bien faits) et neutres sur l’histoire des civilisations et notamment sur les grands mouvements entre l’an moins 600 et l’an 1000.

C’est tr complexe mais passionnant, et cela tord le cou à biens des idées reçues, ou des à thèses bidon toutes faites.

Excusez ma colère. Et en plus ce n’est pas bon pour moi.

X
0 points

A Axel  :"Réduire la conception de l’identité française à quelques propos, lois ou autres délires ponctuels ne fait pas honneur à son auteur"

Ah bon ? Alors à quoi rapporter l’identite française si ce n’est à quelques propos (tenus par des hommes représentants la France et les Français) et quelques lois (votés par des hommes élus par des peuples vivant dans des démocraties) ?

X
0 points

A Souleymane : vous avez un train de retard :"Le premier génocide des temps modernes est Turc,c’est celui des Arméniens dont personne ne parle et dont les faits sont niés en Turquie." LA Turquie a reconnu le génocide des arméniens, c’était une des conditions de possible adhésion à l’UE.

Vous écrivez :"Les dérapages de certains a droite ou a gauche,le racisme qui peut apparaitre a l’occasion de ce débat n’engage que leurs auteurs" Non cela n’engage pas que leurs auteurs quand il s’agit d’hommes et de femmes élus par le peuple, censé représenté le peuple et censé parler au nom du peuple Français.

Vous concluez par :" Il faut parler,ne pas avoir peur des débats et trouver les conditions du vivre ensemble." Oui il faut parler et ouvrir le débat, mais ce n’est pas en portant des accusations, en stigmatisant et en désignant un ennemi potentiel que l’on assoit un débat...et que l’on trouve des conditions du vivre ensemble, en excluant au préalable une partie de la population !

X
0 points

Tiens Didier, vous êtes pour la censure maintenant !

X
0 points

Il faudrait résumer l’ensemble des débats en un seul débat.
Les français veulent-ils un pays multiculturel comme cela est appelé de ces voeux par la diaspora musulmane pour ne pas à avoir à renier leur culture d’origine ?

X
0 points

A Didier : "Excusez ma colère." Nous l’excusons mais nous ne la comprenons pas ! Quant il s’agit de "tord (re) le cou à biens des idées reçues, ou des à thèses bidon toutes faites." sur les arabos musulmans on ne vous a pas vu manifester votre colère ! Et c’est bien dommage !

A Babil : "L’histoire de chaque pays est semé de bassesses et de vilénies" incontestablement ! Mais là nous sommes dans un débat précis celui de l’identité française ! Quand nous aborderons l’identité arabe, ou musulmane, pas de problème je suis sûre que vous serez le premier à nous faire la liste de leurs "bassesses" et de leurs "vilénies" et vous auriez raison.

X
0 points

@ Babil : Je m’emerveille de votre ligne de defense, qui consiste à étaler les probables fassesses des autres pour cacher les siennes !!!

X
0 points

Didier écrit :

"Si on veut connaître l’histoire, les fondements et la création du pays (don c les souches), il faut se plonger dans des ouvrages (très bien faits) et neutres sur l’histoire des civilisations et notamment sur les grands mouvements entre l’an moins 600 et l’an 1000."

Oui. Bien sûr. Ouvrages écrits par des historiens révisionnistes et des jésuites pour le compte des occidentaux chrétiens. Quelle impartialité !!!

Je préfère lire des ouvrages écrits par des historiens ayant un minimum de rigueur et de méthodologie scientifiques.

X
0 points

Bravo pour cet article bien documenté !

Baraka Allahou fiik ya Rabah Kaddouri !

Il y a cet excellent livre de l’historien espagnol Rodrigo de Zayas à lire absolument pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui en Europe et combien l’Église chrétienne est impliquée dans le racisme anti-islam et l’anti-sémistisme : " Les Morisques et le racisme d’état " Éditeur : La Différence (24 août 1992).

