Pour une vision claire autour de la future loi

Dans un climat de polémiques, d’amalgames et d’ambiguïtés, IL EST INDISPENSABLE D’AVOIR UNE VISION LA

mercredi 7 janvier 2004

Dans un climat de polémiques, d’amalgames et d’ambiguïtés, IL EST INDISPENSABLE D’AVOIR UNE VISION LA PLUS JUSTE POSSIBLE basée sur des PRINCIPES CLAIRS ET PRECIS.

Tout d’abord, le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) est chargé de défendre l’intérêt de l’islam et la dignité des musulmans.

Ce qui suppose la nécessité de mettre en œuvre le nécessaire de compétences et de disponibilités pour réfléchir aux moyens les plus adéquats pour assumer ses responsabilités.

Une question toute simple se pose : combien de membres des CRCM (Conseil Régional du Culte Musulman) et de responsables du CFCM ont-ils délégué leurs responsabilités antérieures pour se consacrer pleinement à cette nouvelle charge ?

Le CFCM déclare ne pas être favorable au projet de loi qui risque manifestement de stigmatiser la communauté musulmane.

Il a fait le choix du dialogue avec le législateur pour que notre point de vue soit pris en compte.

Le Bureau du CFCM a organiser une réunion de concertation avec TOUS les Présidents de CRCM le samedi 3 janvier 2004 suite à laquelle il a décidé que NI LE CFCM NI LES CRCM NE DOIVENT APPELER A MANINFESTER.

Cette position n’est pas suffisante pour dire que le CFCM a fait ce qu’il devait faire.

On peut être pour ou contre ce jugement mais le problème n’est pas là.

Dans le cas actuel des choses, que peut-on, que doit-on faire ?

Il faut savoir, d’autre part, que les principales autorités religieuses du pays, trois syndicats d’enseignants, les fédérations de parents d’élèves et beaucoup de mouvements associatifs ont émis des réserves au sujet du projet de loi.

Malgré tout l’opinion publique ne semble pas choquée par un tel projet.

Pourquoi ?

La méconnaissance de l’Islam, le contexte international et l’islamophobie subtilement véhiculée par certains milieux en sont pour quelque chose.

Mais ceci n’explique pas tout !

Le comportement de certains musulmans, réels ou supposés, cherchant des droits sans s’attaquer aux devoirs et revendiquant l’égalité sans œuvrer pour la fraternité, ce comportement explique en partie notre situation actuelle.

Se faire accepter ne sera jamais le fruit de débats polémiques.

Se faire accepter ne peut être que le fruit d’écoute, de dialogue, d’explication.

Car il faut bien écouter la société pour comprendre son malaise et sa crispation.

Il faut dialoguer avec elle à tous les niveaux et avec la plus grande courtoisie pour espérer être écouter.

Il faut surtout beaucoup de sincérité et de pédagogie pour arriver à expliquer la réalité de ce qu’est ou de ce que doit être notre foi et notre pratique religieuse ainsi que sa compatibilité avec les valeurs de notre société laïque.

Cela étant, chaque personne se sentant concernée par la question des libertés religieuses, des libertés vestimentaires doit agir en tenant compte de ces deux principes.

D’une part tenir compte des choix du CFCM.

D’autre part, tenir compte de la réalité de notre société.

C’est ce que j’ai tenté d’expliquer plus haut.

Alors,

Manifestez... Organisez des rencontres, des échanges et des débats... Ecrivez des articles, des romans ou des livres...

Mais travaillez avec une vision claire et selon des principes précis.

Ne laissez pas manipuler vos sentiments...

Soyez maîtres de vos choix !

Publicité

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma