Réflexion sur l’affaire du RER : Les leçons de Jaurès

[...] Il faut trouver un nouvel exutoire pour s’assurer qu’aucun vivre ensemble de nature à refonder cett

par

dimanche 18 juillet 2004

Il y aura 90 ans le 31 juillet prochain, au café du Croissant était assassiné l’un des plus grand politique français, Jean Jaurès.

Ce crime n’a jamais été complètement élucidé et l’objet de ce papier n’est pas de s’attarder sur la pâle figure de Raoul Vilain, son assassin.

La mort de Jaurès est universellement considérée comme le prélude à la boucherie autrement appelée première guerre mondiale. Cet assassinat ne doit rien au hasard.

Il a été précédé par une intense campagne de presse visant à faire passer cette figure d’exception pour un espion à la solde de l’ennemi. Cette campagne n’épargnait pas les appels explicites au meurtre.

Les historiens ont mis en évidence qu’elles étaient financées par Izvolski, diplomate russe dans le but d’ancrer la France dans une alliance anti-allemande et pro-russe et ainsi retarder le plus possible l’écroulement d’un régime rongé aux mites.

Il était vital dans l’intérêt des puissances d’argent de tout mettre en œuvre pour empêcher l’émergence d’une internationale ouvrière qui aurait ébranlé les fondements d’un monde foncièrement inégalitaire. Il leur fallait un meurtre, une guerre, une révolution dans un seul pays pour inoculer un virus mortel aux utopies révolutionnaires de la fin du 19ème siècle.

Aujourd’hui, la messe est dite et le 20è siècle sera libéral ou ne sera pas. Les utopies sont mortes ou agonisent lugubrement. Mais les appétits s’aiguisent et le système reprend sa marche inexorable au suicide planétaire miné par ses contradictions.

Il lui faut trouver un nouvel exutoire pour s’assurer qu’aucun vivre ensemble de nature à refonder cette société n’est possible. C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Le chaudron de la calomnie et des mensonges préfabriqués boue à feu vif. La France est antisémite où plus précisément sa composante arabo-musulmane. Même si elle ne l’est pas, elle le deviendra en ajoutant un 0 au chèque tentateur. Le monstre échappe à ses géniteurs ? Qu’à cela ne tienne, accusez-les tous, Dollar reconnaîtra les siens.

Dans une semaine, dans un mois, le premier mort de cette campagne acharnée tombera.

Gageons qu’il sera opportunément choisi pour symboliser la barbarie des ennemis d’aujourd’hui. Alors une nouvelle union sacrée se mettra en place et l’assaut pourra commencer. Cette fois, il sera fatale à le France.

Au temps de Jaurès, il y avait des hommes d’Etat, il y avait des socialistes.

Aujourd’hui, nos dirigeants sont les marionnettes des guignols et les socialistes des libéraux en deuxième division. La France ne pourra plaider l’ignorance.

Le décor est planté, les metteurs en scène s’activent en coulisse, les comédiens se préparent à jouer une pièce dramatique pour un public gavé de pain et de jeux. La représentation peut commencer.

Publicité

commentaires