Par ce hasard que l’histoire peut nous réserver, cet ouvrage a été écrit à la veille du nettoyage ethnique des musulmans en ex-Yougoslavie. Comme pour un rappel.

Ce livre foisonne de statistiques sur la réalité de l’Islam dans la péninsule ibérique et bouleverse complétement nos croyances "historiques".

Pensez ! 8 siècles d’Islam !!! Par exemple, la majorité écrasante des musulmans étaient européens. Il suffit de se balader dans les petits villages en Espagne pour comprendre combien l’Islam imprègne la culture espagnole et dans le même temps il est dramatiquement refoulé.
Ces musulmans ibériques à qui l’Europe doit ses lumières !

Une précision à apporter : seulement un pourcentage faible de musulmans ibériques ont pu trouvé refuge au Maghreb ou en Turquie. La majorité des musulmans ibériques sont restés après s’être convertis au catholicisme. Les juifs étaient contraints de fuir au Maghreb et en Europe du Nord.

X
0 points

à Amazon : le 1° génocide des temps moderne n’aurait-il pas été celui des Herreros, en Afrique, par les Allemands dont le père de Goëring faisait partie ?
Et pourquoi oublier les differends massacres coloniaux du XIX°, par exemple "l’enfumage" de populations près de Rouiba(Algérie)par le colonel Pelissier, véritable fondateur des chambres à gaz ?
L’Histoire est sans pitié.

X
0 points

A Babil : qu’est ce que cette question ?

"Les français veulent-ils un pays multiculturel comme cela est appelé de ces voeux par la diaspora musulmane pour ne pas à avoir à renier leur culture d’origine ?"

La diaspora musulmane et Française ne demande qu’à pouvoir bénéficier des mêmes droits, des mêmes lois et d’honorer ses devoirs comme n’importe qu’elle autre diaspora dans notre pays, où la liberté de culte est garantie, où les minorités sont protégées et où les discriminations religieuses sont un délit.

Ni plus ni moins, tout cela dans le respect des droits de l’homme (dont nous sommes le pays phare) et dans le cadre de la République.

N’est ce pas légitime ?

X
0 points

Souleymane ; Je rectifie votre remarque.
Le tout premier genocide du monde moderne est celui du peuple HERERO par les allemands le 11 aout 1904.

X
0 points

Salam François,

Puisque le forum sur le "nouveau combat idéologique contre l’islam" est clos, je me permet de vous répondre ici, les sujets étant liés.

vous m’interpellez reprenant un texte où j’évoquais mon parcours de vie dans différentes cultures et vous me demandez :" Ne pensez-vous pas qu’il est difficile d’attendre à priori une démarche et un parcours de vie comme les vôtres de la part du citoyen de base européen ? Ne pensez-vous pas que les aspirations des suisses, autrichiens, italiens, tous les européens en somme, à vouloir rester "dans" et préserver la culture de leurs ancêtres dans leurs propres pays sont légitimes.

Ne croyez-vous pas que les peuples européens, et d’autres (Japon, Coréen du sud, Australie), ne sont pas forcément racites ou islamophobes, mais qu’ils refusent cette mondialisation qui aboutit à un et salmigondis des peuples, tout cela au grand bénéfice des multinationales"

C’est très intéressant, je trouve, ce questionnement que vous avez. Ca en revient à demander : est- ce que la présence de l’Autre, avec sa différence, remet en cause MA spécificité ??Y a -t- il forcément domination d’une culture sur une autre ?? Ne peut il pas y avoirRespect et compréhension mutuelle ?? Et surtout, pouvons nous aboutir à une intéraction féconde ??

Puisque vous me demandez mon avis, je crois que ce qui s’exprime actuellement est bien une peur réelle de la part des Français "de souche" (avec toutes les nuances que comporte le terme), de voir leurs repères culurels s’estomper au profits d’autres repères. Ceci est d’autant plus exhacerbé que dans un espace de plus en plus désacralisé, les musulmans, eux, mettent en avant leur foi comme axe central de leur vie et la majorité d’entre eux n’est (il me semble) pas prète de faire de compromis là dessus.

