"Obscurantisme à la française ou les antichambres du 21 avril 2002"

A Bruno Etienne, Jean Bauberot, Franck Frégosi, Vincent Geisser et aux autres signataires de la Tribune du Mo

mardi 16 mai 2006

A Bruno Etienne, Jean Bauberot, Franck Frégosi, Vincent Geisser et aux autres signataires de la Tribune du Monde

La vénérable institution composée, comme le panorama politique général de ce pays, de vénérables vétérans inchangés depuis 30 ans a, en effet, encore décerné, fidèle à sa tradition d’immobilisme partisan, à un livre d’une pauvreté intellectuelle affligeante le titre de "livre politique de l’année", rien que cela. Cette distinction fait outrage à toutes les sommités intellectuelles et scientifiques qui travaillent sur les thèmes de la pensée, du religieux, de la violence, des radicalismes, de l’exclusion, de la discrimination, des espaces publics nationaux et du pacte laïque depuis 20 ans au moins. Encore, dis-je, car rappelons nous le même scénario, devenu habitude lénifiante, avec le titre identique décerné là aussi à un autre livre affligeant (non dans ses nobles principes affichés mais dans son contenu) au livre de la présidente de "Ni pute, ni soumise" l’an passé : vrais lauriers de l’obscurantisme mérités.

La peur n’a jamais été une politique, encore moins une science. La politique de la peur, drapée de science, devient soudain suspecte. La défiance des français vis-à-vis des politiques et de la politique (taux d’abstention record en 2002, « Non » à L’Europe) et une idéologie pseudo intellectuelle de chasse aux sorcières dans l’ère de l’après 11 septembre 2001 nourrissent des régressions dangereuses vers l’idée exclusive d’une république laïciste et discriminante. Notre pays a tout au contraire besoin de sortir d’une léthargie intellectuelle, politique et culturelle partisane, uniforme et inquisitoire qui voit dans l’altérité de ses nouvelles formes d’être (féministes, régionalistes, musulmans, transgenres...) des ennemis de la Nation voire de l’avenir de l’Occident, reprenant ainsi la théorie de ceux qu’elle prétend dénoncer.

Notre pays a besoin d’une vision unifiante, de politiques visionnaires et courageux, d’élites éclairées qui donnent une voie, une voie riche de la tradition républicaine et égalitaire, riche de sa diversité dans une France où être différent n’est plus une tare ou un stigmate décrié et un fond de commerce pour intellos ou institutions légitimes sans légitimité de lutte contre les discriminations. Dénoncer les faiseurs d’opinion qui construisent leur réputation sur cette diffamation dangereuse devenue informe de l’Autre, bâillonné par les préjugés, est un devoir en ce jour souvenir du 21 avril 2002, contre la lepenisation concurrentielle des esprits en marche en arrière fond d’affaires d’Etat qui affaiblit encore nos institutions convalescentes et la foi en la classe politique tout azimut...

Je tiens donc à dire ici simplement mon soutien et à souscrire complètement aux analyses des signataires sur la triste nomination de l’Assemblée nationale sur le choix du livre politique de l’année. Il fallait de la lucidité aux signataires, une finesse d’analyse et du courage pour dénoncer ce dérapage républicain illogique, injuste...tout simplement inadmissible pour tous les intellectuels mais aussi pour tous les citoyens lambda qui attendent justice, équité et objectivité de la part des institutions de notre Nation et non discrimination et ostracisme favorisant un vivre ensemble déjà bien mis à mal. Je suis un de ces citoyens, accessoirement intellectuel, qui parmi une multitude silencieuse, est derrière vous solidairement, derrière cet appel et derrière l’objectivisme nécessaire des élites de ce pays en ces temps troublés. Sortons enfin du malaise français.

Publicité

commentaires