Quand une prison suisse laisse mourir un détenu

Pour protester contre d’incessantes brimades, Skander Vogt, un binational suisse-tunisien, avait mis le feu

par

lundi 29 mars 2010

Quand une prison suisse laisse mourir un détenu

Pour protester contre d’incessantes brimades, Skander Vogt, un binational suisse-tunisien, avait mis le feu à son matelas dans sa cellule. Les gardiens de la prison de Bochuz, dans le canton de Vaud, ont attendu une heure et demie avant de lui porter secours. Skander Vogt est mort asphyxié. Il avait 30 ans. Sa famille porte plainte pour « homicide par négligence ».

Il y a un an, « Oumma.com » consacrait un article à ce garçon très attachant, passionné de rap, qui pourrissait dans des quartiers de haute sécurité des prisons suisses depuis 2001, sans jugement et sans expertise psychiatrique. Skander Vogt avait fait des bêtises dans son adolescence, il le reconnaissait sans hésitation et le regrettait. Condamné à 20 mois de prison pour « vol, injures, coups et blessures », il aurait dû sortir en juin 2001 ! Mais depuis, l’administration pénitentiaire suisse le gardait derrière les barreaux, sous prétexte qu’il était dangereux pour la société. Il ne sortait de sa cellule que pieds et poings liés !

Pourtant, tous les éducateurs, visiteurs de prison, tous ceux qui étaient en contact avec lui, décrivent un garçon intelligent, drôle, généreux, se préoccupant davantage du sort des autres que du sien. Il téléphonait au moins deux fois par mois au collaborateur d’« Oumma », lui posant des questions sur sa famille, sur son travail. Lors de son enterrement à Lausanne, l’un de ses amis a raconté la dernière conversation qu’il avait eu avec Skander : « Je ne baisserai jamais mon froc devant eux. Je ne ramperai jamais », lui avait dit le prisonnier. Skander Vogt refusait qu’on le bourre de médicaments et qu’on le transforme en légume.

Ce binational suisse-tunisien racontait les multiples humiliations dont il était régulièrement victime de la part des gardiens. Ceux-ci crachaient dans son verre d’eau, lui interdisaient d’accrocher des posters dans sa cellule. Ils avaient confisqué son poste de radio, ce qui a poussé Skander Vogt à mettre le feu à son matelas pour protester. « Comment expliquer qu’on ne lui ait pas porté secours pendant une heure et demie ? Les explications de la prison ne tiennent pas la route », dénonce Nicolas Mattenberger, son avocat suisse. De son côté, Isabelle Coutant-Peyre, son défenseur français, souligne que depuis 2006, elle alertait la Cour européenne des droits de l’homme sur « la situation totalement inhumaine de Skander Vogt. Et il n’est pas le seul à moisir ainsi dans les prisons suisses, sans jugement », dit-elle. Une plainte pénale a été déposée pour « homicide par négligence ».

Ci-dessous l’article publié l’année dernière sur notre site consacré au dramatique destin de Skander Vogt :

En juillet 2008 Skander Vogt est transféré en urgence dans le quartier de haute sécurité (QHS) de la prison de Lenzburg, dans le canton d’Argovie. Son crime ? Incarcéré précédemment à Bochuz, déjà dans un quartier de haute sécurité, ce solide gaillard de 1,83 mètre et de près de 100 kilos échappe à l’attention des gardiens et grimpe un matin sur le toit de la prison. Il y reste trente heures, menaçant de se jeter dans le vide si les autorités ne lui permettent pas de parler aux médias. Par solidarité, une centaine de détenus refusent de regagner leurs cellules, et s’éternisent dans la cour de l’établissement. Skander Vogt n’est pas un prisonnier comme les autres. Il aurait dû quitter sa cellule en juin 2001, après 20 mois de détention pour des faits graves, mais pas criminels. En janvier 2001, cet adolescent, né en 1980 d’un père ingénieur originaire du canton de Bâle, en Suisse alémanique, et d’une mère cadre supérieur tunisienne, est condamné par le tribunal correctionnel de Lausanne pour « voie de fait, dommages à la propriété, injures, menaces, vol, lésions corporelles simples, violences ». Il a déjà effectué 14 mois en détention préventive. Il est presque au bout de sa peine.

Une vie en prison

Seulement voilà, l’article 43 du code pénal suisse permet de priver le condamné du droit à la liberté à l’expiration de la peine prononcée, et ce, pour une durée illimitée, si « en raison de son état mental, le délinquant compromet gravement la sécurité publique ». Sept ans plus tard, Skander Vogt est toujours derrière les barreaux. La justice estime que cette mesure est plus que jamais « nécessaire pour prévenir la mise en danger de la vie d’autrui ». Skander Vogt, en revanche, ne se considère ni dangereux, ni fou. Il refuse donc de suivre le moindre traitement psychiatrique. Et risque donc - du moins en théorie - de passer le reste de sa vie en prison… « Je ne peux nier avoir commis certaines choses méprisables dans ma jeunesse… mais je ne peux ni ne veux regretter d’avoir remis à leurs places des membres du personnel carcéral, pénitencier, qui, par ivresse de pouvoir… tentent de m’écraser et de se servir de ma dignité comme paillasson », dénonce Skander Vogt dans un courrier qu’il nous a adressé le 6 décembre 2008.