Cette peur est je trouve légitime, et elle est à prendre en compte, mais surtout je crois qu’elle est à dépasser.

Elle est basée sur une vision stéréotypée de l’autre et bien souvent une méconnaissance profonde de ses valeurs. Dans l’imaginaire collectif, le musulman est conquérant et dangereux, entend convertir le monde entier à l’islam, ne repecte pas les autres religions, ne respecte pas les lois du pays, les droits des femmes, etc etc.. Image d’ailleurs largement entretenue par les medias et le monde politique qui ne laissent filtrer du monde musulman que les aspects les plus rétrogrades et criminels, qui sont le fait d’une frange ultra minoritaire (lire à ce sujet l’excellent : "l’islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France" de Deltombe Thomas paru en 2005).

Donc je crois qu’il y a tout un travail à faire autour de la perception que l’on a de la culture musulmane, un travail de dialogue et d’interconnaissance. A mon sens il est absolument incontournable, car qu’on le veuille ou non les musulmans de France sont Français et très légitimement français, avec leur spécificité. La présence de cette spécificité, si elle est entendue comprise et respectée ne doit en rien gommer la culture """traditionnelle""" (légitime ?) française, mais tout simplement faire partie d’elle comme une de ses composantes.Ce n’est pas ce que vous appellez "un salmigondi de peuples", mais l’entreconnaissance des spécificités au sein d’un même espace. Celà suppose un effort des deux côtés.

J’espère franchement voir de mon vivant une telle évolution.

Bonne journée, salam.

X
0 points

Chère Amazone
Permettez moi de contester ce que vous dites,la Turquie n’a jamais reconnue le génocide des Arméniens.Certains intellectuels Turques ont lancé le débat mais le pouvoir politique continue a nier.
Le débat est lancé en France sur l’identité Française et je crois en Europe.Il y a des maladresses et si des hommes politiques jouent avec le racisme il faut les dénoncer.Pour autant
je vous invite comme nous tous a y participer car la politique de l’Autruche ne sert pas la démocratie.

Pour l’instant la France reste une démocratie personne n’est menacé ni stigmatisé.je vous invite a donner votre opinion,plutôt que de vous présenter en victime.Il vaut mieux ouvrir un débat vif plutôt que de l’étouffer,car comme vous le savez
étouffer la parole c’est prendre le risque de voir les frustrations ressortir de manière incontrôlées.

X
0 points

A un mécréant communiste : vous avez tout à fait raison comme le rappelait justement Lisa :"Le tout premier genocide du monde moderne est celui du peuple HERERO par les allemands le 11 aout 1904.". Oui l’histoire est sans pitié surtout si elle ne retient que ce qui l’arrange !

X
0 points

Je ne suis pas pour la censure, je suis contre les personnes qui manipulent l’Histoire ancienne pour lui faire dire ce qu’ils veulent.

On peur constater et pourquoi pas comprendre (sans admettre) une certaine désinformation dans l’histoire récente (on ne manque pas d’exemples). Mais bricoler l’Histoire ancienne pour appuyer des thèses douteuses, c’est indigne d’un travail d’historien.

C’est sans doute pour avancer la paix dans les esprits ?

X
0 points

Une ficelle vieille comme le monde...Pour camoufler les derives politiques on sort le bouc emissaire.Au moyen.age ce fut les sorcieres.On en brulait une de temps en temps. Puis ce fut les pauvres. Ensuite les juifs pendant des siecles. Maintenant ce sont les etrangers. Et demain ?

X
0 points

A Souleymane : Oui vous avez raison en partie quand vous ecrivez :"Certains intellectuels Turques ont lancé le débat mais le pouvoir politique continue a nier." Le débat en tout cas est ouvert en Turquie.

On appelle cela le "jeu politique", en France aussi on n’a jamais reconnu le génocide des Algériens durant la colonisation, pire on a glorifié cette période avec la loi sur le rôle positif de la colonisation. Ne parlons pas des essais nucleaire réalisés dans le désert algérien et dont les générations actuelles paient encore le prix à coup de malformations de cancers de la gorge...de la peau et j’en passe. Que dire des enfumades et des massacres de Sétif et de Guelma .... ???

Vous dites : "Il y a des maladresses et si des hommes politiques jouent avec le racisme il faut les dénoncer." C’est exactement ce que fait oumma.com et les intervenants mais à cela il est répondu "qu’il faut arrêter de voir de l’islamophobie partout et de se poser en victime". On feint de ne pas entendre, on qualifie de "dérapages" et de "maladresses" des propos discriminatoires, racistes et islamophobes....Je crois que nous ne sommes plus dans les maladresses, nous sommes dans la politique du bouc emissaire et ceci n’est pas digne du grand pays des droits de l’homme qu’est la France.

Vous ajoutez :"Pour autant je vous invite comme nous tous a y participer car la politique de l’Autruche ne sert pas la démocratie." Vous m’invitez à quoi ? A définir ce qu’est l’identite nationale ? Mais c’est une question que je ne me pose pas ...je vis avec cette identité nationale, je suis cette identité nationale et je vis cette identité nationale...

"Pour l’instant la France reste une démocratie personne n’est menacé ni stigmatisé" pourquoi pour l’instant ? C’est un avertissement ? Une menace ? Je ne vous suis pas ?

"je vous invite a donner votre opinion,plutôt que de vous présenter en victime" Où avez vous lu que je présentai en victime ? C’est la nouvelle ligne de défense que de clouer le bec à vos détracteurs en leur attribuant des positions qu’ils n’ont pas ?

Vous concluez :"...car comme vous le savez étouffer la parole c’est prendre le risque de voir les frustrations ressortir de manière incontrôlées." comme en 1940 ? Mais quelle parole à donc été étouffé pour que des millions de juifs se retrouvent victimes de frustrations ressortis de manière incontrôlés ?

X
0 points

Elwahraani,

"Ouvrages écrits par des historiens révisionnistes et des jésuites pour le compte des occidentaux chrétien"

Bon, apparemment, vous ne connaissez pas ces ouvrages généraux sur l’histoire des civilisations, écrits par des collèges de vrais historiens. Vous n’auriez pas cet à-priori négatif.

Ce n’est même pas la peine d’aller chercher des bouquins "prise de tête", mais des ouvrages (et ils sont nombreux) faits pour étayer la connaissance des passionnés d’histoire. Lisez-les et vous verrez combien votre avis est injustifié.

Je vous vous montrer comment on fait dire ce qu’on veut à l’histoire :

Avez-vous regardé le documentaire hier soir mercredi sur Arte ? Le sujet était les relations très étroites et même la collaboration active entre le grand Mufti de Jérusalem et les nazis (et même Hitler et Himmler avec en prime la création d’une division SS musulmane qu’il passait en revue avec le salut hitlérien).

Avec cette page d’histoire isolée , je pourrais généraliser aux musulmans de Palestine, puis à tous les arabes et pourquoi pas à l’Islam en tant que civilisation. Ce serait une faute impardonnable et une ineptie.

Voilà pourquoi il ne faut pas bricoler l’Histoire, même pour faire plaisir à ses lecteurs

X
0 points

A Souleymane

"Pour l’instant la France reste une démocratie personne n’est menacé ni stigmatisé."

Elle reste une democratie moins imparfaite que les dictatures, c’est effectivement une chance, mais que personne n’y soit menacé ni stigmatisé, je ne vous suis plus la...Que vous faut-il, une Marwa Shirbinie(que Dieu l’acceuille dans Son Paradis) francaise pour que vous l’admettiez ? Pourtant ce ne sont pas les agressions islamophobes de femmes musulmanes "visibles" ni les profanations de tombes qui ont manqué ces derniers temps.

Votre aveuglement n’est pas propice a l’ouverture d’un dialogue serein entre toutes les composantes de la societe et refuser la victimisation n’est pas a confondre avec le refus de reconnaitre qu’il existe des victimes et que ces dernieres ont le Droit, pour les proteger du racisme de l’intolerance et de la discrimination.

La peur reelle de l’islam, manipulee et travaillee a outrance est a prendre en compte et ce n’est que par le dialogue et la connaissance de l’autre qu’elle sera vaincue ; mais le racisme, l’agression et le mepris ne passeront pas et doivent etre reprimes par la loi et refuses au nom de la dignite et du repect de Tous.

X
0 points

A Didier : c’est bien ce que je disais l’histoire est sans pitié surtout quand elle ne retient que ce qui l’arrange : "Le sujet était les relations très étroites et même la collaboration active entre le grand Mufti de Jérusalem et les nazis (et même Hitler et Himmler avec en prime la création d’une division SS musulmane qu’il passait en revue avec le salut hitlérien)." Mais qui n’a pas collaborés avec les Nazis ? Même l’eglise catholique et le Pape ont collaborés !

X
0 points

Didier écrit :

"Avez-vous regardé le documentaire hier soir mercredi sur Arte ? Le sujet était les relations très étroites et même la collaboration active entre le grand Mufti de Jérusalem et les nazis (et même Hitler et Himmler avec en prime la création d’une division SS musulmane qu’il passait en revue avec le salut hitlérien)."

Et alors ?!
Peut-être que ce grand mufti avait des relations personnelles avec les Nazis. Si ceux-ci l’ont manipulé en lui promettant la libération de sa terre, la Palestine des colonialistes britanniques ?
En quoi cela engage-t-il l’Islam et les musulmans ?

Que dites-vous alors de la grève de la faim du Roi du Maroc Mohammed V et d tout le peuple pour protéger les juifs marocains des rafles du gouvernement français de Vichy, collaborateur de Hitler et qui avait fait exécuter des centaines de milliers de juifs français ?

Et des musulmans en Algérie pour protéger et cacher leurs compatriotes juifs des rafles et des inquisitions du gouvernement français de Vichy ?

Qu’est-ce qui est le plus grave ?
L’engagement d’un individu qui se trouve être un mufti ou celui d’un gouvernement français et de tout un peuple qui collaborent avec les nazis dans le génocide ?

Qu’ils soient allemands, britanniques ou français, ce sont toujours des occidentaux chrétiens derrière les grands méfaits de l’Histoire de l’humanité.

Réfléchissez un peu !

X
0 points

Le débat sur l’identité nationale pourrait avoir lieu partout. Notamment dans les pays qui n’ont pas l’habitude de s’interroger à ce sujet.

Nous sommes un pays qui a accueilli de nombreuses vagues migratoires, de l’extérieur bien sûr, mais surtout de l’intérieur, puisqu’un Alsacien ou un Flamand apparaissaient "bizarres" aux yeux de ceux qui ne comprenaient pas leurs langues.

Il est difficile de trouver un vrai Français de souche, ce dont tout le monde se fout depuis longtemps.

Il y a quand même une "France de souche" (même si ça énerve) : celle qui pense que certaines valeurs que nous défendons en général ne sont pas défendues comme elles le devraient par un certain nombre de nos concitoyens, et également par bien des gens qui s’expriment sur ce site courageusement, alors qu’ils n’habitent pas un bon nombre de pays amoureux de la liberté, où se poser trop de questions peut nuire gravement à la santé.

La couleur de la peau, la façon de vivre, de manger, de parler, ou n’importe quoi ne comptent pas : ce qui compte, c’est la mentalité.

J’ai un rêve (c’est pas de moi) : bien que je ne puisse pas m’approcher légalement à moins de 40 km de la Mecque ou de Medine, j’aimerais visiter les Lieux Saints, en toute liberté, pour y dire ce que je pense de la LIBERTE ...