Quel spécialiste consulter pour me faire circoncire ?

Je vous rappelle que la circoncision n’est pas une obligation (fardh) de l’islam mais une tradition proph

par

mardi 9 mai 2000

Quel spécialiste consulter pour me faire circoncire ?

Je vous rappelle que mes avis ne sont pas des fatwas, mais de simples conseils.

Je vous rappelle également que la circoncision n’est pas une obligation (fardh) de l’islam mais une tradition prophétique (sunna), du Prophète Abraham d’ailleurs, le Prophète de l’islam (SWS) étant né déjà circoncis. Ceci dit, il est difficile de trouver une musulmane pratiquante qui acceptera de se marier avec un non-circoncis.

La circoncision est d’autant plus conseillée que des études montre qu’elle serait positive du point de vue médical : une étude américaine montre que les femmes de mari circoncis font moins de cancers du col de l’utérus que les femmes de mari non-circoncis.

1° Quand faut-il le faire ?

En Afrique et aux U.S.A., les garçons sortent de la maternité déjà circoncis, le problème ne se pose donc pas pour les parents. En Europe et plus particulièrement en France, il existe une réticense (c’est le moins que l’on puisse dire) vis-à-vis des peuples qui pratiquent la circoncision Š

Les parents doivent donc décider de la date. Mon expérience me montre que le plus tôt est le mieux : pas de souvenirs, geste plus facile du point de vue technique, cicatrisation plus rapide Š Pour les convertis, pas de choix, il faut le faire à l’âge adulte. Qu’ils se consolent en se disant que le Prophète Abraham se l’est fait lui même avec un cailloux tranchant à l’âge de 70 ans quand Allah le lui a ordonné et naturellement sans anesthésie Š

2° La circoncision pour des motifs religieux n’est pas remboursé par la CPAM, ce qui est normal, par contre s’il existe un Phymosis ou un autre motif médical, la CPAM rembourse l’opération à partir du 3ème mois d’âge.

3°Anesthésie locale ou anesthésie générale ?

La question se discute et l’expérience du frère qui a souffert est quand même assez rare, elle dépends de l’expérience en matière d’anesthésie locale du chirurgien. Pour ma part, je pratique les circoncision uniquement sous anesthésie locale pour les motifs suivants :

- la circoncision est une opération simple, qui ne concerne que la peau, les voies urinaires ou sexuelles ne sont pas touchées, si le sujet est suffisamment immobile l’acte est assez simple. Il ne nécessite pas d’anethésie générale et l’anesthésie locale alliant pommade pré-anesthésique et injection de produit donne une excellente anesthésie dans 99% des cas. (le % restant constitue les rares cas de patients résistants aux anesthésiques locaux mais en général ils le savent du fait de leur expérience chez le dentiste).

- Le risque d’une complication anesthésique est quasiment nul lors d’une anesthésie locale faite par quelqu’un d’expérimenté, il n’est pas tout à fait négligeable lors d’une anesthésie générale. C’est la raison pour laquelle la loi demande obligatoirement un bilan pré-anesthésique et une hospitalisation et la surveillance de plusieures heures après le réveil lors d’une anesthésie générale ce qui n’est pas le cas pour une locale. Toutes ces précautions ont un coût non négligeable qui se chiffre à plusieurs milliers de francs.

3° L’expérience du chirurgien est primordiale :

Du point de vue technique, les chirurgiens occidentaux confondent souvent "cure chirurgicale d’un phymosis" avec "circoncision".

Or il ne s’agit pas tout à fait de la même chose dans la mesure ou la cure chirurgicale d’un phymosis vise simplement à desserrer un aneau de peau qui empêche le décalotage du gland. De ce fait, on n’est pas obligé d’enlever la peau du prépuce et le résultat final fait que souvent le gland est encore recouvert de peau après l’opération ce qui rends de nombreuses familles mécontentes du résultat. Ceci dit, du point de vue islamique, l’important est d’enlever un bout du prépuce, par forcément tout.

Lors de la circoncision, on enlève suffisament de peau pour qu’en général, il n’y ait plus de recalotage par la suite.

Il vaut donc mieux choisir un opérateur expérimenté et bien lui préciser ce que l’on souhaite.

4° Différentes techniques chirurgicales existent, elles sont toutes valables à mon sens.

5° Il faut s’armer de patience pour la cicatrisation surtout chez un adulte.

J’espère ainsi avoir répondu à vos questions sur le sujet, salamaleicum.

Publicité

Conférencier et médecin généraliste

commentaires