Rassemblement des responsables associatifs musulmans du 17 janvier 2004

Depuis plusieurs années, une agitation autour de la question du foulard (dit improprement islamique) occupe l

par

samedi 10 janvier 2004

Paris le 29 décembre 2003

Rassemblement des responsables associatifs musulmans du 17 janvier 20041

Un appel à la RESPONSABILITÉ

Signataires :

CMF (Collectif des Musulmans de France)

EMF (Etudiants Musulmans de France)

JMF (Jeunes Musulmans de France)

PSM (Participation et Spiritualité Musulmanes)

Aux :

Responsables associatifs musulmans

Intellectuels et personnalités musulmanes

Musulmans de France

 

Depuis plusieurs années, une agitation autour de la question du foulard (dit improprement islamique) occupe la sphère politico-médiatique française et tente par tous les moyens d’emporter l’ensemble de la société française dans un semblant de débat dont l’issue actuelle tend à entretenir les malentendus, cacher la discrimination, légitimer l’exclusion et renforcer l’isolement des musulmans de France du reste de la communauté nationale. La manière dont a été abordé ce fait, les circonstances contingentes et la couverture médiatique largement démesurée qui lui a été offerte ne cachent pas la volonté délibérée d’esquiver les vraies questions et voiler les problèmes graves qui menacent la société française.

Aujourd’hui, profitant du flou médiatique orchestré chez beaucoup de nos concitoyens par un conditionnement habile de longue durée, on annonce le projet d’une loi de circonstance qu’on justifie par des faits marginaux ou carrément étrangers à la société française. Ce projet risque fort bien d’être liberticide et discriminant car -en dépit de tous les habillages dont ses promoteurs l’ont drapé- il vise exclusivement les seules musulmanes portant le foulard.

Il est bon de rappeler que pendant toute l’histoire islamique, la manière de s’habiller n’a jamais soulevé autant de polémiques ni fait l’objet de tant d’incompréhensions. Quelle que soit l’issue du projet de loi -qui sans résoudre un seul problème, en rajoutera certainement d’autres- il est fondamental pour les musulmans de France d’être conscients des difficultés révélées par cette affaire et des enjeux qu’elle dissimule :

  • Après plusieurs mois de travail médiatique intensif, on assiste à une banalisation des actes islamophobes dans l’indifférence quasi-générale des politiques et d’une bonne partie de la société civile. Il est bien connu que la stigmatisation et l’isolement préludent à la répression.

  • Il existe sans doute des enjeux électoraux et des calculs politiciens derrière la médiatisation excessive de la question du foulard. Certaines organisations politiques ne dissimulent pas leur espoir de tirer quelques avantages électoraux si le débat ou la contestation se politisent ou deviennent passionnels.

  • Il ne s’agit pas de la laïcité menacée par quelques femmes en foulard, mais il est question d’une remise en cause d’acquis constitutionnels fondamentaux à savoir la liberté (dont la liberté de conscience et le libre exercice du culte font partie) et l’égalité (qui s’oppose à toute discrimination quelque soit son origine : religieuse, raciale ou autre). Les quelques maladresses montées en épingle par les médias pour démontrer une menace hypothétique de la laïcité représentent des cas rares et marginaux qui ne reflètent pas, loin de là, le comportement général des musulmans.

  • La question de la défense des libertés et de la lutte contre la discrimination et contre la stigmatisation d’une partie de la société est trop grave pour ne concerner ou ne mobiliser que les seuls citoyens de confession musulmane, plus encore pour ne susciter que l’action unilatérale d’un acteur unique parmi les nombreuses organisations musulmanes présentes sur le terrain ou encore pour n’appeler que de simples réactions individuelles et spontanées. Tout traitement communautaire de cette question risque de faire le jeu de ceux qui préfèrent que les musulmans de France restent dans le ghetto pour mieux les taxer ensuite de communautarisme.

Il est donc indispensable que les acteurs associatifs musulmans, conscients de ces enjeux, redoublent d’efforts et fassent preuve de beaucoup de pédagogie, vis à vis à la fois des musulmans de France et du reste de la société pour inciter au dialogue, initier un véritable débat libre et constructif à tous les niveaux de la société et rompre l’isolement qui menace les musulmans.

Aujourd’hui, on constate chez beaucoup d’acteurs associatifs la volonté d’affermir une maturité qui se traduit de plus en plus dans le discours et dans les actes. Hélas, cela n’empêchera pas chez une minorité des réactions émotionnelles, individuelles, et désordonnées face à des événements qui demandent de notre part la concertation, la réflexion profonde, la consolidation de nos efforts et le dialogue serein avec nos concitoyens. Toute réaction qui compte sur le seul registre de l’émotion risque de servir comme un défoulement qui dissipe des énergies sans atteindre aucun objectif, de subir une récupération partisane ou encore de faire le lit des extrémismes de tout bord.

L’appel pour le rassemblement des responsables associatifs du 17 janvier 2004 a pour ambition de rompre définitivement avec ces mentalités. Il s’intègre dans une dynamique initiée depuis début décembre 2003, ouverte à tous les acteurs associatifs et à toutes les bonnes volontés soucieuses de la défense des droits et des intérêts de l’ensemble de la nation. Les initiateurs de cet Appel entendent mener une initiative responsable, durable et qui témoignera concrètement -si Dieu le veut- de la maturité des musulmans de France, de leur souci du vivre ensemble et de leur attachement à la France de la liberté, de la fraternité et de l’égalité.

 

Notes :

1 A ne pas confondre avec l’appel à une manifestation le même jour lancé par un parti politique.

 

 

 

 

Appel national aux responsables associatifs Musulmans

pour une journée de travail et de réflexion

Au moment où les inégalités sociales ne cessent de s’élargir, au moment où les idées d’extrême droite se banalisent, au moment où notre société est incapable de faire face à la crise politique, la vision sécuritaire prime : on légifère, on sanctionne, on exclut. Dans ce cadre-là, suivant les recommandations de la commission Stasi, est proposé un projet de loi discriminant et injuste. Les libertés individuelles et les droits les plus élémentaires sont encore remis en question.

Un climat malsain s’installe en France. Une loi serait le point de départ de situations d’exclusion, voire de racisme et cela commence déjà à se manifester dans les rues, dans les entreprises et dans les institutions.

Sur tout le territoire national, les actes islamophobes se multiplient. Aujourd’hui, les musulmans sont en colère devant tant d’injustice, d’incompréhension et de mépris.

En tant qu’acteurs associatifs, il est de notre responsabilité d’engager le dialogue et de faire en sorte que cette émotion s’exprime légitimement et de façon appropriée. Mais il est aussi de notre devoir de mettre tout en œuvre afin que cessent ces injustices.

Si le débat a été confisqué par les commissions Stasi et Debré, nous appelons les citoyennes et les citoyens à rétablir un véritable débat démocratique sur une question aussi fondamentale que la liberté de conscience et d’expression

Nous vous appelons à être présents le 17 janvier 2004 à Paris pour une rencontre nationale afin :

  • d’élaborer une réflexion commune sur les véritables défis à relever,

  • de développer les partenariats avec les mouvements et organisations qui, déjà, ont dénoncé ce projet de loi,

  • d’organiser une mobilisation nationale,

  • de réfléchir au soutien moral, financier et juridique que nous devons apporter aux nombreuses victimes du climat islamophobe ambiant.

  • Renseignements par région :

    Nord :

    A.Rahni :06.62.22.96.41

    Ile de France :

    K.Azouz :06.61.95.88.52

    J.Khermimoun :06.24.97.94.53

    Rhône alpes :

    M.Kelkoul :06.24.51.79.83

    M.Bouayad :06.64.70.37.55

    Sud :

    Z.Daoud :06.80.92.77.49

    M.Zenasni : 06.64.21.18.90

    Est :

    S.Rahba : 06.61.78.75.22

    K.OULAHCEN : 06.13.47.18.89

    Ouest :

    E.Biteye :06.62.53.22.74

     

    inscription :

    [email protected]

    Signataires :

    C.M.F. (Collectif des musulmans de France)

    E.M.F. (Etudiants musulmans de France)

    J.M.F. (Jeunes musulmans de France)

    P.S.M (Participation et spiritualité musulmanes)

    ASSISES NATIONALES

    DES

    RESPONSABLES ASSOCIATIFS MUSULMANS

    PARIS, 17 JANVIER 2004

    Fiche d’inscription

     

    Votre structure

    Nom

     

    Adresse

     

    Code postal : Ville

    Téléphone - Fax

     

    Email

     

    Objet de la structure

     

    Responsable à contacter

    Nom / Prénom

     

    Adresse

     

    Code postal : Ville

    Téléphone - Fax

     

    Email

     

     

    Les personnes à inscrire (Nom / Prénom) :

    Remarques :

    Veuillez compléter cette fiche et l’envoyer à l’adresse mail : [email protected]

    Vos coordonnées nous permettrons de vous informer sous peu du lieu exacte de la rencontre et du programme précis de la journée.

    Publicité

    Auteur : J.M.F

    Jeunes Musulmans de France

    commentaires