Un régime inhumain

Pour Isabelle Coutant Peyre, son avocate parisienne, « Cet homme n’est absolument pas fou. Il n’a commis ni assassinat, ni meurtre, ni lésion corporelle grave. Il ne souffre d’aucun trouble mental grave chronique. Malgré cela, la Suisse lui fait subir depuis des années un régime totalement inhumain », s’indigne-t-elle. En Suisse, l’avocat Nicolas Mattenberger, de Vevey, tente également de débloquer cette situation invraisemblable. En effet, jamais un petit délinquant ne reste incarcéré autant d’années. Et si Skander Vogt est véritablement fou à lier, sa place n’est-elle pas davantage dans un asile psychiatrique plutôt que dans un quartier de haute sécurité ? « On veut le faire passer pour l’ennemi public numéro 1, ce qu’il n’est absolument pas. J’espère obtenir une expertise médicale démontrant que Skander Vogt n’est pas dangereux », déclare Me Nicolas Mattenberger.

« Vive Hitler »

Depuis une année, Skander Vogt nous adresse très régulièrement de longs textes, atteignant parfois une soixantaine de pages. Il hurle son désespoir, raconte dans un style très particulier ses petites misères quotidiennes, les injustices qu’il dit subir. Ainsi, il affirme que certains gardiens crachent dans son verre d’eau, d’autres hurlent « Vive Hitler », en s’adressant à lui. « J’ai une énorme envie de dénoncer le racisme et la xénophobie que j’ai rencontré ici », écrit-il. Alors que Skander est suisse par son père, il affirme avoir été expulsé vers la Tunisie, la patrie de sa mère, à l’âge de 16 ans. Parfois, le détenu parvient à nous téléphoner. Il est toujours très poli. D’une voix enjouée, Skander raconte la vie quotidienne de la prison. « Je regarde la télé. Deux jours par semaine, on m’autorise à travailler. Ce n’est pas un boulot très excitant, mais il faut bien s’occuper. Et puis à Lenzburg, les gardiens sont plutôt sympas », assure-t-il.

Trouble de la personnalité

En clair, l’homme n’a l’air ni bien fou ni bien dangereux. Il formule même des appréciations apparemment très sensées sur son comportement : « Ma personnalité particulière n’a pas dû aider, je dois bien l’admettre. Au fil du temps, l’agressivité s’accentue », écrit-il, reconnaissant, par exemple, qu’il a déjà mis le feu à son matelas dans sa cellule en mai 2005. La justice, en revanche, ne porte pas les mêmes appréciations sur l’état mental de Skander Vogt. Le 19 décembre 2007, le Tribunal correctionnel de Lausanne a confirmé son internement. On peut lire que ce dernier « souffre d’un grave trouble de la personnalité (…) l’expression de ce trouble se traduit par une forme d’agressivité particulièrement dangereuse, à savoir l’agression physique de personnes ».

Refaire sa vie

« Je refuse d’utiliser mon enfance comme excuse … je ne veux pas susciter la pitié », écrit aussi Skander. Pourtant, la chance l’a abandonné très tôt. Il n’a que deux ans et demi lorsque sa mère tunisienne meurt. Lui et sa sœur aînée vivent en Tunisie. Ils sont recueillis par une tante. Pour une raison inconnue, leur père, originaire de Bâle, n’entre plus en contact avec ses deux enfants. L’homme est décédé en 2003 sans les avoir revus. « Cette tante a décidé un jour de ne plus s’occuper de nous. Elle nous a expédié en Suisse en 1993, où nous avons été recueillis dans la région de Lausanne par des familles d’accueil », raconte la sœur aînée de Skander, âgée de 32 ans, que nous avons rencontré à Lausanne. C’est sa seule famille. Elle va le voir le plus souvent possible. Deux heures et demie de trains et de taxi dans un sens, puis dans l’autre. « Skander est tombé dans la petite délinquance quand il était mineur. Il s’est drogué. Mais il a payé, chèrement. Il faut lui donner aujourd’hui une chance de refaire sa vie », supplie-t-elle.

Publicité

Journaliste,  a publié “L’énigme Oussama Ben Laden” aux Editions Payot le 5 novembre 2008, auteur également du livre « La vérité sur Tariq Ramadan, sa famille, ses réseaux, sa stratégie » aux éditions Favre, préface de Vincent Geisser.

commentaires