Proche-Orient : Israël refuse le gel des colonies, Abbas exige une réunion d’urgence à l’ONU

Le gel des colonisations à Jérusalem-Est ? Voilà un moratoire américain de bien faible portée face aux m

mercredi 10 novembre 2010

Le gel des colonisations à Jérusalem-Est ? Voilà un moratoire américain de bien faible portée face aux missiles d’arrogance israéliens, qui torpillent chaque fois un peu plus le processus de paix.

Jamais appliqué, toujours méprisé, l’utopique gel des colonies ne fait ni chaud ni froid à la démocratie autoritaire du Proche-Orient, repartie de plus belle dans la construction de 1 300 logements dans le secteur à majorité arabe de la ville sainte. Approuvé lundi comme un seul homme par le gouvernement Netanyahu, ce plan de bataille implacable qui annexe et raye de la carte, avant de se bâtir un avenir radieux car 100% juif, a affirmé crânement sa résolution de mener à bien sa feuille de route, en d’autres termes au diable le processus de paix !

"Il n’y a pas eu de gel de la construction à Jérusalem, et il n’y aura pas un tel gel, telle est la politique des gouvernements israéliens depuis 40 ans", a lancé sur un ton péremptoire M. Hauser, membre de la délégation qui accompagne le Premier ministre Benjamin Netanyahu en visite aux Etats-Unis.

Face à cette nouvelle offensive du gouvernement juif, le président palestinien Mahmoud Abbas vient de demander une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur la colonisation israélienne dans les territoires occupés, évoquant la "colonisation rampante à Jérusalem et en Cisjordanie". Une colonisation galopante, qui refuse de se mettre à l’heure des tables rondes, mais préfère faire exploser ses ultimatums à la face du monde.

Publicité

commentaires