Profanation de tombes de soldats musulmans à Albain-Saint-Nazaire

Le CCIF condamne avec la plus grande fermeté cet acte odieux, mais également les propos et discours islamoph

par

lundi 7 avril 2008

Profanation de tombes de soldats musulmans à Albain-Saint-Nazaire (Pas de Calais)

Moins d’un an après une précédente profanation, au moins 148 tombes de soldats musulmans morts pour la France ont été souillées par des inscriptions à caractère islamophobe dans la nuit de samedi à dimanche. Ces inscriptions visent directement la foi des musulmans, une tête de porc ayant même été pendue à l’une des tombes.

Le CCIF condamne avec la plus grande fermeté cet acte odieux, mais également les propos et discours islamophobes dont ont pu s’inspirer les auteurs de ces méfaits, qui se tiennent sur Internet ainsi que dans certaines rencontres publiques, et qui ne relèvent pas exclusivement de l’idéologie d’extrême droite. Depuis plusieurs années, certains ayant pris conscience des libertés prises impunément à l’endroit de l’islam et des musulmans au nom d’une liberté d’expression et d’opinion dévoyée, prônent des discours de plus en plus violents visant nos compatriotes de confession musulmane ainsi que leur religion.

Ces discours de rejet et d’intolérance à l’égard de la minorité musulmane de France créent un grand malaise en son sein. Malaise d’autant plus profond que les discriminations visant les musulmans en France ont augmenté de 20% durant l’année 2007.

Aussi, le CCIF tient à remercier l’ensemble des personnes et institutions qui ont condamné cet acte infâme. Nous croyons au travail de la justice et des enquêteurs pour retrouver les auteurs de ces profanations qui ne touchent pas uniquement les musulmans mais l’ensemble de la communauté nationale car ce sont les soldats de notre pays qui ont été lâchement visés.

La première profanation qui s’était produite sur le même lieu en 2007 avait vu les auteurs condamnés à deux ans d’emprisonnement dont un ferme, libérés au bout de trois mois. Aussi, nous espérons que les auteurs de ce nouvel acte abjecte seront frappés d’une peine exemplaire et dissuasive pour tout nouvel émule. Néanmoins, à la répression, il faut associer la prévention en effectuant un travail de sensibilisation sur la lutte contre l’islamophobie, phénomène de plus en plus important dans notre pays. C’est un devoir qui incombe en premier lieu à l’Etat, puis aux associations de lutte contre le racisme dont on déplore l’absence dans ce combat, et enfin à chaque citoyen afin que la devise « liberté, égalité, fraternité » prenne pleinement tout son sens pour toutes et tous quelque soit leur confession.

Publicité

Auteur : le CCIF

Collectif Contre l'Islamophobie en France

commentaires