Obama sous les traits d’un chimpanzé, une caricature aux relents ségrégationnistes

Un mois seulement après les fastes de son investiture officielle, quelques semaines après que son élection

vendredi 20 février 2009

Un mois seulement après les fastes de son investiture officielle, quelques semaines après que son élection ait enthousiasmé l’opinion publique internationale emportée dans un tourbillon d’idéalisme collectif, résonnant du cultissime « I have a dream », Barack Obama fait l’objet d’une caricature infâme publiée dans le tabloïd américain New York Post, qui replonge brutalement l’Amérique dans les heures les plus noires de son passé ségrégationniste.

Détournant un récent fait divers au cours duquel un chimpanzé a été abattu après avoir grièvement blessé une femme, le dessin met en scène un policier qui tue froidement un primate, s’exclamant auprès de son collègue : "Ils vont devoir trouver quelqu’un d’autre pour rédiger le prochain plan de relance", instillant l’idée pernicieuse que le plan de relance de l’économie aurait été l’œuvre d’un singe.

Provoquant un tollé Outre-Atlantique, un homme s’indigne particulièrement, redoutant une recrudescence d’attaques racistes de ce type, les Noirs Américains ayant été longtemps comparés à des singes.

Militant des droits de l’homme et à la tête de l’association « Réseau national d’action », le révérend Al Sharpton exprime sa plus vive réprobation en félicitant Obama pour son plan de relance, tout en interpellant directement le dessinateur du journal qui n’en est pas à sa première frasque raciste : "Le plan de relance est la première victoire législative du président Barack Obama, premier président américain noir, et il lui restera associé. Est-ce que la vignette insinue que le plan a été rédigé par un singe ? ».

En dépit d’un incontestable triomphe électoral, la force symbolique qu’incarne Barack Obama et qui, aujourd’hui, le dépasse, pourrait à tout moment raviver le brasier incandescent d’un racisme primaire, dont les stigmates sont encore très visibles dans l’Amérique profonde.

Publicité

commentaires