Rachid Nekkaz, le mécène des futures femmes voilées soumises à l’amende

En marge des faiseurs d’opinion qui ont péroré à tout-va, en prévision d’une joute législative qui se

jeudi 15 juillet 2010

Rachid Nekkaz, le mécène des futures femmes voilées soumises à l’amende

En marge des faiseurs d’opinion qui ont péroré à tout-va, en prévision d’une joute législative qui semble jouée d’avance, même si le Sénat doit encore statuer en septembre prochain, un particulier a choisi de passer à l’action, en inaugurant un mécénat d’aide à la personne d’un nouveau genre : soutenir financièrement les amazones du niqab qui, à l’horizon 2011, se verront infliger l’amende répressive de 150 euros pour avoir mis le nez dehors…

Habitué des arcanes politiques, Rachid Nekkaz, dont le parcours personnel est jalonné d’opérations coup de poing, au fort potentiel médiatique, concilie sa carrière entrepreneuriale et un engagement politique atypique, qui l’a conduit à relever un challenge des plus présomptueux en 2007 : l’élection présidentielle, suivi d’un combat d’une toute autre nature en 2008 : sa grève de la faim en faveur de la libération de l’avocat Karim Achoui.

Si l’initiative surprend agréablement par son civisme audacieux et pragmatique, qui répond à une chasse aux sorcières politicienne par la solidarité citoyenne, elle ne pouvait être impulsée que par la personnalité entreprenante de Rachid Nekkaz, lequel en profite par là-même pour ménager sa monture publique.

« Touche pas à ma constitution », tel est le slogan aux résonances familières qui recouvre la création d’un fonds appelé à financer toutes les amendes des femmes verbalisées dans la rue. Interviewé par le Figaro, Rachid Nekkaz a précisé que ce compte, ouvert avec son épouse, dispose d’ores et déjà de la coquette somme de 200 000 euros.

L’homme de convictions est aujourd’hui un homme en colère qui désapprouve avec force la pernicieuse dérive de notre République, cédant à la tentation de l’interdiction générale du voile intégral. Insistant sur la provenance des fonds de particuliers à particuliers, le nouveau bienfaiteur des femmes en niqab a mis en place tout un dispositif sur le Net pour relayer l’existence de cette entraide pas comme les autres, les femmes pénalisées n’ayant plus qu’à envoyer leur amende, le fonds d’aide réglant le PV à leur place, et le tour est joué !

Après avoir approché les 36 000 maires de France, Rachid Nekkaz se voit opposer pour l’heure le silence du Parti Socialiste, qui reste muet sur cette petite entreprise d’un chef d’entreprise, engagé désormais dans ses rangs.

Publicité

commentaires